agenda
La femme, le féminisme, la lutte...

Les questions de genres ne vaudrait-elles dans certaines mouvances, qu’à travers le féminisme classiste ?

N’y aurait t’il alors qu’UN seul et unique féminisme, au singulier ? Pourquoi n’y aurait-il pas alors LA femme ? C’est d’ailleurs ce que je comprends de commentaire tels que : « il vaudrait bien mieux redécouvrir les méthodes d’action directe d’un féminisme lutte de classes pour aller vers une réelle émancipation sociale ». Quel raisonnement visant logique et objectivité permettrait d’affirmer que la disparition des inégalités économiques supprimerait le patriarcat ou d’autres types d’oppressions ? A l’inverse, un matérialisme scrupuleux démontrerait plutôt que, même si à l’évidence les femmes sont les premières victimes de toutes les économies (monétaires, domestiques, de transmission du patrimoine notamment), la seule disparition de ces économies ne suffirait pas à éradiquer les classes de genres, d’âge, de races. Sont proposés ici quelques commentaires sur une sorte d’impérialisme classiste à l’intérieur de nombreux courants teintés de communisme et d’anarchie.

Prenons comme exemple de départ l’article « Quoi de neuf avec le nouveau féminisme ? », dans le numéro 229 de Courant Alternatif qui est fort intéressant et bien documenté (http://oclibertaire.free.fr/spip.ph…).

Il est clair que les positions de Femen ou Pussy Riot ne sont pas en accord avec les idéaux communistes-libertaires. On peut en effet s’interroger sur tout groupe qui aurait des dérives nationalistes, racistes, hétéro-centrées, etc.

Egalement, je crois connaître et admire profondément les engagements des personnes féministes et des femmes de l’OCL, et ne désire en rien porter de jugement sur ces aimables personnes ou leurs propos. Au contraire.

Mais l’argument selon lequel tout groupe qui aurait des dérives nationalistes, racistes, hétéro-centrées, ne mériterait-il pas d’être retourné à d’autres groupes ou courants de pensée, y compris les groupes dont nous sommes les plus proches ?

Plusieurs remarques, m’y poussent :

En premier lieu, j’ai peine à comprendre ce que signifient les guillemets autour de « nouveau féminisme », dans le titre. Doit-on sentir qu’il y aurait un vieux féminisme (obsolète) et un nouveau féminisme (qui ne vaudrait guerre mieux) ? En lisant les 2 articles sur les genres dans ce numéro 229 de Courant Alternatif, je le crains par moments. Je reviendrais sur l’usage ici du singulier, (LE nouveau féminisme) qui mérite également d’être soulevé, me semble t’il.

Puis, je crois voir au delà de ces 2 articles, un peu « deux poids deux mesures » comme on dit : 5 pages au total à propos des questions de genres sur une excellente revue rédigée collectivement par un groupe dont les actions sur le terrain ne sont pas à mettre en doute, sur les 32 pages au total, soit 1/6e.

Chapeau, c’est déjà exceptionnellement beaucoup pour la littérature classiste (qui d’habitude escamote quasi entièrement les questions de genre) … mais il est clair que le ton et les arguments développés par exemple dans ces 2 articles de Courant alternatif ne sont pas de le même teneur que ceux qui visent des sujets dans les faits tout à fait similaires : j’y vois une sorte « d’exception de genre ». Je m’explique.

Il ressort que ces 2 articles sur les questions de genre sont au final franchement iniques et ont tendance à laisser entendre comme une généralité que les féministes, surtout dans l’hexagone, sont « naturellement » racistes, sous la coupe des media et de l’argent, et en quelque sorte des intellectuelles apolitiques.

Toute personne ayant vécu auprès de féministes durant les dernières décennies, ou pour les plus jeunes ayant parcouru le corpus impressionnant de récits, analyses et thèses issues des féministes de l’hexagone et d’ailleurs, ne peut que constater que les questions de racisme, d’âgisme, de militarisme, de genres, d’oppressions par la technologie, d’orientations sexuelles, ET d’exploitations économiques (dans et hors du libéralisme en général qualifié de « capitalisme ») ont sans aucun doute été abordées par les innombrables voix des féminismes, avec plus de matérialisme et avec un grand souci de précision historique.

Face à ceci, je crains que la plupart des personnes qui liront « Quoi de neuf avec le nouveau féminisme ? » ne comprendront que deux choses.

