agenda
- lundi 22 décembre 2014 12h00 : cantine végan du CCL
- samedi 10 janvier 2015 16h00 : [l’Insoumise] Projection/débat anticarcérale
Informations locales
Caisse de soutien pour la révolution du rojava publié le 5 décembre 2014
[ccl] programme de décembre publié le 5 décembre 2014
Coup d’arrêt au progrès - parution du journal "hors-sol" publié le 27 novembre 2014 dernier commentaire le 9 décembre 2014 à 10h22
Expulsion d’un lieu occupé et arrestation d’une vingtaine de personnes publié le 22 novembre 2014 dernier commentaire le 24 novembre 2014 à 00h38
[anti tht] la préfecture du nord/pas-de-calais pratique le dialogue ! publié le 13 novembre 2014 dernier commentaire le 13 novembre 2014 à 07h46
Zapzalap, après la mort de rémi fraisse publié le 7 novembre 2014
Appel féministe à la manif du 8 novembre publié le 6 novembre 2014
Rémi, c’est chacun de nous ! publié le 28 octobre 2014
Texte lu lors de la venue d’alexis escudero à l’insoumise publié le 27 octobre 2014 dernier commentaire le 30 octobre 2014 à 08h02
Manifestation de solidarité avec les migrants et avec leurs soutiens à calais le 13 octobre : raisons et espoirs.

Aujourd’hui, la ville de Calais est le théâtre d’une stratégie politique infâme. Tout est fait ici pour rendre les migrants invisibles et les exclure de la vie de la ville. Le quotidien de chaque migrant, c’est être chassé comme un animal, traqué, harcelé, humilié. Il ne s’agit pas d’actes isolés des forces de l’ordre, mais bien d’une stratégie politique en action. Celle de torturer leur humanité, leurs espoirs, en les condamnant à une vie qui détruit aussi bien leur mental que leur corps, jusqu’à ce qu’ils demandent leur retour « volontaire ».

Plus c’est dur moins tu auras envie de faire venir en Europe frères, sœurs, cousins restés au pays. Ton statut de réfugié politique se mérite ! Et pour ce, tu dois faire ton chemin de croix, et à nous de décider si tu as assez souffert chez toi, et sur le chemin qui te mène jusqu’aux papiers, pour t’accorder cette « chance », gagnée au prix des violences, humiliations et tortures subies, et que nous sauront apprécier.

Ce ne sont évidemment pas des choix politiques uniquement nationaux, mais ils trouvent un large écho ici, dans la politique locale. La mairie UMP a pour obsession de « libérer », « soulager », « nettoyer » le paysage Calaisien en y rendant invisible les migrants et la situation dans laquelle on les enferme.

Pour cela, tous les moyens possibles sont mis en œuvre. Les conditions sont réfléchies et faites pour que le drame survienne. Pour que ceux qui ne font que s’accrocher à leur unique espoir, deviennent une source d’insécurité pour la population et que la machine répressive qui s’abat sur eux, sans répit, trouve sa légitimité. Une campagne de propagande bien rodée, qui commence par la destruction des besoins primaires et vitaux de ceux qu’on veut coupables.

Il n’a pas été rare cette année, et plus particulièrement ces dernières semaines de voir la mairie être ordonnée - ou ordonner – de détruire les abris, effets personnels, ustensiles de cuisines, couchages, couvertures et aussi le bois pour le feu, juste avant l’arrivée de l’hiver.

En les défaisant des besoins de base, on organise sciemment des tensions intercommunautaires. On rend légitime le matraquage, le gazage, les humiliations quotidiennes comme autant de réponses aux troubles à l’ordre publique que peut commettre un être humain poussé à bout par cette volonté à peine caché de créer des situations de violence.

Nous pensons que la réponse à un tel niveau de répression ne doit pas être une violence réactionnaire qui ne ferait que renforcer et rendre légitime le système répressif.

Notre réponse à cette situation a été la création d’un lieu où les migrants peuvent s’exprimer librement, avec la mise en place d’ateliers de langues, cinéma, danses, cuisine, jeux, qui nous permettent à tous de mettre dans la lumière tous ces détails qui sont nos différences. Un lieu où chaque personne est responsable d’elle-même dans le respect des autres. Un lieu qui leur permet de s’échapper du statut de victime, ou de sous-homme auquel on les enchaîne dès qu’ils passent notre frontière.

« Pour édifier les frontières d’une nation, les matériaux solides ne sont pas nécessaires : le sang et les larmes suffisent. »

Ce lieu ouvert, vise à mettre en échec la stratégie d’invisibilité mise en place contre les migrants. Montrer à la population que Calais, de par sa position géographique, est vouée à être une terre de transit, et qu’il est temps de l’accepter et d’assumer cette identité. Les migrants ne sont pas une tare pour la ville, mais bel et bien une chance. Construire le lieu de cette chance, c’est rejoindre le terrain politique, car accepter la présence de populations de passage et aider leur intégration à la vie de la ville, c’est commencer à se battre contre la frontière.

