[31-03] Des nouvelles de la zap envoyé le 02/04/20 - Locales
[Radio] La voix sans maître un pied dehors #2 envoyé le 29/03/20 - Locales
Appel à la grève des loyers envoyé le 24/03/20 - Locales - 1 complément
[Radio] La voix sans maître un pied dehors envoyé le 24/03/20 - Locales
Création d’un groupe d’entraide à Fives envoyé le 23/03/20 - Locales
Coronavirus au CRA de Lesquin envoyé le 15/03/20 - Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13

SIONISME, ANTISIONISME ET ANARCHISME
envoyé le 24/05/15 Mots-clés  religions & mysticisme   racisme  

Si on veut éviter de s’étriper, commençons par définir les termes qu’on emploie.

Depuis sa naissance il y a plus d’un siècle comme idéologie et après soixante ans de travaux pratiques, c’est la confusion la plus totale quand on essaie de donner une définition du sionisme, confusion souvent intéressée et entretenue par ceux qui préfèrent qu’on perde son temps à discuter de sa définition savante plutôt que de ses conséquences, c’est-à-dire de la disparition d’un peuple qui n’est pas encore consignée dans les livres d’histoire, mais qui se passe maintenant, sous nos yeux.

C’est pourquoi le poids des mots est si important chez les propagandistes du sionisme, qui ont tout mis en œuvre, par médias, politiciens et intellectuels populistes interposés, pour transformer toute forme d’antisionisme, ou même de simple soutien aux Palestiniens, en antisémitisme. Toute critique, allusion ou même plaisanterie concernant le sionisme peuvent donner lieu à des campagnes médiatiques ou des procès. Bientôt, je ne pourrai plus vous parler de mon correcteur orthographique, qui s’évertue, chaque fois que j’écris le mot "antisionisme", à le souligner en rouge et à me proposer à la place "antisémitisme" (authentique !). Une telle plaisanterie pourrait me valoir un procès pour "allusion à un complot juif mondial dans l’informatique".

Plus sérieusement, tout ça ne devrait pas nous amener à nous justifier en permanence, mais au contraire à dénoncer ceux qui utilisent la calomnie et la langue de bois comme seuls arguments.

Dans un article publié dans "Le Monde" du 19 février 2004 ("Antisémitisme, antijudaïsme, anti-israélisme" [ http://ldh-toulon.net/antisemitisme-antijudaisme.html ]), Edgar Morin a tenté d’apporter des éclaircissements sur ces termes et l’utilisation qui en est faite. Le vice-président de l’UJFP (Union juive française pour la paix), Pierre Stambul, a fait de même le 10 mars sur le Web. Le point commun de ces deux textes est leur honnêteté et le désir de poser les vraies questions à travers une approche qui reflète les positions et les engagements politiques de leurs auteurs. Un autre texte est paru sur le Web à peu près en même temps sous la forme d’une interview de l’historien Philippe Oriol par l’organisation La Paix maintenant sous le titre "L’extrême gauche, Israël et les juifs" (http://www.lapaixmaintenant.org/L-extreme-gauche-Israel-et-les ), mais qui s’en prend plus spécialement au "milieu libertaire", ou considéré comme tel, et nous verrons qu’il est loin de laisser la même impression d’honnêteté intellectuelle.

Pour en revenir à Edgar Morin, ce dernier fait une distinction (que ne partage pas Pierre Stambul) traduisant son souci de ne pas heurter la sensibilité de certains Israéliens, ou même de certains juifs : "Il y a des mots qu’il faut distinguer, comme l’antisionisme de l’anti-israélisme, ce qui n’empêche pas qu’il s’opère des glissements de sens des uns aux autres. En effet, l’antisionisme dénie non seulement l’installation juive en Palestine, mais essentiellement l’existence d’Israël comme nation. Il méconnaît que le sionisme, au siècle des nationalismes, correspond à l’aspiration d’innombrables juifs, rejetés des nations, à constituer leur nation."

