Avis de tempêtes #26 envoyé le 16/02/20 - Analyses
Avis de tempêtes #25 envoyé le 19/01/20 - Analyses
Avis de tempêtes #24 envoyé le 17/12/19 - Analyses
Ils ne nous feront pas taire ! envoyé le 08/12/19 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Expulsion en cours de la Zad de la dune (Vendée) envoyé le 22/01/20 - Articles d’ailleurs
Et de dix … les malfaiteurs-ses se bousculent à Bure ! envoyé le 02/01/20 - Articles d’ailleurs
[GISTI] La maire de Calais jugée incompétente… envoyé le 28/12/19 - Articles d’ailleurs
Appel à occuper Tweebosbuurt ! envoyé le 22/12/19 - Articles d’ailleurs
Agenda de lutte envoyé le 21/12/19 - Articles d’ailleurs
[Gisti] La radicalisation… de l’ordre public envoyé le 06/12/19 - Articles d’ailleurs
[Vidéo] Qu’est-ce que la propriété ? envoyé le 21/11/19 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 14

A bas l’intervention impérialiste française en Côte d’Ivoire !
envoyé le 10/04/11 par PCInt Mots-clés  afrique   anti impérialisme   luttes sociales   contre les guerres  

Lundi 4 avril les militaires français, déjà présents à Abidjan dans le cadre de l’opération « Licorne », ont commencé à attaquer les forces armées fidèles à Laurent Gbagbo, le président sortant.

Comme en Libye l’ONU, cette caverne des brigands, a accordé son blanc-seing à l’attaque (et le contingent militaire onusien y a participé) sous le prétexte, encore une fois, de « protéger les populations civiles ». Il est difficile dans ce cas de comprendre pourquoi les cibles des hélicoptères et canons onusiens et français ont été, outre des blindés et lance-roquettes, les installations de la télévision ou la résidence de Gbagbo ; il est encore plus difficile de comprendre pourquoi les militaires et responsables français et onusiens ne se sont pas émus des massacres de civils par centaines commis par les partisans de Ouattara dans leur conquête du pays !

En réalité les autorités françaises, entraînant derrière elles l’ONU grâce à l’accord des Américains, ont décidé de passer à un soutien militaire direct aux forces de Ouattara, après avoir sans aucun doute discrètement soutenu leur offensive, lorsque celles-ci ont marqué le pas dans la prise d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire : sans une aide militaire extérieure, les hommes de Guillaume Soro - l’ancien chef rebelle, l’ancien premier ministre dans le gouvernement d’« union nationale » Gbagbo devenu premier ministre de Ouattara – ont toutes les difficultés pour remporter la victoire définitive, en dépit de la défection des principaux chefs militaires, passés dans le camp du futur vainqueur.

En décidant d’une intervention militaire ouverte, le gouvernement de Sarkozy ne fait que continuer une politique suivie de façon constante par tous les gouvernements français, de droite ou de gauche, utilisant alternativement les moyens « pacifiques » et violents pour servir les intérêts impérialistes. L’implication directe de la France dans les affaires intérieures de son ancienne riche colonie (comme dans les autres) ne date en effet pas d’aujourd’hui ; l’accession de la Côte d’Ivoire à l’indépendance n’a pas coupé les liens de dépendance économique qui la rattachaient étroitement à l’ancienne métropole coloniale.

Sans doute la présence économique française était devenue moins prépondérante au cours des décennies qui se sont écoulées en raison d’un certain développement capitaliste national et de la concurrence toujours plus forte des autres impérialismes (surtout Américain) dans son ancien « pré carré » africain ; mais cette présence s’est récemment renforcée à la suite des privatisations imposées par les organisations financières internationales au service de l’impérialisme (FMI, Banque Mondiale). Il y aurait actuellement environ 600 entreprises françaises présentes dans les divers secteurs de l’économie ivoirienne : c’est la défense des intérêts de ces entreprises et rien d’autre qui détermine la politique de l’impérialisme français, que ce soit en 2002 lors du sauvetage du régime de Gbagbo face aux rebelles nordistes de Soro puis de l’imposition d’un partage du pouvoir avec ceux-ci, ou aujourd’hui dans le soutien à Ouattara. La persistance de la domination de l’impérialisme français, particulièrement rapace, en Côte d’Ivoire ne peut amener qu’un redoublement de souffrances et de malheurs pour les masses de ce pays.

