Avis de tempêtes #26 envoyé le 16/02/20 - Analyses
Avis de tempêtes #25 envoyé le 19/01/20 - Analyses
Avis de tempêtes #24 envoyé le 17/12/19 - Analyses
Ils ne nous feront pas taire ! envoyé le 08/12/19 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Expulsion en cours de la Zad de la dune (Vendée) envoyé le 22/01/20 - Articles d’ailleurs
Et de dix … les malfaiteurs-ses se bousculent à Bure ! envoyé le 02/01/20 - Articles d’ailleurs
[GISTI] La maire de Calais jugée incompétente… envoyé le 28/12/19 - Articles d’ailleurs
Appel à occuper Tweebosbuurt ! envoyé le 22/12/19 - Articles d’ailleurs
Agenda de lutte envoyé le 21/12/19 - Articles d’ailleurs
[Gisti] La radicalisation… de l’ordre public envoyé le 06/12/19 - Articles d’ailleurs
[Vidéo] Qu’est-ce que la propriété ? envoyé le 21/11/19 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 14

Israël/Palestine : manifestation à Tel Aviv le 4 juin
envoyé le 06/06/11 par patrice bardet Mots-clés  antinationalisme   proche et moyen orient   contre les guerres  

25 000 manifestants dans les rues de Tel-Aviv répondent à l’appel lancé par les pacifistes et les communistes pour soutenir la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967

2011-06-04 Demo TLV25 000 manifestants dans les rues de Tel-Aviv répondent à l’appel lancé entre autres par les pacifistes et les communistes pour soutenir la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Environ 25 000 personnes ont participé à une manifestation dans le centre-ville de Tel-Aviv, samedi soir, pour soutenir la création d’un État Palestinien dans les frontières de 1967


La marche s’est achevée sur un rassemblement devant le Musée de Tel-Aviv, les députés Dov Khenin (Parti communiste/Hadash), Daniel Ben Simon (Travailliste), Nino Abesadze (Kadima), Zahaya Galon (Meretz), le maire de Nazareth Ramez Jeraisy, la rédactrice en chef d’Al Ittihad, quotidien communiste, et militante féministe connue de tous Aida Touma-Sliman et enfin le dramaturge Yehoshua Sobol y ont prononcé des discours.


De nombreux partis politiques et groupes pacifistes, dont le Parti communiste/Hadash, le Parti travailliste, Meretz, le courant Derech de Kadima, Peace now, les Combattants de la paix, Solidarité Sheikh Jarrah et Gush Shalom – ont participé au rassemblement. A la tête du cortège, plusieurs membres du Parlement : les députés Khenin (communiste), Galon (Meretz), Muhammad Barakeh (communiste), Afu Agbaria (communiste), Hanna Sweid (communiste), Ilan Gilon (Meretz), Nitzan Horowitz (Meretz), Ahmad Tibi (Mouvement arabe pour le renouveau) ; les anciens députés Issam Makhoul (communiste), Tamar Gozansky (communiste), Haim Oron (Meretz) et le secrétaire-général du Parti communiste d’Israël Muhammad Nafa’h.


Les manifestants portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Un État Palestinien – l’intérêt d’Israel », « « Bibi [Netanyahu], reconnaît les Palestiniens » et « Yes, we KEN [KEN signifie ’oui’ en Hébreu ». Les manifestants ont brandi également des drapeaux Palestinien, Israélien et des drapeaux rouges sur lesquels avaient été inscrits « Oui à la paix » et « Juifs et Arabes refusent d’être des ennemis ».


Plusieurs dizaines de militants de droite, drapés dans des drapeaux Israéliens, avaient organisé un contre-rassemblement au point de départ de la marche, sur la place Rabin. Pendant le défilé, deux militants de gauche ont été arrêtés par pur arbitraire policier.


Une militante de longue date du Parti communiste, la professeur Yenina Altman, 80 ans, avait fait un long voyage depuis Haifa pour assister à la marche : « Il est important pour moi d’exprimer le souhait de voir les Palestiniens devenir indépendants », a-t-elle déclaré. « Je suis venue de Pologne après que toute ma famille a péri. J’aimerais que mon pays démontre de la tolérance et du respect envers les Palestiniens et leur accorde le droit à un État palestinien, tout comme nous l’avions souhaité. »


Membre du Comité central du Parti communiste d’Israël, Rawda Marcus, de la cité Galiléenne de Kafr Yasif a déclaré : « Nous espérons que tels actes de protestation se renforceront et mèneront à un changement qui verra un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale ».