On est là au cœur du problème, car ce n’est pas à mon sens la bonne définition de l’antisionisme. Ce que disent les antisionistes, c’est que RIEN ne justifie la déportation d’un peuple pour en installer un autre à sa place, quels que soient les événements dramatiques que le premier a subis. Ni les pogroms, ni les ghettos, ni la Shoah ne peuvent justifier qu’on en fasse payer le prix aux Palestiniens, qui n’y étaient pour rien, en les transformant à leur tour en peuple paria, en leur prenant leurs biens, leurs terres, leurs ressources, en les traitant comme des sous-hommes. Dans ce sens, en effet, les antisionistes disent que RIEN ne justifie la création d’un Etat comme Israël avec de telles conséquences. Pas plus que l’installation des Européens en Amérique, qui s’est faite au prix d’un génocide, pour ne parler que d’exemples de l’histoire moderne.

Mais ils ne dénient pas "essentiellement l’existence d’Israël comme nation", tout dépend de leur conception des nations, et plus précisément de l’Etat. Dire que les antisionistes veulent "jeter les juifs à la mer" puisqu’ils ne reconnaissent pas la légitimité d’Israël est une pure affabulation, de même qu’on ne fera pas partir les Blancs d’Amérique : on ne peut pas refaire l’Histoire. Mais on ne donnera pas aux sionistes ce qu’ils réclament : une JUSTIFICATION qui leur permettrait de continuer leur sale boulot la conscience tranquille. Les antisionistes ne luttent pas parce que l’idée d’un Etat juif leur est particulièrement insupportable, mais parce que cet Etat joue sur son prétendu bon droit et la légitime défense pour justifier sa politique génocidaire.

Pouvait-on éviter cette situation en Palestine en ne gardant que la "partie noble" du sionisme ? Bien sûr que non. Le sionisme n’est pas un simple nationalisme, mais une idéologie qui justifie une politique soit coloniale et d’apartheid (si on ne fait pas partir tous les Palestiniens), soit de déportation (la solution finale pour une paix définitive). Les justifications (religieuses ou politiques) sont connues et font largement appel au sentiment de culpabilité des Occidentaux en même temps qu’à leur désir de revanche après un début d’émancipation du tiers-monde.

LES JUSTIFICATIONS

Est-il besoin de s’étendre sur la justification religieuse ? De nombreux Etats se sont imposés au nom de Dieu, mais sans jamais réussir à convaincre leurs victimes.

En l’occurrence, il est difficile d’expliquer aux Palestiniens qu’ils ont eu tort de naître sur une terre que Dieu avait réservée aux juifs. Peut-être pourraient-ils objecter que Dieu, dans sa grande bonté et sa grande sagesse, aurait dû donner à ces derniers une terre inhabitée pour qu’ils puissent s’y installer pacifiquement. Et aussi que, si Dieu avait donné cette terre aux juifs, il la leur avait reprise depuis deux mille ans.

Les arguments religieux ont une constante, ils ont toujours servi à justifier les conquêtes et la domination. C’est tout aussi vrai pour l’Alliance de l’Ancien Testament que pour les deux millénaires de domination chrétienne qui ont suivi ("Dieu le veult !", "Got mit uns !", etc.).

L’histoire se répète, mais, dans notre monde occidental, la religion a perdu du terrain au profit de l’idéologie. D’où l’émergence du mythe cynique et détestable d’"une terre sans peuple pour un peuple sans terre]". Mais même la crédulité a des limites. Si la Palestine était une terre sans peuple, contre qui les sionistes font-ils la guerre depuis si longtemps ? Cet argument a dû lui aussi être abandonné, car trop simpliste et donc contre-productif.

Il a été remplacé par un autre, tout aussi hypocrite mais qui a permis de gagner du temps jusqu’à la création sur le terrain d’une situation irréversible : "Il y a de la place pour deux peuples qui veulent vivre en paix." Et d’insister sur le fait qu’Israël a accepté le plan de partage de la Palestine de l’ONU alors que les Arabes le refusaient. Ce qui ne les a pas empêchés d’annexer dès le départ une grande partie de la zone allouée aux Palestiniens et de faire partir plus de la moitié de sa population. Puis d’occuper en 1967 la totalité de la Palestine, en débordant sur la Syrie et l’Egypte.