La première, que LE féminisme est un truc de bourgeoises. Puisque LE féminisme n’a rien compris à ce bas monde et que LE féminisme fait / dit est juste bon à passer au pilori.

La seconde est que seules les féministes classistes seraient dignes d’être des prolétaires (et non des « bourgeoises »), voire d’être estampillées féministes.

Les questions de genres ne vaudrait-elles pour Courant alternatif qu’à travers le féminisme classiste ? Il n’y aurait qu’un seul et unique féminisme, au singulier (et pourquoi n’y aurait-il pas alors LA femme).

C’est d’ailleurs ce que je comprends de la conclusion de « Quoi de neuf avec le nouveau féminisme ? » : « il vaudrait bien mieux redécouvrir les méthodes d’action directe d’un féminisme lutte de classes pour aller vers une réelle émancipation sociale. » (SIC).

Ceci me semble beaucoup ressembler, mais au bord opposé de la scène politique, à ces discours abolitionnistes, qui parlent à la place des prostituées, qui ne décrivent qu’un seul angle – celui des prostitueurEs cherEs à nos amiEs d’Alternative Libertaire – pour au final interdire de féminisme les rares personnes recourant à la location de services sexuels comme moyen de subsistance et qui ont un tant soit peu de visibilité.

Par ailleurs, dans « Quoi de neuf avec le nouveau féminisme ? » ont lit : « Les trois femmes arrêtées … ont été condamnées … à deux ans de détention en camp … En appel, Ekaterina a été libérée avec sursis, et elle a aussitôt saisi la Cour européenne de justice afin de défendre ses camarades. »

La contraposée signifie que 2 de ces femmes écopent bel et bien de « deux ans de détention en camp », qu’elles semblent devoir purger.

Je trouve que la formulation par Courant alternatif tient de l’euphémisme pour une répression aussi brutale.

Qu’en est-il si on met en regard les justes positions et dénonciations dans Courant alternatif, avec d’autres répressions subies par des militantEs par exemple à Notre Dame des (toto) Landes ou dans une occupation d’usine (avec que des mecs qui en ont au premier plan, pour la photo).

Comparons : quand un camarade homologué se fait 48 heures de garde à vue parce qu’il a manifesté à poil, par exemple, ça provoque souvent des tollés bien plus véhéments. Que dirait Courant Alternatif si un garçon se prenait « deux ans de détention en camp », pour avoir simplement manifesté d’une façon contraire à la morale occidentale ?

Je vois là de plus une sorte d’asymétrie : sauf erreur ou omission, je ne vois pas ou peu de prises de dénonciations de la part de Courant Alternatif au sujet de la sur-représentation des mecs dans les articles sur telle ou telle lutte de terrain.

Par exemple, au delà de Courant Alternatif, de tout ce que j’ai vu et lu à propos de « La Saga des Conti » (dont l’affiche est riche en gros bras) néglige, sinon efface la part des non-mecs dans ces luttes. Le nombre d’exemples de ce type est énorme, pour ne pas dire systématique.

Pourtant, quand on participe à telle ou telle lutte, ou qu’on se renseigne sincèrement sur n’importe quelle révolte, on se rend presque toujours compte que la part d’action, de courage, détermination et l’efficacité des femmes dans les luttes est plus que significative. On ne peut également que constater que des femmes qui ne sont pas classistes ont bien souvent des faits et gestes d’une redoutable efficience à l’encontre des méfaits des multinationales et des guerres.

Un autre rapprochement qui me paraît désigner une sorte de sexisme intégré dans nos propres rangs : d’un côté l’image « préambule de la future constitution « (une femme Tunisienne accroupie et encerclée par un texte / mur en texte arabe) à la page 14 de Courant Alternatif.

De l’autre les deux images pages 19 et 21 dans l’article « Quoi de neuf avec le nouveau féminisme ? » qui présente en prétendu repoussoir contre l’ubuesque démocratie, des femmes blanches, conformes aux critères du sexage, valides, etc.

Est-ce que Courant Alternatif s’interroge pour savoir si l’image « préambule de la future constitution » a été dessinée par un homme ? Est-ce que cette image n’utilise pas l’image d’une femme comme unique victime de la future constitution en Tunisie, pour militer en faveur d’un groupe où le souci du sort concret des femmes est autant mis en avant que sur cette image ?