Mais ni Laurent Gbagbo, Alassanne Ouattara, Guillaume Soro ou Konan Bédié ( l’« héritier » del’ancien autocrate et pilier de la françafrique, Houphouët Boigny), ne représentent une quelconque alternative favorable pour les masses et les prolétaires de Côte d’Ivoire ; tous représentent des fractions bourgeoises rivales, liées à des intérêts économiques à base souvent régionales ou tribales, qui ont démontré leur servilité devant l’impérialisme français et le capitalisme mondial.

Le « socialiste » Gbagbo tient démagogiquement des discours anti-impérialistes et il dénonce dans Ouattara l’homme du FMI, mais il n’a cessé de favoriser les grands groupes français comme Bolloré et en février 2008 il avait conclu un accord avec le « socialiste » Strauss-Kahn, président du FMI. Un mois plus tard, c’est contre le gouvernement Gbagbo – Soro que se sont déroulées les émeutes de la faim...

Ouattara, le riche notable du nord, ancien premier ministre de Houphouët Boigny, ancien « Directeur Afrique » du FMI, est soutenu, au nom du respect de la « démocratie », par les impérialismes occidentaux, à commencer par la France et les Etats-Unis, qui ont imposé des sanctions économiques pour faire pression sur Gbagbo. Pourtant, dans d’autres pays, africains ou non, de l’Egypte au Niger, du Togo à l’Arabie Saoudite, des violations grossières et parfois sanglantes des beaux principes de la démocratie, n’avaient entraîné aucune réaction de leur part ; l’impérialisme français parle beaucoup de « démocratie » en ce moment, alors qu’il a installé, soutenu et soutient toujours les pires dictateurs en Afrique.
C’est que la démocratie, qui prétend que tous les « citoyens » sont égaux et ont tous le même pouvoir de décider, à travers des élections, la politique de leur pays, n’est en réalité qu’une hypocrite fiction cachant la domination sans partage des intérêts capitalistes sur toute la vie économique, sociale et politique. De même que cette fiction est utilisée par les bourgeois tant qu’elle leur sert à duper les prolétaires, de même elle n’est utilisée par l’impérialisme que tant qu’elle lui est utile !

Ce n’est pas la « démocratie » qui peut ramener la concorde en Côte d’Ivoire, y faire disparaître les tensions inter-ethniques instrumentalisées par les capitalistes, éviter que les prolétaires et les populations fassent les frais des affrontements entre cliques bourgeoises appuyées par l’impérialisme ; comme ce n’est pas elle qui peut faire reculer l’oppression et l’exploitation, et empêcher les exactions impérialistes.
Seule la lutte de classe internationale pourra apporter un soutien effectif aux prolétaires et aux masses déshéritées des pays dits « périphériques » qui trouvent contre eux, non seulement leur propre bourgeoisie et leur propre Etat, mais aussi la puissance des impérialistes. Les prolétaires des grands centres impérialistes ont la possibilité de venir en aide à leurs frères de classe, non par la voie de la charité humaniste, mais en renouant avec la lutte anticapitaliste.
Car seuls, ils peuvent frapper au coeur la pieuvre impérialiste, ouvrant ainsi la possibilité, en union avec les prolétaires de tous les pays, de mettre définitivement fin au capitalisme mondial.

Après la Libye, l’Afghanistan ..., à bas l’énième intervention impérialiste française en Côte d’Ivoire !

Pour la reprise de la lutte prolétarienne internationale contre le capitalisme !

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Parti Communiste International

www.pcint.org


envoyé le 10 avril 2011  par PCInt  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top