Mais la version officielle reste que les Israéliens voulaient la paix et que leur expansionnisme n’est que de l’autodéfense. Cette interprétation a été remise en question en Israël même par les "nouveaux historiens", mais elle est pourtant largement diffusée ici dans les médias et la classe politique. Et de toute façon, tout en reconnaissant la responsabilité d’Israël dans l’exode des Palestiniens, l’un de ces "nouveaux historiens", Benny Morris, avoue qu’il aurait préféré qu’Israël "finisse le travai" en 1948 en expulsant toute la population palestinienne.

Après ça, à qui veut-on faire croire qu’Israël se serait contenté du plan de partage de 1947 ? Quand on parle de retour des réfugiés, ou même d’une partie d’entre eux, les sionistes, y compris de "gauche", poussent de grands cris : "Ce serait détruire Israël !" C’est bien reconnaître que le départ des Palestiniens était indispensable à l’établissement d’un "Etat juif".

D’ailleurs, qui peut douter un seul instant des buts du sionisme ? Quand on prétend vivre en paix avec un peuple dont on a pris les quatre cinquièmes des terres, on ne commence pas par anéantir ce qui reste avant d’entamer des discussions de paix. Israël ne lutte pas pour sa survie (c’est la quatrième puissance militaire de la planète), mais pour développer son hégémonie sur la région.

Quant à la "nécessité" de construire un Etat juif pour éviter un nouvel Holocauste, je préfère laisser parler Pierre Stambul :

"Au départ, la justification de l’existence d’Israël était que c’était la seule solution pour les Juifs persécutés dans le monde entier. Cette justification ne tient plus. Seule une minorité d’Israéliens a connu ces persécutions. L’arrivée massive des Juifs du monde arabe, des Juifs soviétiques ou l’émigration actuelle correspondent à une autre histoire, celle d’un prétendu "retour identitaire". […] Le projet sioniste est devenu dès les années 50 un projet de conquête et de peuplement. Pour fabriquer l’Israélien nouveau, il a fallu détruire patiemment le "Juif", l’étranger, le cosmopolite, l’universaliste, l’exilé… Il a fallu liquider les langues de la diaspora. Il a fallu redéfinir le Juif, définition forcément raciale et religieuse."

DE L’UTILITÉ DE L’ANTISÉMITISME

Mais l’argument majeur pour justifier Israël reste bien sûr l’antisémitisme, qu’on nous ressort quotidiennement jusqu’à la nausée. Par une inversion à leur profit des vieilles théories du complot, les zélateurs du sionisme cherchent à accréditer la thèse d’un complot antisémite, qu’ils utilisent de la même manière que les antisémites (les vrais) avaient utilisé celle du "complot juif".

Défense des Palestiniens, critique d’Israël, dénonciation de crimes contre l’humanité = antisémitisme déguisé.

Article d’Edgar Morin dénonçant les crimes commis par les descendants d’un peuple persécuté = antisémitisme par "glissement sémantique".

Sketch de Dieudonné sur les colons israéliens = antisémitisme par assimilation des colons juifs avec l’ensemble des juifs.

Mais ce n’est pas encore assez ubuesque, ils peuvent faire mieux :

Critique du capitalisme = antisémitisme par allusion à la relation entre les juifs et le monde de l’argent.

Et la cerise sur le gâteau avec Elie Chouraqui à propos du film La Passion du Christ : antisémitisme, car on voit un juif (Judas) compter avec cupidité les deniers qu’on lui a jetés à la figure pour prix de sa trahison. Ce même Chouraqui qui vient de nous régaler, dans "Envoyé spécial", du énième documentaire manipulateur sur la montée de l’antisémitisme en France.