On me permettra d’en douter. Et le propos n’est pas de tout rabattre aux questions des féminismes, mais juste de pointer ce qu’on pourrait voir comme une limite actuelle trop courante à minimiser voire débouter ces questions.

En effet, je n’ai pas souvenir ces dernières années de pléthores de paragraphes dans les pages de Courant Alternatif sur ces questions féministes, quand il s’agit d’analyser les révoltes au nord de l’Afrique sont survenues. Tout ça me turlupine.

Faudrait-il accepter comme seule issue contre le patriarcat, de lutter contre le fait que « Nos bourgeois, non contents d’avoir à leur disposition les femmes et les filles de leurs prolétaires, sans parler de la prostitution officielle, trouvent un plaisir singulier à se cocufier mutuellement », comme le proposaient Marx et Engels en 1848 dans le « Manifeste du Parti communiste » ?

Au passage, ne faut-il pas aussi, questionner qu’en 1862 Marx écrit à Engels qualifiait son indéfectible admirateur Lassalle de « Nègre Juif », d’être plus proche d’un animal que d’un homme comme eux ?

Car cette tendance des hommes blancs à employer des symboles anti-sexistes ou anti-racistes à l’encontre d’autres hommes blancs qui leurs sont directement concurrents est, je ne peux que le constater, plus générale que ce que laisse entendre l’article intéressant sur Femen.

Une discussion en balayant devant sa porte, même au sein des groupes que l’on fréquente touTEs est rare, il faut l’admettre. Tandis que les changements concrets de pensées et de fonctionnement à l’intérieur même de nos groupes sont il me semblent assez liminaires.

Alors plutôt que de honnir LE féminisme en hexagone qui piétinerait depuis 40 ans, ne serait pas plus juste de ne pas éluder les analyses matérialistes et historiques sur les fonctionnements internes de nos groupes, plutôt que de se contenter de se chauffer avec la paille dans l’œil de la voisine ?

Est-il à craindre que de telles analyses matérialistes et historiques ne démontrent que depuis 40 ans, les camarades hommes de nos groupes n’ont en fait eu comme action vis-à-vis des questions de genre, que celle d’un feu de barrage ?

En gros, que des hommes blancs hétérosexuels ne chercheraient t’ils pas qu’à préserver leurs privilèges, y compris parmi nous ?

A cet égard, une égalité de traitement qui me paraît criante, c’est une sorte d’amnistie permanente pour certains hommes blancs, pour autant qu’ils sont de véritables camarades. Quelles que soient leurs prises de position sur le racisme ou les questions de genre.

Dans l’article sur Femen, un « communiste libertaire » à savoir Claude Guillon, est à plusieurs reprises cité en recours à l’argumentaire à l’encontre de ces nouvelles féministes. En parallèle de Mona Chollet, certes. Je suis plutôt d’accord en général avec Mona Chollet.

Mais j’ai jamais pigé comment Claude Guillon peut dire sans provoquer plus de réactions dans le livre Au-delà du personnel (Ateliers de Création Libertaire, 1996) qu’il ne s’est pas fait vasectomiser pour être aux côtés d’une copine qui désirerait avorter ( … ) et que s’il avait sût ça, il ne serait pas venu à un week-end (annoncé pour lui comme une tranche de "baise", au départ) avec cette copine.

Personnellement, je trouve nombre d’analyses de Claude Guillon par exemple sur la sodomie (Le Siège de l’âme, éloge de la sodomie, Zulma, 1999) tout à fait empreintes de domination, d’une sorte de sexualité impérialiste et somme toute franchement dominatrices, virilistes et dénigrantes en termes de genres. Et je ne peux que constater que dans Courant Alternatif, les ressentions sur les propos de Claude Guillon, ne soulèvent pas – sauf erreur – ces points qui me paraissent tout à fait flagrants.

Voici quelques exemples à cause desquels je disais au début qu’il serait certainement fructueux d’étendre l’argument selon lequel tout groupe qui aurait des dérives ethnocentrées, racistes, hétéro-centrées, ne mériterait-il pas d’être retourné à d’autres groupes ou courants de pensée, y compris les groupes dont nous sommes les plus proches ?

Voire d’analyser ce qu’il peut y avoir de masculin dans les rapport à l’argent, au sexe, aux origines ethniques, qu’elles se présentent pour ou contre des hiérarchies économiques, genrées ou raciales.