Plusieurs rues dans la zone de la manifestation à Tel-Aviv ont été fermées au trafic, causant une paralysie de la circulation dans le centre-ville pendant plusieurs heures.


(sur la photo, de gauche à droite, les députés communistes Khenin, Barakeh, Agbaria, le maire de Nazareth Jeraisy, le député communiste Sweid et le secrétaire du Hadash Ayman Odeh à la tête du cortège à Tel-Aviv)



IL faut relativiser cette prétendue opposition en Israël.

Hormis le PCI, en fait de prétendus "pacifistes" tous ces partis sionistes ont été les uns après les autres au pouvoir, ont participé à la colonisation, à la dépossession des arabes d’Israël.

Le PCI, pour exister légalement, n’a plus le droit de prôner un seul et même Etat démocratique pour les juifs et arabes ensemble.

Les autres partis ont approuvé la guerre contre le Liban, celle contre la population désarmée de Gaza

Les sionistes de gôche craignent par dessus tout qu’Israël perde son caractère d’Etat Juif. Les communiqués et articles de La Paix Maintenant expriment la peur que les palestiniens en viennent à réclamer les mêmes droits pour tous

Il est dommageable d’entretenir l’illusion de deux Etats, dont l’un serait un ramassis de confettis, bantoustans sans aucun attribut de souveraineté, l’autre une hyper puissance régionale nucléaire

Certains nous parlent d’un Etat Palestinien comme étant "la Solution".

Cette prétendue "solution" est poussée par les sionistes de gôche, qui y voient la survie d’Israël, Etat Juif : ils craignent en effet que les palestiniens en viennent à réclamer l’égalité des droits (voir les communiqués et analyses de LPM en ce sens - partiellement inaccessible - http://www.lapaixmaintenant.org/les…)

ll est devenu évident au regard des cartes que la solution à deux Etats est devenue impossible (depuis la 1° intifada)

On pourra lire, de Julien Salingue

A la recherche de la Palestine : introduction du livre

une carte publiée par le Monde Diplomatique résume parfaitement la situation

Encore que même si elle avait été viable, toute négociation aurait du respecter le droit inaliénable des réfugiés à retourner dans leurs foyers.

L’AP n’a aucune légitimité pour négocier, et comme rappelé, l’OLP elle même doit être réformée et revenir à ses fondamentaux

Quelque soit l’issue ( 1 ou 2 Etats), les populations sont intimement mêlées.

Personne n’imagine que les 500.000 colons seront expulsés d’une cisjordanie revenue aux frontières de 1967, avec Jérusalem Est capitale de la Palestine : ce serait la guerre civile, et plus surement la guerre contre le nouvel Etat de Palestine

La proclamation d’un Etat croupion de Palestine serait une infamie pour le droit au retour des réfugiés Palestiniens.

On peut imaginer surement qu’Israël expulserait vers ce nouvel Etat les Palestiniens restant encore en Israël

La seule solution sera un Etat bi-national à terme. Même si cela doit prendre encore une dizaine d’années, avec en solution intermédiaire une fédération d’égaux

Comme la colonisation est devenue un fait, les palestiniens ( d’Israël et de cisjordanie occupée) finiront par réclamer des droits égaux pour tous, rejoignant la campagne contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Rappelons que la situation était semblable, avec des bantoustans confettis "souverains".

Le mouvement international BDS y contribuera, contre la volonté des impérialistes, comme en Afrique du SUD


il est d’autres voies qu’un Etat croupion...

ci-dessous, deux textes, dont l’un sur le site de l’UJFP


AVEC ADALAH : OUVRIR UN HORIZON

{{}}

La paix semble aujourd’hui très loin entre Israéliens et Palestiniens :

Sur le terrain, l’occupation, la colonisation, le mur de l’apartheid, l’annexion de Jérusalem, progressent. Le siège de Gaza et son isolement politique et physique achèvent de dessiner un sombre avenir, de dépossession, de malheur et de désespoir continus pour les Palestiniens, qui ne peut promettre aux Israéliens que l’insécurité. Les négociations forcées d’Annapolis confirment tous les jours ce que l’on pouvait en penser dès leur début : le cadre imposé par le gouvernement américain de Bush, hors droit international, excluant une grande partie de la représentation élue palestinienne, n’exigeant que des seuls Palestiniens le respect des engagements ; elles sont vouées à un échec qui risque de créer un vide politique encore plus inquiétant.

