"Réindustrialisons" : quand "Là-bas si j’y suis" défend le cancer français
envoyé le 06/04/12 Mots-clés  écologie  

En campagne pour Jean-Luc Mélenchon, l’émission Là-bas si j’y suis de Daniel Mermet sur France Inter diffusait, mercredi 5 et jeudi 6 avril 2012, un reportage de François Ruffin intitulé « Arkema et les vautours ». Où l’on apprend que le premier groupe chimique français s’apprête à céder, pour un euro symbolique, son « pôle vinylique » et les 2000 salariés qui vont avec, à un financier américain. Et François Ruffin d’accompagner les syndicalistes d’Arkema dans les QG de campagne des candidats à la présidentielle pour les « interpeller » sur ce scandale économique, et pour défendre l’idée en vogue dans cette campagne : la réindustrialisation de la France.

Pas un mot, durant ces deux émissions, sur l’activité du pôle vinylique d’Arkema et sur cette production qu’il s’agit de maintenir française. L’emploi n’a pas d’odeur, pas même celle du chlore qui sert à produire le chlorure de vinyle. Le chlorure de vinyle ? C’est un message, laissé sur le répondeur de l’émission ce jeudi 6 avril, qui renseigne l’auditoire :

« Merci à François Ruffin pour ce reportage intéressant, mais il me semble utile d’ajouter un complément d’information, pour préciser ce que fabrique le pôle vinylique d’Arkema. Celui-ci produit du chlorure de vinyle, connu par le grand public sous le nom de PVC. Le PVC est un produit classé cancérigène par l’Union européenne et par le Centre international de recherche sur le cancer. Il est notamment en cause dans l’apparition de cancers du foie. Il présente aussi des caractères mutagènes et reprotoxiques. Ceci concerne bien sûr les travailleurs des usines chimiques, dont beaucoup, en France ou aux Etats-Unis notamment, souffrent de cancer du foie, mais aussi tous ceux qui sont exposés à la pollution, entre autres par l’eau de boisson, à cause des déchets du PVC. On peut lire à ce sujet la note éditée par l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques) sur le chlorure de vinyle.

Le PVC est souvent associé aux phtalates pour rendre le plastique souple – pour les jouets ou nombre de produits de consommation courante. Les phtalates sont cancérigènes, mutagènes et responsables d’anomalies de la reproduction masculine.

Enfin l’incinération du PVC génère des dioxines, qui rendent malades et tuent les voisins des incinérateurs, comme à Gilly-sur-Isère en Savoie, ou près de Besançon – y compris avec des incinérateurs de nouvelle génération.
C’est cela, aussi, que défendent les salariés d’Arkema, et qui n’était pas mentionné dans le reportage. »

Ayant diffusé ce message à l’antenne, Daniel Mermet juge utile de le faire suivre d’un autre message d’auditeur qui vante, lui, « le savoir-faire et la dignité » de ces ouvriers menacés de délocalisation. Le producteur enchaîne sur « l’essentiel, l’essentiel (rire), qui est évidemment l’emploi et le chômage et la destruction de l’industrie dans ce pays, la désindustrialisation qui (…) est l’essentiel dans cette campagne ».

Bref, produisons des cancers français. Pour l’emploi, produisons du nucléaire français, des OGM français, des pesticides français, des nanotechnologies françaises. Ça tombe bien, Arkema est leader dans la fabrication des nanotubes de carbone, sous la marque GraphiStrength, avec son unité de production des Pyrénées-Atlantiques d’une capacité de 400 tonnes par an. Les nanotubes de carbone sont ces nanoparticules dont les effets sur les poumons rappellent ceux de l’amiante. Mais pour les syndicalistes comme pour les partisans du Front de Gauche et Là-bas si j’y suis, « l’essentiel, c’est l’emploi », autrement dit : « Nos emplois valent plus que nos vies ».

C’est ça, leur prétendue « planification écologique ». Quant à nous, libertaires et luddites, nous disons : brisons les machines à produire le cancer.

Pièces et main d’œuvre

Grenoble, le 6 avril 2012


envoyé le 6 avril 2012 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 9 avril 2012 14:42

    Si j’ai bien tout compris, il n’existe pas dans l’audiovisuel français des émissions révolutionnaires décidées à renverser l’ordre existant et le capitalisme sous toutes ses formes.

    Si c’était le but de la démonstration, il a été atteint. Merci donc d’avoir décillé les yeux des naïfs qui croyaient encore que France Inter était un média subversif.

    Ceux qui étaient déjà au courant, par contre, se posent toujours la question de l’intérêt à taper systématiquement sur les émissions un peu moins pires que les autres, comme si la population était condamnée à être d’un côté ou de l’autre d’une ligne infranchissable. Ou avec Pièces et main-d’œuvre, ou avec tous les autres, il faut choisir.