A propos de l’antisémitisme et de son instrumentalisation, voyons ce qu’en dit, là encore, Pierre Stambul :

"L’antisémitisme est un "carburant" fondamental pour la politique de colonisation entamée dès les années 70. Jouant sur le traumatisme réel d’un grand nombre de Juifs, les gouvernements israéliens et, dans la diaspora, les "institutions" censées représenter les Juifs assimilent toute critique d’Israël et tout soutien à la Palestine à de l’antisémitisme. La confusion est entretenue à l’extrême quand on voit par exemple le gala "pour le bien-être du soldat israélien" se tenir dans une synagogue. Comment s’étonner après de retrouver la confusion en face avec des gens qui caillassent une synagogue en croyant défendre les Palestiniens ? […]

Le sionisme […] a besoin en permanence de l’antisémitisme pour justifier la politique israélienne, pour maintenir un flux d’immigration et pour poursuivre la colonisation. Au départ, le sionisme avait pour objectif de faire disparaître l’antisémitisme. Aujourd’hui, il en vit. […] La société israélienne est malade et éclatée. Sa seule cohésion, c’est le fantasme de l’encerclement hostile et de la destruction, c’est l’agitation perpétuelle du souvenir de l’antisémitisme et de la Shoah. Mais là encore il y a à mon sens une escroquerie. Le sionisme n’a aucune vocation à lutter contre l’antisémitisme et n’a aucun droit à récupérer la Shoah."

Laissons conclure Edgar Morin, qui vient de gagner le procès que lui avaient intenté France-Israël et Avocats sans frontières pour "diffamation à caractère racial" à la suite de ces propos dans "Le Monde" :

"Les juifs d’Israël, descendants des victimes d’un apartheid nommé ghetto, ghettoïsent les Palestiniens. Les juifs qui furent humiliés, méprisés, persécutés, humilient, méprisent et persécutent les Palestiniens. Les juifs qui furent victimes d’un ordre impitoyable imposent leur ordre impitoyable aux Palestiniens. Les juifs victimes de l’inhumanité montrent une terrible inhumanité. Les juifs, boucs émissaires de tous les maux, "bouc-émissarisent" Arafat et l’Autorité palestinienne, rendus responsables d’attentats qu’on les empêche d’empêcher."

ET LES ANARS ?

Nous ne pouvons que faire un constat accablant de la nouvelle donne mondiale. La pensée unique et la soumission règnent sur le monde. Le prêt-à-penser, unique message diffusé par les médias, a remplacé la réflexion et la critique. Les mots ont perdu leur sens et servent à désigner autre chose, réalisant la vision de George Orwell et l’usage de la novlangue :

La censure c’est la liberté, la guerre c’est la civilisation, la soumission c’est la démocratie, l’occupation c’est la libération, la lutte des classes c’est la théorie du complot, l’apartheid c’est l’autodéfense, L’ANTISIONISME C’EST L’ANTISEMITISME.

Y aurait-il tout de même un petit village gaulois pour résister à l’occupation romaine ? On pourrait penser que c’est dans le milieu révolutionnaire, et plus spécialement chez les libertaires, qu’on va trouver la plus grande résistance. Mais même là l’offensive est lancée.

Témoin ce texte (choisi parce qu’il est sorti en même temps que les deux autres, mais qui n’est pas le seul, loin de là), extrait de "Chroniques pour la paix", où Philippe Oriol est interviewé par un militant de La Paix maintenant (la même organisation qui manifestait à Jussieu aux côtés de BHL, Adler, Finkielkraut, etc., contre le boycott d’Israël, et qui avait refusé de participer au Forum européen parce que trop propalestinien).

On n’est plus là dans la finesse : l’intervieweur ne se donne même pas la peine de faire un rapprochement entre antisionisme et antisémitisme, il emploie uniquement le premier terme, pour lui synonyme évident (à moins que son correcteur orthographique fonctionne à l’inverse du mien) : "nombreux sont les juifs qui militent dans ces courants d’extrême gauche, et pourtant ces courants ont pris des positions antisionistes", "la montée d’un antisionisme de plus en plus affirmé, qui accable Israël de tous les maux et idéalise les Palestiniens", "Comment expliquer la place de plus en plus importante que prend l’antisionisme et cette représentation de la question juive au sein de la gauche extrême ?", etc.

