Informations locales
Expulsion d’un lieu occupé et arrestation d’une vingtaine de personnes publié le 22 novembre 2014 dernier commentaire le 24 novembre 2014 à 00h38
[anti tht] la préfecture du nord/pas-de-calais pratique le dialogue ! publié le 13 novembre 2014 dernier commentaire le 13 novembre 2014 à 07h46
Zapzalap, après la mort de rémi fraisse publié le 7 novembre 2014
Appel féministe à la manif du 8 novembre publié le 6 novembre 2014
Rémi, c’est chacun de nous ! publié le 28 octobre 2014
Texte lu lors de la venue d’alexis escudero à l’insoumise publié le 27 octobre 2014 dernier commentaire le 30 octobre 2014 à 08h02
Contre le patriarcat, révolution sociale ! publié le 22 octobre 2014
Alexis escudero publié le 13 octobre 2014 dernier commentaire le 24 octobre 2014 à 08h39
Violences racistes : la justice dans le dÉni publié le 13 octobre 2014
lettre d’afshin ossanloo, syndicaliste iranien mort en détention

9 et 11 juillet 2013. Nous relayons ce texte et cette lettre de notre syndicaliste Iranien assassiné Afshin Ossanloo publié sur le site de nos camarades Iraniens du site Iran Echo qui témoigne de ce que subissent au quotidien nos camarades syndicaliste dans la dictature fasciste et théocratique de Khamenei.

Lettre d’Afshin Ossanloo, syndicaliste Iranien mort en détention

Je m’appelle Afshin Ossanloo syndicaliste iranien. Je conduis un autocar entre ‎différentes villes et je suis actuellement à la prison de Gohardasht Rajaee Shahr en Iran. A l’automne ‎‎2010, je me reposais dans le dortoir des chauffeurs au terminal routier, j’ai été arrêté par ‎des hommes armés en civil et emmené à la section 209 de la prison d’Evin. Je suis ‎resté cinq mois à l’isolement où j’ai été interrogé et torturé. J’ai entre autres été frappé ‎sur la plante des pieds avec des câbles, obligé de courir alors qu’on venait de me ‎frapper, alors que j’avais les pieds couverts de coupures et de plaies, des insultes ‎grossières, des jurons pendant mes semaines d’interrogatoires, 18 heures d’affilée ; j’ai ‎été battu par plusieurs hommes qui m’ont cassé des côtes et des dents. Durant ces cinq ‎mois, ma famille n’avait aucune nouvelle de moi et on ne répondait pas à leurs ‎demandes d’information. On ne m’a même pas permis de téléphoner à ma mère qui est ‎âgée et qui souffrait déjà de l’emprisonnement de mon frère -Mansour Ossanloo, ‎président du syndicat des travailleurs des bus de Téhéran et de sa banlieue.‎‎

Je suis marié et j’ai deux fils. Quand j’ai commencé ma vie de famille, je travaillais ‎comme chauffeur à la base de construction de Khatam dans la province dévastée par la ‎guerre du sud de l’Iran. Le travail était dur : construire de pistes pour traverser la rivière ‎Karkhe, construire des docks de pierre dans le port de Mahshahr et construire des ‎aqueducs depuis la rivière Karkhe jusqu’à Hamideh à Ahvaz. L’amour de mon pays m’a ‎aidé à supporter l’éloignement de ma famille et je rejetais la tristesse.‎

Au bout de deux ans, tous les chauffeurs, intérimaires ou permanents, ont été licenciés. ‎En 1997, j’ai rejoint la compagnie des bus de Téhéran ; je travaillais par vacation de 12 ‎heures, de jour comme de nuit, dans les rues les plus embouteillées de la ville. Pendant ‎que je travaillais dans cette unité, avec mes collègues les plus expérimentés et les plus ‎sincères, nous avons essayé d’améliorer et de moderniser nos conditions de travail et ‎tenté d’empêcher la corruption ; la direction nous a répondu en nous humiliant, en nous ‎ridiculisant ; le conseil islamique du travail a agi de même ; mais nous avons continué à ‎demander nos salaires en retard, nos primes, nos uniformes, des conditions de travail ‎moins dures, moins nocives, moins dangereuses ainsi que la fin des contrats ‎temporaires dont certains duraient quatre à cinq ans.‎

Bien que nous n’ayons pas obtenu satisfaction sur beaucoup de points, que les gens ‎haut-placés nous considéraient comme cupides et ingrats, nous avons continué. La ‎direction nous a menacés de licenciement.‎

Malheureusement, en 2001, alors que je transportais des passagers, j’ai eu un accident ‎qui a causé un mort. J’ai contacté l’assurance de mon entreprise pour qu’elle m’assiste. ‎Mais après quelques entretiens entre la famille de la personne décédée et l’assurance, ‎la somme que l’on me réclamait est passée de 10 à 18 millions de tomans. Et ‎l’assurance s’est déclarée légalement non-responsable.‎