Lamamaterielle.

NB : le livre malheureusement épuisé Au-delà du personnel (Ateliers de Création Libertaire, 1996) est disponible
là : http://www.atelierdecreationliberta… (une prochaine ré édition serait bienvenue). Au delà des affirmations très personnelles de Claude Guillon, cet ouvrage contient une palette fort éclairante de témoignages et d’avis. L’un des passages édifiants de Claude Guillon se trouve page 257 : « J’avais rejoint Edith au
Puy pour y passer avec elle l’été 79. Lorsque je la revis nue, je trouvai à sa poitrine un volume inhabituel. Craignant – non sans raison – que je renonce à mon voyage, elle s’était abstenue de me prévenir qu’elle était enceinte ».


Article publié le 27 avril 2013  Auteur : lamamaterielle
Liste des documents liés à la contribution

Articles traitant de la même thématique
Commentaires
  • Claude Guillon a répondu aux passages crapuleux et diffamatoires le concernant dans cet article

    http://claudeguillon.internetdown.o…

  • Deux questions aux « nouvelles féministes » 1er mai 2013 09:11, par Vieux Sympathisant de la Gauche communiste internationaliste

    « Quel raisonnement visant logique et objectivité permettrait d’affirmer que la disparition des inégalités économiques supprimerait le patriarcat ou d’autres types d’oppressions ? »

    Le matérialisme scientifique a depuis fort longtemps réfléchi à la question, et a toujours posé que ce sont les rapports de production qui déterminent les rapports sociaux. Par conséquent, la suppression des rapports marchands, des frontières politiques et de classes entraînera une forme de société où tous types « d’oppressions » disparaîtront puisque les fondements de ces « oppressions », l’exploitation de la force de travail et l’échange marchand, n’existeront plus. C’est logique et objectif.

    Ceci dit, je repose une question posée ailleurs il n’y a pas longtemps sur la réalité des « classes de genres, d’âge, de races », qui n’ont pour le coup AUCUNE VALIDITÉ SCIENTIFIQUE. N’ayant pas eu de réponse jusqu’ici, j’espère que les féministes qui en parlent peuvent étayer leurs dires.

    Quand on parle de matérialisme, il vaut mieux aller au bout de ses explications ! Il y a d’ailleurs un problème tout aussi important : quels sont les buts politiques du soi-disant « nouveau féminisme » ?

  • Indécrottables ! 2 mai 2013 11:07

    On a affaire à un texte parfaitement crapuleux et diffamatoire concernant certaines personnes, et le CCI n’y voit comme d’habitude que ce qui l’intéresse : nous recaser ses théories sur LA femme, comme il le fait à saturation pour LA révolution ou LA lutte de classes. Tout ça coupé de son contexte, car les intentions d’un texte nous renseignent autant que son contenu théorique sur la mentalité de ceux qui l’écrivent.

    L’intention de nuire étant évidente dans ce cas, il aurait été judicieux d’en parler au lieu de se précipiter sur l’occasion de nous ressortir les mêmes théories publiés et republiées sur Indymedia.

    Pour ceux que cela intéresse, la suite de la réponse de Claude Guillon à ses détracteurs :

    « la première petite critique »

    MACHISME, BEAUFITUDE ET DIFFAMATION SUR INDYMEDIA (SUITE) mercredi 1er mai 2013.
    Claude Guillon

    Une tierce personne a posté le texte que j’ai publié ici-même (à propos de la diffamation dont j’ai été l’objet) sur le site Indymedia Paris. Sans en vouloir le moins du monde à la personne bien intentionnée qui a cru bon de le faire, je dois dire que je ne l’aurais pas fait moi-même. Dans un média militant, le fait de publier des accusations aussi graves, anonymes et - évidemment ! - sans la moindre preuve, est trop grave pour pouvoir être « compensé » par la seule juxtaposition d’un démenti.

    Le problème n’est pas que j’aurais à me « défendre » d’être coupable de harcèlements sexuels, le problème est de comprendre comment des gens qui se prétendent « militants » peuvent se conduire de manière aussi irresponsable et répugnante [1]. La publication de mon texte sur Indymedia Paris aura au moins eu le mérite de fournir un élément de réponse en déclenchant une réaction de l’équipe d’Indymedia Paris.