Oriol, lui, ne relève pas la confusion et au contraire y ajoute la sienne en amalgamant la gauche, l’extrême gauche et les libertaires. Probablement en tant que spécialiste des "questions anarchistes", il se contente d’opiner : "j’ai milité avec un petit groupe d’historiens proches de l’anarchisme, mais pas longtemps, car j’ai trouvé justement chez quelques anars un antisémitisme tout à fait insupportable", "Prenons le cas Dieudonné : […] En réalité, ce n’est pas une caricature contre Sharon, mais contre les juifs dans leur ensemble, et pas autre chose !", "les très récents événements nous prouvent que finalement les choses n’ont pas fondamentalement changé dans ces milieux. Ce n’est pas seulement le cas chez les anarchistes, mais aussi chez les trotskistes, la mouvance altermondialiste, etc.", "C’est un fait, il y a un moment où l’extrême gauche et l’extrême droite peuvent se retrouver...", "cet antiaméricanisme qui n’est même plus primaire, mais primate", "On retrouve aussi cette radicalisation du côté des Palestiniens, ainsi que du côté de certains militants européens, français, allemands, espagnols, etc., qui les ont rejoints pour se battre depuis déjà une vingtaine d’années. C’est tout à fait dramatique."

Ainsi, par rapport à ce qui se passe en Palestine, aucun écart n’est permis, et le clivage n’est plus entre gauche et droite, entre socialistes et libéraux, entre révolutionnaires et réformistes, mais entre ennemis et défenseurs d’Israël. L’antisémitisme ne concerne plus seulement les antisémites, mais toute forme de soutien aux Palestiniens, même celui provenant de l’extrême gauche et des libertaires, dont on croyait naïvement qu’ils avaient vocation à combattre les injustices. Mais apparemment, les tabous sont plus forts que les injustices.

N’y a-t-il donc aucun espoir face à cet antisémitisme qui pollue jusqu’aux milieux libertaires ? Si, quand même : "Cependant, il y a des militants qui se battent aujourd’hui pour que l’on en finisse avec ces préjugés, comme par exemple Jean-Marc Izrine, auteur d’un ouvrage intitulé "Les Anarchistes du Yiddishland" (Alternative libertaire). Mais le fait qu’il faille publier un tel livre, et qu’un militant soit obligé de retracer l’itinéraire d’un certain nombre de juifs anars afin d’expliquer tout cela à ces militants qui continuent à articuler des bêtises invraisemblables, ce fait même est tragique..."

La solution existe donc : si les libertaires veulent parler des juifs sans être taxés d’antisémitisme, qu’ils parlent donc du Yiddishland ou de l’affaire Dreyfus, mais qu’ils ne se mêlent pas trop des crimes contre l’humanité commis en Palestine, le dérapage les guette !

Certains ont compris la leçon, puisqu’on trouve dans une certaine presse "libertaire" soit des attaques s’inspirant directement de l’accusation d’antisémitisme déguisé, soit d’autres plus spécialement dirigées contre des camarades qui auraient renié leurs "principes" en soutenant des luttes de libération "non libertaires".

On comprend mieux que ces gens-là préfèrent parler du passé, puisque l’Histoire se serait arrêtée à la guerre d’Espagne. Leur méthode, c’est d’appliquer l’"idéologie de la symétrie" pour nier toute lutte qui ne serait pas spécifiquement anarchiste. Il n’y a plus ni victimes, ni bourreaux, ni colonialisme, ni apartheid, ni génocide : il n’y a que deux nationalismes qui s’affrontent, ce qui ne concerne donc pas les anarchistes.

Dans le domaine, le premier prix de stupidité va encore une fois et sans conteste à la CNT-AIT de Toulouse, que tout le monde applaudira bien fort : "L’Etat d’Israël et les dirigeants du mouvement palestinien sont les deux faces d’une même médaille […]. C’est pourquoi nous appelons à la désertion dans les deux camps" (n° 65 du "Combat syndicaliste" de Midi-Pyrénées, novembre-décembre 2000). Confirmé dans leur site : "Nous soutenons tous les déserteurs israéliens ou palestiniens", et par un tract de novembre 2003 de leurs compères parisiens : "C’est pourquoi, aujourd’hui, le STCPP apporte son soutien aux antimilitaristes, déserteurs, objecteurs israéliens et palestiniens."