En Israël même, les Palestiniens subissent des discriminations grandissantes institutionnalisées Une association de juristes palestiniens d’Israël tente de proposer un nouveau pacte. Adalah (qui veut dire justice en arabe) agit sur le terrain des discriminations en Israël même : dans les domaines du logement, de la terre, du travail, de la santé de l’éducation. Elle travaille avec un outil : Le droit, un principe : l’Egalité des citoyens devant la loi. Une vision républicaine en somme !

Poser la bonne question : Qui est citoyen ?

En février 2007, Adalah rend public le fruit de deux ans de travail : un projet de constitution démocratique : l’Etat d’Israël n’est pas encore arrivé à écrire sa constitution. En effet, comment préserver le caractère juif de l’Etat et se doter en même temps d’une constitution démocratique ?

A propos des propositions de Constitution soumises par des groupes israéliens ces dernières années Marwan Dwairy, le Président du CA de Adalah déclare qu’elles se distinguent « par le fait qu’elles n’intègrent pas les principes démocratiques, en particulier le droit à une égalité pleine et entière de tous les résidents et citoyens,et par leur traitement des citoyens Arabes comme s’ils étaient des étrangers dans ce pays, où l’histoire, la mémoire et les droits collectifs sont la propriété exclusive du peuple juif. Ce n’est donc pas par hasard si ces propositions se sont préoccupées de la question « Qui est Juif ? » et ont négligé la principale question constitutionnelle : « Qui est citoyen ? » Nous avons décidé de proposer une constitution démocratique, qui respecte également les libertés de l’individu et les droits de tous les groupes, qui accorde une importance nécessaire aux injustices historiques commises contre les citoyens Arabes d’Israël, et qui traite sérieusement des droits sociaux et économiques de tous. »

De la mer au Jourdain : Garantir les droits individuels de tous

Mais Adalah n’arrête pas là sa réflexion et un an plus tard annonce qu’elle travaille à la rédaction d’une constitution supra nationale inspirée par le modèle de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Cette constitution reconnaîtra le droit à l’autodétermination des deux peuples entre le Jourdain et la mer, mais veut ouvrir un espace public commun dépassant les entités nationales, et assurant les droits individuels de tous ceux qui vivent dans la région, conformément au droit international. Le projet garantira aux réfugiés palestiniens qu’ils pourront exercer leur droit au retour, et prendra aussi en compte l’immigration juive dans la région.

« Peu importe le nombre d’Etats qu’il y aura dans la région. Il pourra y avoir un Etat, deux Etats ou un régime fédéral. Ce qui importe, c’est que dans la Palestine historique, les droits de l’homme se voient garantis pour chacun », explique Hassan Jabareen ? fondateur et directeur de Adalah.

Soutenir ce travail pionnier de la paix

Pour nous, citoyens français et européens, juifs et arabes, Adalah par son travail de terrain et la réflexion qu’elle a initiée* ouvre l’horizon d’un avenir pacifié, où juifs et palestiniens pourront vivre ensemble (quelque soit la forme qu’ils choisissent …) sur la même terre dans l’égalité, la dignité et avec la garantie de leurs droits.

(...)

Une Constitution Démocratique pour l’état israélien


Au dixième anniversaire de sa création, Adalah rend publique « La Constitution Démocratique », une proposition de constitution pour l’Etat d’Israël, basé sur le concept d’un Etat démocratique, bilingue et multiculturel.

Cette proposition de constitution se base sur les principes universels et les conventions internationales sur les Droits de l’Homme, le vécu des nations et les constitutions de différents Etats démocratiques.

Ces dernières années, des groupes israéliens ont soumis plusieurs constitutions pour l’Etat d’Israël.