    Mon texte apparaît (encore ce 1er mai 2013 à 10h) avec le commentaire suivant :

    « Article refusé ! Son contenu n’est pas en accord avec la charte de ce site [sic].

    Menaces de violences à l’égard de militant-e-s, ceci n’est pas un droit de réponse et est contraire à notre charte. Et puis qu’est-ce que c’est que ce pseudo-situ qui nous sort qui nous sort [sic] son Dalloz à la première petite critique ? »

    Je publie une capture d’écran pour que l’on ne puisse pas m’accuser d’inventer des ordures pour salir des adversaires.

    Ainsi la diffamation anonyme n’est nullement contraire à la « charte » d’Indymedia. Nous en prenons bonne note. Mais ses animateurs ne devront pas se plaindre la prochaine fois que ce non-principe les conduira devant les tribunaux (et pas non plus venir me chercher pour témoigner en leur faveur !).

    Mais faites entendre à ces gens, même en imagination, le bruit d’un crâne qui se fend sous la barre de fer, et les voilà miraculeusement dotés de principes moraux, d’une déontologie, et qui sait ? peut-être même d’une sensibilité…

    Je passe sur l’étiquette « pseudo-situ », dépourvue de toute espèce de sens à mon propos. Indymedia copie Wikipedia, la bêtise entretient l’ignorance, et les vaches sont bien gardées.

    Je passe encore sur l’insinuation particulièrement bouffonne selon laquelle ma réaction tiendrait au fait que… je n’ai pas l’habitude d’être attaqué !

    Le morceau de choix de cette courte justification de refus tient évidement dans la formule qui restera dans les mémoires comme un exemple parfait de machisme spontané. Ces gens osent qualifier l’insinuation de harcèlement sexuel à l’encontre de jeunes femmes de PETITE CRITIQUE !…

    Nous nous trouvons donc cernés par deux catégories de dangereux crétins, dont on voit qu’ils peuvent faire alliance… ou être les mêmes !

    1) Ceux qui publient n’importe quoi : « Il a tué sa mère pour toucher l’héritage ?! Grave ! Je publie ! »… « Deux bébés ? Chaque matin, au petit déjeuner ! Trop grave ! Je publie ! », etc.

    2) Les militants beaufs, qu’il suffit d’inquiéter un peu pour que jaillisse leur épaisse sottise machiste : « Oh l’autre ! On lui fait une toute petite critique de rien du tout [harcèlement sexuel chronique] et tout de suite il monte sur ses grands chevaux ! » Tout ce bruit pour quelques femmes qui auraient été harcelées ! Ah là là ! Y’en a qui sont susceptibles quand même [2] !

    Je précise à nouveau, parce qu’il faut manifestement répéter les choses les plus simples, qu’il n’y a aucun rapport entre la diffamation (accuser faussement quelqu’un de la commission d’un délit ou d’un crime) et la critique, d’un texte ou d’un comportement.

    Voilà où nous en sommes. Dans un média supposé permettre la contre-information (ajoutez-y Bellacio, et la liste n’est peut-être pas close) et non pratiquer la délation contre des militants, la désinformation et l’insulte aux femmes.

    On voit quel est le niveau politique et moral de ces gens.

    En comparaison, le Dalloz prend les couleurs d’une rafraîchissante utopie libertaire…

    [1] Les camarades de l’Organisation communiste libertaire m’ont confirmé avoir refusé de publier sur leur site plusieurs textes de la même délatrice anonyme.

    [2] Je confirme ce dernier point !

    http://claudeguillon.internetdown.o…

  • Les auteurs du texte ont publiquement présentés leurs excuses à C. Guillon sur Indy Nantes et Paris, et demandé que leur texte soit purgé de la phrase diffamatoire — demande exaucée à Nantes, mais pas à Paris au moment où j’écris.

  • LA femme, LE féminisme, LA lutte... 2 mai 2013 18:29, par UnE moderateurICE

    Le texte initial a été modifié, comme cela a été demandé par les auteurEs sur Indymedia Nantes.