Mes plaintes au département du travail n’ont servi à rien jusqu’à ce que les directeurs de ‎la compagnie acceptent de payer la totalité de la somme si je démissionnais. Et comme ‎je n’avais pas une telle somme d’argent, j’ai été obligé de démissionner, ce qui m’a fait ‎perdre mes quatre ans d’ancienneté, sans compter les années de dur travail dans des ‎conditions difficiles. Cela a eu de graves conséquences pour ma famille. Mon épouse, ‎qui était enceinte à l’époque, a fait une dépression nerveuse. Depuis lors, j’ai travaillé ‎avec l’entreprise Transportation and Shipping. Ce secteur appartient au privé, il n’y ‎existe pas de syndicat fort et indépendant et les salaires sont souvent payés en retard et ‎il était donc difficile pour les chauffeurs de joindre les deux bouts. Et nous avons ‎commencé à discuter de la façon dont nous pourrions améliorer nos conditions de ‎travail.‎

J’ai toujours suivi quatre règles dans ma vie : être fier mon travail, essayer de respecter ‎mes pairs, aimer mon pays et ses habitants et servir la société en élevant mes enfants ‎pour qu’ils puissent lui être utiles.‎

Au bout d’un an de prison dans les sections 209 et 350, sans rien savoir de mon sort, ‎j’ai été condamné à cinq ans de prison par la 15ème chambre du tribunal révolutionnaire ‎présidée par le juge Salavati. En quelques minutes, j’ai été accusé d’être « une menace ‎pour la sécurité nationale » ; je n’ai pas eu le droit d’être représenté par un avocat. J’ai ‎porté objection sur la procédure, mais ni moi ni ma famille n’avons pu voir le dossier ou ‎les chefs d’accusation, encore moins les étudier.‎

‎J’ai été condamné sur des accusations sans fondement à cinq ans ; j’en avais déjà ‎effectué deux en préventive. Qu’ai-je fait contre la sécurité nationale ? Je ne suis affilié à ‎aucun parti politique, à aucun groupe ou organisation et toutes mes actions étaient ‎légales et se rapportaient à la défense des travailleurs. Le seul crime que j’ai commis ‎était la revendication des droits des travailleurs et de leurs syndicats ; nous arrêter ne ‎nous empêchera pas de revendiquer nos droits. Il est nécessaire de créer des syndicats ‎légitimes, indépendants avec des droits légaux en accord avec le ministère du travail ‎pour améliorer la sécurité de l’emploi, améliorer les salaires en les indexant sur ‎l’inflation, lutter contre le paiement en retard des salaires, pour des contrats permanents ‎entre travailleur et employeur, pour une sécurité sociale nationale, pour la couverture ‎des travailleurs par une assurance, pour l’arrêt de la privatisation du secteur du ‎transport terrestre et maritime, beaucoup d’entreprises sont déjà privatisées, pour mettre ‎fin à l’exploitation des travailleurs par les employeurs. Si les forces de sécurité et le ‎ministère des transports s’occupent de ces sujets, le secteur du commerce se ‎conformera à la loi. Si ces lois sont appliquées, ce sera tout bénéfice pour la sécurité ‎publique, la productivité augmentera et l’industrie dans son ensemble sera plus ‎profitable. Mon crime et celui d’autres, semblable à moi est d’avoir parlé et reparlé de ce ‎sujet.‎

On discute de ce sujet entre chauffeurs et travailleurs et même avec certains dirigeants ‎du transport, honnêtes et compétents.‎

Tous ces problèmes devraient être portés devant la Fédération Internationale des ‎Travailleurs des Transports (ITF) et aussi devant l’Organisation Internationale du Travail ‎‎(ILO) qui nous a toujours prêté une oreille attentive et a soutenu ses frères dans le ‎monde entier, qui comprend nos peines et nos souffrances. Nous voulons qu’ils portent ‎ces problèmes devant les instances internationales ainsi que devant les organisations ‎qui défendent les droits humains. Nous voulons que tous les travailleurs, surtout ceux du ‎secteur des transports, entendent comment tant de travailleurs ont été condamnés ‎injustement et illégalement. Nous voulons que vous fassions savoir comment, dans ‎notre pays, nous n’avons aucun droit des travailleurs, aucun droit humain, comment, ‎pour la plus petite plainte sur nos conditions de travail, nous sommes injustement et ‎illégalement sévèrement torturés et emprisonnés.‎

Dans l’espoir de lendemains qui chantent pour tous,‎

Afshin Osanloo

7 août 2012,

prison de Gohardasht Rajaee Shahr

Voir aussi sur

http://www.iran-echo.com/afshin_ossalnou.html

http://soliranparis.wordpress.com/2…


Article publié le 11 juillet 2013
Avertissement

Toute contribution validée peut faire l'objet de commentaires. Ces derniers ont pour objectifs de :

  • compléter l'information donnée dans la contribution
  • apporter un argument ou contre-argument à la contribution
  • apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution
Tout commentaire ne répondant pas à ces trois objectifs, ou étant contraire à la politique éditoriale du collectif Indymedia Lille sera suprimé définitivement du site

Seul les compléments d'information sont autorisés pour les événements présentés dans l'agenda.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

modération à priori

Les commentaires de cet article sont modérés à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un membre du collectif Indymedia Lille.


Saisissez votre commentaire

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

SyndicationSyndication |  Site réalisé avec spip 2.0.10 [14698] |  Version du squelette 4.0