Cependant, ces propositions se distinguent par le fait qu’elles n’intègrent pas les principes démocratiques, en particulier le droit à une égalité pleine et entière de tous les résidents et citoyens, et par leur traitement des citoyens Arabes comme s’ils étaient des étrangers dans ce pays, où seul le peuple juif aurait droit à l’histoire, à la mémoire et aux droits collectifs.

Ce n’est donc pas par hasard s’ils se sont préoccupés de la question « Qui est Juif ? » et ont négligé la première question constitutionnelle : « Qui est citoyen ? »

Par conséquent, nous avons décidé de proposer une constitution démocratique, qui respecte également les libertés des individus et les droits de tous les groupes, qui reconnaît la signification des injustices historiques commises contre les citoyens Arabes d’Israël, et qui traite sérieusement des droits sociaux et économiques de tous. Si « La Constitution Démocratique » parvient à souligner l’énorme écart qui la sépare des autres propositions, et à créer un débat public objectif et un dialogue sur la nature des droits et des libertés dans ce pays, nous aurons fait un pas important sur les questions d’égalité raciale, de libertés et de justice sociale.

Le travail de préparation de cette constitution a pris près de deux ans, au cours desquels de nombreuses réunions et journées d’étude du personnel d’Adalah, du directoire et de l’Assemblée Générale se sont tenues. En mon nom et au nom d’Adalah, j’exprime ma gratitude et mes compliments au personnel dévoué d’Adalah et à son Directeur Général, l’avocat Hassan Jarabeen, pour tous leurs efforts en préparant ce projet de constitution de manière hautement professionnelle, tout en adhérant aux principes humanistes sur lesquels il est basé.

J’aimerais aussi remercier mes collègues du directoire d’Adalah et les membres de l’Assemblée Générale, ainsi que mes collègues en Israël et à l’étranger qui ont participé à la discussion des différents avant-projets et enrichi les discussions de leurs observations et suggestions.

Il faut noter que la préparation de cette proposition constitutionnelle a été accompagnée de celle de deux autres documents importants, élaborés par deux équipes composées de l’élite intellectuelle et de militants associatifs et politiques : « The Future Vision for the Palestinian Arabs in Israel,” qui a été préparé par un groupe composé de la direction du Haut Comité de Suivi pour les Arabes en Israël délégué par le Comité National des maires Arabes, et la “Convention de Haïfa », élaborée par une équipe constituée de Mada al-Carmel - Arab Center For Applied Social Research, qui sera publiée prochainement. De nombreux membres d’Adalah ont aussi pris part au travail entrepris par ces deux groupes. Chacun de ces documents a ses caractéristiques propres et complète les autres, et chacun exprime le développement du pouvoir d’action politique et sociale des citoyens Arabes d’Israël.

Quoique la rédaction de cette constitution soit à un stade avancé, nous la voyons comme un projet à débattre pendant un an, afin de permettre une consultation publique. Nous espérons de cette façon parvenir à une version finale de cet important projet.

Professeur Marwan Dwairy,
Président du Directoire d’Adalah
Février 2007

Extrait

Chapitre un : Introduction

1. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, qui a consacré les leçons tirées des crimes commis au cours de la seconde guerre mondiale, et les Conventions internationales des Droits de l’Homme ratifiées par la suite, déclarent que : Tous les êtres humains sont égaux, la non-discrimination est un principe absolu sur lequel on ne peut transiger, tous les peuples ont le droit à l’autodétermination, aucune nation ne possède des droits qui sont supérieurs à ceux d’une autre nation, et il est essentiel d’assurer la liberté et les droits économiques et sociaux de l’individu pour parvenir à la liberté, l’égalité et la justice.

2. Après la fin de la seconde guerre mondiale, suite à leur longue et juste lutte contre les régimes coloniaux, de nombreuses nations ont parvenu à leur indépendance et à asseoir leur droit à l’autodétermination. Au cours des deux dernières décennies, des processus qui ont marqué l’histoire ont abouti dans des Etats où des politiques de répression et de discrimination avaient régné auparavant. La fin du régime d’apartheid en Afrique du Sud est l’exemple le plus frappant. Ces Etats ont tiré des leçons du passé et promu une réconciliation historique, basée sur la reconnaissance de l’injustice historique que ces politiques ont infligée aux groupes réprimés et discriminés, et ils ont assuré la participation effective de ces groupes dans le processus constitutionnel.