    L’allusion à Mélenchon n’est d’ailleurs pas innocente : le seul candidat à abattre clairement désigné, voir la fine analyse :

    Halte au front de gauche

    http://lille.indymedia.org/article26817.html

  • 14:42 a décidemment un problème dès que l’on touche aux faux amis. Mais globalement on se demande bien ce que cela peut lui faire ? Veut il que l’on se contente de taper sur les Sarkozy et consorts ? Mélanchon et tous ces faux derch’ sociaux démocrates seraient exempts de tout soupçon ? la critique ne doit alors se situer que sur certains ? allez explique nous ou est la limite à ne pas franchir et pourquoi ? explique nous pourquoi c’est scandaleux d’emettre des critiques sur de émissions et/ou candidats qui leurrent le peuple ? explique nous pourquoi le nationalisme franchouillard de Mélenchon serait une bonne chose ?

  • Il est devenu à la mode et du dernier chic dans certains milieux de n’intervenir QUE contre les « faux amis », au point qu’on se demande si vous avez des « vrais ennemis » ou même des « vrais amis ».

    A force de commencer par les faux amis, vous n’avez plus le temps de vous occuper des autres, au moins sur Indymedia. Alors, permettez qu’on vous pose la question ICI, puisque c’est l’endroit que vous avez choisi.

    « la critique ne doit alors se situer que sur certains ? » Pas la peine de projeter sur les autres ce que tu es EXACTEMENT en train de faire. Cet article n’est pas une RÉPONSE à des gens qui auraient fait ici campagne pour Mélenchon, c’est le CHOIX délibéré d’écrire un pamphlet contre Mélenchon et Mermet plutôt que contre n’importe qui d’autre, et sans même le prétexte de répondre à quelqu’un.

    A part ça, je ne vote pas et je n’ai pas de candidat, mais je sais encore lire, et je suis capable d’avoir mon opinion sur les choix prioritaires de traitement de l’information par certains.

  • Il est devenu à la mode et du dernier chic dans certains milieux de n’intervenir QUE contre les « faux amis »
    Une mode, je dirais plutôt un besoin vital lorsqu’on voit les dommages que certains ont fait jusqu’aujourd’hui sans que personne ne réagisse.

    c’est le CHOIX délibéré d’écrire un pamphlet contre Mélenchon et Mermet
    Rien d’illégitime à ça


    je suis capable d’avoir mon opinion sur les choix prioritaires de traitement de l’information par certains.

    Très bien alors écri donc tes propres articles, ceux que tu estimes plus légitime et ainsi l’équilibre dont tu rêves sera plus présent sur indymédia.

  • La question légitime n’est pas celle qui existait déjà au moment de la fermeture de Métaleurop ?
    Il faut se souvenir comment le débat fut posé : ou l’écologie, ou l’emploi.
    Mais 10 ans après la fermeture du site Metaleurop, ni l’un ni l’autre n’en est sorti vainqueur.
    Les activités polluantes n’existent plus, mais le site reste archi-pollué, et c’est bien les travailleurs qui vont le dépolluer avec leur argent...

    Ah, mais c’est vrai tout ça c’est loin, et puis qui est parti s’intéresser aux centaines de chômeurs à cause de la fermeture du site ?
    Et puis, après tout, on s’en fout, qui s’en souvient ?
    Vous avez fait un stage à la Voix des Porcs ? Parce que vous posez le même débat inutile...

    "C’est cela, aussi, que défendent les salariés d’Arkema"
    Ils défendent avant tout leur droit de bouffer, peu importe leur activité ; vous auriez dit en face aux travailleurs de l’industrie que, finalement, c’était pas plus mal que leurs usines ferment ? Vous auriez parler à des ouvriers de l’automobile, ils auraient fait la même chose : défendre une industrie polluante, et criminelle...
    Mais délocaliser ne signifie pas l’arrêt
    de cette industrie, elle va juste faire des ravages ailleurs (et même parfois pire, les délocalisations sont aussi motivées par l’absence de réglementations envers l’environnement ou le droit du travail), là où tout le monde s’en fout, parce que c’est peut-être moins grave ?

    D’ailleurs allons au-delà : l’école n’étant que le lieu de reproduction de la bourgeoisie, il est vital de la détruire et de continuer à enlever des postes d’enseignants, occupés à transmettre des valeurs de merde à nos gosses.

    Au fond, avec des opposants pareils (Mermet, Pieces et main d’oeuvre), le patronat peut dormir tranquille : ou l’écologie ou l’emploi, cochez la bonne case...
    Et tous les imbéciles de se ruer sur la case de leur choix...