  • épilogue… 13 mai 2013 13:55

    « EXCUSES PUBLIQUES » DES AUTEUR(E)S DU TEXTE DIFFAMATOIRE À MON ÉGARD

    jeudi 2 mai 2013.
    Claude Guillon

    J’ai reçu ce jeudi 2 mai 2013 le mail que je publie ci-dessous. J’ai vérifié que le site Indymedia Nantes a effectivement effacé le passage indiqué. J’ai répondu au collectif d’auteur(e)s du texte, puisqu’il se définit ainsi dans un commentaire sur Indymedia Nantes et non comme un(e) individu(e), que je prenais acte de leur message et qu’il leur restait à le faire connaître et appliquer aux autres sites qui ont diffusé leur texte diffamatoire (Indymedia Paris et Bellacio, sous réserve d’autres, inconnus de moi)(*).

    Étant donné le mode de publication des commentaires sur Indymedia Nantes (sans parler même des autres supports, où l’article figure inchangé à l’heure où j’écris ces lignes), le communiqué d’excuses apparaît en bas de page et ne constitue pas un nouveau « titre ». Autrement dit, la nouvelle échappera certainement à bon nombre de lectrices et de lecteurs du texte initial…

    Calomniez…

    À la date du 5 mai, les « modérateurs » d’Indymedia Paris avaient bien publié, dans les commentaires, le communiqué de « lamamaterielle », MAIS NON ACCÉDÉ À LEUR DEMANDE DE SUPPRIMER LE PASSAGE DIFFAMATOIRE, DONT INDYMEDIA PARIS ASSUME DONC SEUL LA DIFFUSION PROLONGÉE.

    EXCUSES PUBLIQUES A CLAUDE GUILLON - RETRAIT DU PASSAGE ESTIME DIFFAMANT

    Jenny VonMarx lamamaterielle gmail.com 07:26 (Il y a 4 heures) à claude guillon,

    nous avons lu à nouveau votre réponse et avons fait retirer de l’article "LA femme.." la partie qui concerne le harcellement. A savoir de "Par contre, pas mal de monde … " à "…harceler les jeunes filles (ou les jeunes mecs)."

    en effet, nous ne disposons pas d’un « dossier de victimes » comme vous le dites, de sorte que le passage est sans fondements matérialistes.

    nous reconnaissons ce fait et vous présentons publiquement nos excuses.

    A la demande des auteur-e-s, IMC Nantes a retiré le passage demandé.

    lamamaterielle


    (*) Deuxième message reçu des mêmes auteurs

    « Jenny VonMarx 12:28 à claude guillon,

    merci pour votre réponse.

    IMC nantes a déjà édité un post qui reprend le mot que nous vous avons adressé. http://nantes.indymedia.org/article… voilà donc pour "faire connaitre".

    nous requerrons la même chose pour Indymedia Paris, dont l’article doit être caché. nous allons les contacter pour demander la suppression du paragraphe litigieux.

    pour Bellacio, sauf erreur ou omission, le lien renvoie vers une "error 404". jamais nous n’avons posté quoi que ce soit sur ce site qui doit être un miroir automatisé.

    la seule trace à notre connaissance du paragraphe litigieux sera dès lors votre propre site. nous n’avons rien à faire ou désirer à cet égard.

    avant de finir, notez s’il vous plaît que plusieures membres de lamamaterielle étaient injoignables entre le 26 avril et hier, de sorte qu’il n’a pas été possible de réagir avant.

    PsP pour lamamaterielle »

    À toutes fins utiles, je précise que je ne sais pas qui sont les personnes qui utilisent la signature « lamamaterielle ». Aucune ne s’est fait connaître auprès de moi autrement que sous ce pseudonyme collectif ou celui de l’auteur(e) du mail « Jenny VonMarx ». C. G.

    On peut lire ma réponse au texte initial ici, et ma réponse à Indymedia Paris ici.

    http://claudeguillon.internetdown.o…

    http://claudeguillon.internetdown.o…

Avertissement

Toute contribution validée peut faire l'objet de commentaires. Ces derniers ont pour objectifs de :

  • compléter l'information donnée dans la contribution
  • apporter un argument ou contre-argument à la contribution
  • apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution
Tout commentaire ne répondant pas à ces trois objectifs, ou étant contraire à la politique éditoriale du collectif Indymedia Lille sera suprimé définitivement du site

Seul les compléments d'information sont autorisés pour les événements présentés dans l'agenda.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

modération à priori

Les commentaires de cet article sont modérés à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un membre du collectif Indymedia Lille.


Saisissez votre commentaire

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

SyndicationSyndication |  Site réalisé avec spip 2.0.10 [14698] |  Version du squelette 4.0