3. Sur la base de principes universels, des Conventions internationales des Droits de l’Homme et de l’expérience des nations, nous - en tant qu’organisation de droits de l’homme - visons à proposer une constitution, comportant des dispositions sur le régime de gouvernement et les droits et libertés, détaillées ci-dessous. Nous croyons que cette proposition constitutionnelle devrait être incorporée dans les lois et/ou la future constitution de l’Etat d’Israël.

4. Afin de construire une société égalitaire et démocratique, libre de répression et de violence, et de jeter les fondations d’une réconciliation historique entre l’Etat d’Israël et le peuple palestinien et toute la nation arabe, l’Etat d’Israël doit reconnaître ses responsabilités pour les injustices infligées au peuple palestinien, avant comme après sa création. L’Etat d’Israël doit reconnaître, par conséquent, sa responsabilité pour les injustices de la Nakba et de l’Occupation ; reconnaître le droit au retour des réfugiés sur la base de la résolution 194 de l’ONU ; reconnaître le droit du peuple palestinien à l’autodétermination, et se retirer de tous les territoires occupés en 1967.

5. Les citoyens Arabes Palestiniens de l’Etat d’Israël ont vécu dans leur patrie pendant d’innombrables générations. Ils y sont nés, c’est là que leurs racines historiques ont grandi, et c’est là que leur vie nationale et culturelle s’est développée et épanouie. Ce sont des acteurs de l’histoire et de la culture humaines en tant que partie des nations arabes et islamiques et composants inséparables du peuple palestinien.

6. Puisque que leur statut politique a été changé contre leur volonté, faisant d’eux une minorité dans leur patrie, puisqu’ils n’ont pas renoncé à leur identité nationale ; et puisque les droits d’une minorité indigène doivent inclure, inter alia, ces droits qui auraient dû être préservés et développés autant que possible s’ils n’étaient pas devenu une minorité dans leur patrie, ainsi, le point de départ juridique de ce projet de constitution est : Les citoyens Arabes de l’Etat d’Israël sont une minorité indigène.

7. Les mesures et pratiques des gouvernements israéliens ont infligé de sévères injustices à la minorité palestinienne arabe depuis 1948, dont certaines persistent encore, parmi lesquelles la séparation physique de cette minorité de son peuple et de sa nation, le déracinement et la destruction de villages, la démolition de maisons, l’imposition de la loi militaire jusqu’en 1966, le massacre de Kafr Kassem en 1956, le meurtre de jeunes gens pendant la première Journée de la Terre en 1976 et lors des protestations de masse d’octobre 2000, la confiscation des propriétés du Waqf musulman, l’expropriation des terres, le déni de villages arabes, la séparation des familles, les politiques de discrimination institutionnelle dans tous les aspects de la vie, et l’exclusion de la minorité arabe de l’Etat défini comme juif. Par conséquent, la proposition constitutionnelle qui suit affirme que les droits élémentaires de la minorité arabe comprennent : le retour de la terre et des biens dans une optique de justice réparatrice, la participation effective aux processus de décision, la réalisation du droit à l’autonomie culturelle et la reconnaissance de la langue arabe comme langue officielle de l’Etat d’Israël.

8. La dignité et la liberté sont fondamentales pour une société fondée sur les droits de l’homme. Mais la réalisation de ces droits dépend de l’existence d’une société égalitaire. Par conséquent, cette proposition de constitution affirme le devoir de garantir et de protéger les droits économiques et sociaux de tous les habitants et citoyens, particulièrement des plus démunis.

9. Dans un Etat qui ne domine pas un autre peuple ni n’occupe son territoire, basé sur la pleine égalité entre tous ses habitants et entre tous les groupes qui le composent, les citoyens Juifs et Arabes respecteront les droits réciproques de vivre dans la paix, la dignité et l’égalité, et seront unis par la reconnaissance et le respect mutuels de leurs différences, ainsi que des différences existantes entre tous les groupes dans un Etat démocratique, bilingue et multiculturel.

(Approuvé par l’Assemblée Générale d’Adalah du 15 juillet 2006)

source sur Info-Palestine

La Constitution Démocratique


envoyé le 6 juin 2011  par patrice bardet  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top