    Les ouvriers d’Arkema ne sont pas masos, mais à qui la faute s’ils en viennent à défendre quelquechose qui les fait crever à petit feu ?
    Parce que pour l’instant, ils n’ont aucune alternative : ou crever à petit feu, ou crever encore plus vite !

    Remarque : j’ai du mal à savoir en quoi une délocalisation va régler le problème de la pollution, à moins de considérer, que c’est moins grave le cancer en Chine qu’en France...
    Qui peut croire que cette industrie va disparaître ?
    Situation paradoxale de celui qui veut défendre l’internationalisme mais fait preuve d’un nombrilisme qu’il dénonce chez les autres...

  • 11 avril 2012 00:38

    Il y en a un beau ce soir qui passe chez Taddeï, à « Ce soir ou jamais » : l’anarcho-sarkozyste Michel Onfray. On espère que Pièces et main-d’œuvre va nous pondre un de ces articles dont il a le secret sur Indymedia.

    On va bien voir si nos vaillants extrémistes sur le papier trouvent aussi dangereux un pitre bien plus démagogue que Mélenchon, mais qui a l’énorme avantage d’être totalement inféodé au pouvoir et à la pensée dominante. Et ce serait une bonne occasion de dénoncer les « faux amis » chez de prétendues organisations « libertaires » qui continuent de s’en réclamer.

  • 11 avril 2012 17:47

    Effectivement, on a compris, essayons l’ignorance : elle a visiblement de l’avenir !

  • heureusement, les usines Kronembourg et Heineken n’ont pas prévu de fermer, et les travailleurs n’ont pas prévu de faire grève.
    C’est une bonne nouvelle, les punks à chien pourront continuer à lutter en faveur du soutien à la production industrielle, sans se soucier du méchant cancer !
    la jaunisse c’est quand même plus la classe.

  • 14 avril 2012 23:10

    " [...] Vous vous désignez comme « luddites » – et en effet, vous avez beaucoup œuvré pour raviver la mémoire de ce courant (des tondeurs et tricoteurs qui, au XIXème siècle, brisaient les machines, au Royaume-Uni notamment mais également en France – des lecteurs peuvent l’ignorer). Spirituellement, peut-être en êtes-vous les héritiers. En revanche, socialement, vous revendiquer comme « luddites » relève en partie de l’imposture, de l’escroquerie : ce luddisme était un mouvement de travailleurs. Et non d’une poignée d’intellectuels.

    Ce n’est pas un crime, évidemment, d’être des intellectuels.

    Ce n’est pas une honte que d’être une poignée.

    Mais lorsqu’on se prétend ainsi les descendants – je le répète – d’un mouvement de travailleurs, l’absence de liens avec ces mêmes travailleurs, tout de même, pose problème, non ?

    Or, à vous lire, vous faites tranquillement sans les travailleurs. Et vous seriez bien prêts à faire contre les travailleurs, contre leur volonté.

    Dans votre second texte, que répondez-vous à ce prolo qui s’indigne de vos écrits (à lire ici) ? Qu’il faudrait que lui et ses camarades suivent votre modèle christique, qu’ils acceptent « une vie entière volontairement sous le seuil de pauvreté », qu’ils renoncent (entre autres) à faire des enfants, bref, qu’ils procèdent à un suicide social collectif.
    Est-ce ainsi que vous comptez mettre en branle des forces sociales ?

    Ce renoncement volontaire a d’autant moins de chances de se produire, par choix et dans la joie, que vous le réclamez à un groupe déjà socialement laminé depuis trente ans – quant aux effectifs, quant au taux de chômage, et même quant aux revenus.
    Avec ce programme ébouriffant, dans combien d’usines avez-vous créé une section « luddite » ? Dans combien de sections syndicales avez-vous fait avancer vos idées ? Les « luddites » du XIXème vivaient parmi leurs frères humains, pensaient et agissaient à leurs côtés." [...]

    À la place, vous voilà tels de magnifiques prophètes, seuls sur votre colline, drapés dans votre pureté, décochant vos flèches sur cette fange humaine qui, dans la vallée boueuse, enlisée dans la tourbe du quotidien, ne suit pas le chemin lumineux que vous lui désignez. Et nous voilà , oui, nous qui sommes empêtrés dans des contradictions, nous qui tentons de les résoudre, nous qui, contre l’Argent-roi, nous battons, déjà , pour nous réapproprier un peu notre destin commun, nous voilà tous – journalistes dissidents, syndicalistes, militants du Front de gauche – nous voilà tous jetés dans une même opprobre" [...]

    http://www.fakirpresse.info/Reponse-a-nos-camarades-de-Pieces.html

Avertissement

Les commentaires sont modérés avant d’être visibles et n’apparaissent pas directement après les avoir proposés.

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.19 [24473]
Top