On ne peut construire l’identité d’une ville sur le rejet d’un type de population, mais qu’avec elle. Ce que nous mettons en place cette année à travers nos différentes initiatives, c’est un nouveau regard sur la situation. Non plus de travailler POUR les migrants, mais AVEC ces personnes. Il s’est avéré que leur offrir les conditions d’un espace suffisamment sécurisé les sort d’une position de victime pour les investir dans une position d’acteur, leur permet d’échapper à leur position d’illégaux pour redevenir des Hommes.

Pendant deux ans, sans relâche, nous avons dénoncé les violences de la police et du système, notamment à travers le dossier envoyé aux défenseurs des droits, tout en proposant une alternative à ces politiques, dans ce lieu qui vise l’exact opposé. Ce lieu qui est aujourd’hui mise en danger par la Maire. Nous ne sommes pas que dans la remise en cause et la critique radical d’un système mais bel et bien dans une volonté forte de construire avec les migrants un lieu où ils se sentent bien.

C’est ce lieu que l’on veut anéantir aujourd’hui. Et par ce lieu, toute l’humanité qui s’en dégage.

A la pulsion de mort proposée par les politiques actuelles, nous proposons une pulsion de vie, un lieu où chaque compétence est mise en avant pour construire la ville, avec les migrants et non contre eux, faire de ce que l’on nous a dit être une faiblesse, la plus belle des forces. Faire comprendre que la présence des migrants a un sens, c’est remplacer des murs par des ponts.

L’appel à la manifestation ne défend pas No Border mais le projet qui rêve d’une ville ou les migrants ont leur place.

Nous sommes tous un jour susceptibles d’être menacés par cette Maire, dès qu’un désaccord se fait entendre. Si l’on ne fait pas front commun, alors nous sommes tous en danger. Ni la belle étoile, ni Salam, ni le vestiaire n’est protégé d’un éventuel arrêté municipal pour non-respect des normes de sécurité, sauf si ses liens avec la mairie restent bons et s’expriment par le fait d’accepter en silence les politiques qu’elle met en place contre les migrants. Nous avons quelque part l’espoir d’un jour voir toutes les assoc’ en danger, car cela prouverait clairement et fortement leur indépendance face à cette Mairie aux politiques infâmes contre les milliers de personnes qui sont passés dans sa ville.

En nous divisant pour mieux assouvir son règne, La Mairie nous ampute de nos idées, nous prive de nos voix et kidnappe nos actes. Nos différences font nos forces, et nous marchons tous vers un but commun. Il est important pour la politique en place de comprendre que s’attaquer à l’un d’entre nous, c’est s’attaquer au combat de tous. Car on nous utilise tous, depuis des années, sans reconnaissance, pour maintenir un semblant de paix. Chacune à sa manière, les associations payent le prix de cette politique. Si la mairie ne comprend pas l’importance de notre complémentarité, et donc de chacun d’entre nous, en nous retirant tous, par solidarité, elle comprendra que chacun d’entre nous à une importance de poids.

Calais restera une ville de passage avec des ventres vides prêts à survivre à n’importe quel prix. Le pouvoir nous manipule depuis des années, il ne serai pas exagéré de le mettre en danger en le menaçant de tout arrêter s’ils touchent à l’un d’entre nous.

Nous appelons a manifester au coté des migrants contre les pulsions de mort et pour les pulsions de vie ce samedi 13 octobre à 10h, rue des croy devant le vestaire.

Si vous ne pouvez pas être à Calais, d’autres manifestations vous attendent :

En France : Du 13 au 15 octobre 2012 : appel a 3 jours daction contre toutes les expulsions

http://fr.squat.net/2012/09/27/du-1…

En Angleterre à Brighton : 13 octobre : Whatever they say, squatting will stay ! :

https://network23.org/snob/

En Allemagne : Dans la continuité de la protestation des réfugiés en grève de la faim commencée il y a plusieurs mois, des actions et des manifestations ont lieu du 6 au 13 octobre

www.refugeebusprotest.wordpr…


Article publié le 12 octobre 2012  Auteur : Calais migrant solidarity
Avertissement

Toute contribution validée peut faire l'objet de commentaires. Ces derniers ont pour objectifs de :

  • compléter l'information donnée dans la contribution
  • apporter un argument ou contre-argument à la contribution
  • apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution
Tout commentaire ne répondant pas à ces trois objectifs, ou étant contraire à la politique éditoriale du collectif Indymedia Lille sera suprimé définitivement du site

Seul les compléments d'information sont autorisés pour les événements présentés dans l'agenda.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

modération à priori

Les commentaires de cet article sont modérés à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un membre du collectif Indymedia Lille.


Saisissez votre commentaire

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

SyndicationSyndication |  Site réalisé avec spip 2.0.10 [14698] |  Version du squelette 4.0