JUDAÏSME ET CHRISTIANISME : L’OPIUM DU PEUPLE

Pour finir, je voudrais quand même dire quelques mots sur l’antijudaïsme, dont parlent Pierre Stambul et Edgar Morin et dont la définition prête à confusion. Pour les deux, il s’agit essentiellement d’un antijudaïsme chrétien, lié à la persécution des juifs en Europe par l’Église romaine.

Les persécutions quelles qu’elles soient sont naturellement inacceptable, mais il est tout aussi inacceptable d’utiliser une persécution religieuse pour exonérer sa religion de toute critique ou pour en faire un argument politique. On ne peut juger une communauté que sur ses valeurs propres, et non sur les persécutions subies dans le passé.

Pour des militants révolutionnaires et anticléricaux, comme j’ai toujours essayé de l’être, dénoncer une persécution, ce n’est pas adopter les idées des persécutés. Dans ma vie militante, j’ai été amené à combattre l’Eglise catholique parce que son histoire est liée à vingt siècles de domination, de massacres et d’obscurantisme, dirigés non seulement contre les juifs, mais contre les hérétiques, les cathares, les populations des terres nouvelles, les Eglises réformées, etc. Mais aussi parce que je la côtoyais quotidiennement et qu’elle pesait aussi bien sur mes luttes que sur ma vie de tous les jours.

L’objet de mon militantisme n’était pas spécialement cette religion, mais plus généralement l’ensemble des institutions et des systèmes de pensée qui nous oppressent.

Ne pas parler de morale chrétienne, mais de morale judéo-chrétienne, pour bien marquer que les deux religions étaient intimement liées et indissociables dans le fondement de notre idéologie occidentale, ne posait à l’époque aucun problème.

Aujourd’hui, on dirait que le communautarisme a remplacé toute intelligence, au point que des gens considérés comme sérieux (et parmi eux des non-croyants !) en arrivent à débattre sur les responsabilités respectives des juifs et des Romains dans l’exécution du Christ à l’occasion de la sortie de tel film à scandale, ou de l’antisémitisme rampant des premières communautés chrétiennes cristallisé dans la rivalité entre les apôtres Paul et Jacques dans tel débat-feuilleton télévisé sur Arte.

On croit rêver ! Il devient urgent de se réveiller et de savoir de quoi on parle. Et redéfinir un peu les mots qu’on utilise. Entre autres, pour commencer, faire la distinction entre critique et persécution. Des individus, des peuples peuvent être persécutés pour leurs religions ou pour leurs idées sans que cela prouve la justesse de ces dernières ni leur supériorité morale. Et cela ne les place pas au-dessus de toute critique.

L’histoire fourmille de ces retournements entre persécuteurs et persécutés : Eglise protestante évangéliste aux Etats-Unis, juifs dans les territoire occupés, islamistes dans les pays musulmans récemment décolonisés… Se servir des persécutions religieuses pour justifier une politique est aussi dangereux que se servir des persécutions raciales ou politiques. A tous ces tartufes je conseille de méditer cette pensée de Nietzsche : "Toutes les religions sont, au fond d’elles-mêmes, des systèmes de cruauté."

Partout dans le monde, de véritables progrès n’ont été obtenus qu’en mettant en cause les religions. Il ne faudrait pas que ces manipulateurs nous le fassent oublier.


envoyé le 24 mai 2015 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • 25 mai 2015 03:34, par Vieux Sympathisant de la Gauche communiste internationaliste

    Quand ce texte nous parle d’honnêteté, il serait bon qu’il s’applique cette qualité à lui-même ; la position de la CNT-AIT - que je partage totalement - est effectivement citée dans ce texte pour être clairement dénigrée, sans l’once d’un argument ou d’une idée la contredisant. Bien sûr que le sionisme est une forme de nationalisme, c’est l’idéologie impérialiste de l’État capitaliste d’Israël, et rien d’autre, ou alors il faudrait le montrer ! Tous les États étant capitalistes et par nature même impérialistes, ils propagent tous ce genre d’idéologie sous une forme ou une autre. Qu’est-ce qu’Israël fait avec les Palestiniens de si différent de, mettons l’État capitaliste chinois avec les Ouïgours et les Tibétains ? Ou de l’État capitaliste russe avec les Tchétchènes ? Ou de l’État Islamique avec toutes les minorités religieuses d’Irak et de Syrie ? On peut multiplier les exemples…

    Quant à l’idéologie nationaliste pro-palestinienne, elle repose sur un MENSONGE, tout comme ce texte ; ce mensonge est que les Palestiniens auraient quelque chose à gagner à avoir leur propre État. La réponse de la CNT-AIT tout comme celle de la Gauche communiste est que pour les BOURGEOIS palestiniens, c’est possible, puisqu’avoir leur État leur permettrait d’exploiter plus tranquillement « leurs » prolétaires - ce que font très bien le Hamas et l’OLP depuis le retrait de l’armée israélienne des Territoires, entre parenthèses. Mais les PROLÉTAIRES palestiniens n’ont RIGOUREUSEMENT RIEN à y gagner !

    Quand on demande à un soutien de la « cause palestinienne » ce que les exploités palestiniens pourraient bien gagner à avoir un État national, il n’y a aucune réponse, rien de rien ! La prospérité attend-elle l’État palestinien autonome ? Le régime politique sera-t-il pluraliste, y laissera-t-on s’exprimer les internationalistes, les révolutionnaires, les opposants à l’État capitaliste ? Le niveau de vie des prolétaires va-t-il généreusement s’élever ? Quand on connaît la misère et la répression qui existent en Israël, de très loin l’État le plus riche de la région pourtant, on connaît déjà la réponse !

    Donc, « l’antisionisme » est une idéologie de défense des intérêts d’une clique bourgeoise contre une autre, sous couvert de combat contre « les victimes, les bourreaux, le colonialisme, l’apartheid, le génocide », contre tout ça, mais contre le capitalisme et la classe dominante, jamais ! Mettre dans le même sac les prolétaires palestiniens et israéliens et leurs gouvernements respectifs, c’est s’opposer clairement aux luttes du prolétariat, à la lutte de classe qui existe dans ces deux pays qui montre qu’une partie au moins des prolétaires locaux n’adhère aucunement au nationalisme de leurs bourgeois !

    Alors, oui, soutien total aux déserteurs des deux camps, comme dans toute guerre impérialiste entre deux bourgeoisies, aussi rapaces et exploiteuses l’une que l’autre ! Soutien total aux internationalistes, aux antimilitaristes, aux révolutionnaires communistes, en Israël et en Palestine comme partout ailleurs !

    Ah ! Au fait, la religion n’est pas « un système de cruauté » selon l’idéaliste définition de Nietzsche, elle est une forme particulièrement archaïque de l’idéologie dominante, une aliénation c’est-à-dire une division artificielle de l’humanité entre croyants et non-croyants, entre hommes et femmes, un clair soutien à la société d’exploitation et à la classe dominante, quelle qu’elle soit. Et c’est aussi valable pour les bourgeois israéliens que pour ceux du Hamas ou de l’OLP, tous des soutiens de la religion sous toutes ses formes !

    Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! L’ennemi est dans votre propre pays ! À bas la guerre, le militarisme et la religion ! À bas les divisions nationales, les frontières, les États et les bourgeois qui les dirigent et nous exploitent !

  • Contrairement à ce qu’affirment les idéologues du CCI, tout n’est pas pareil, et le racisme, le fascisme, le colonialisme, l’apartheid et le sionisme ne peuvent pas se laisser réduire à l’affrontement de bourgeoisies ou d’impérialismes rivaux. C’est les négationnistes qui disent ça, et ceux qui condamnent à l’avance toute forme de résistance à l’ordre existant.

    C’est pas en sortant des stupidités comme « ce que font très bien le Hamas et l’OLP depuis le RETRAIT DE L’ARMÉE ISRAÉLIENNE DES TERRITOIRES » qu’ils vont arriver à convaincre les antiracistes ou les antifascistes. C’est du même niveau que quand ils écrivent « En septembre, des employés de la West Bank dans la Bande de Gaza ont mis sur pied des grèves et des manifestations pour exiger que le gouvernement du Hamas règle plusieurs mois de salaires impayés, suite au blocus des fonds internationaux par l’Etat israélien ». Bravo, les affabulations pour faire coller la réalité à leurs théories !

    Ce qu’ils voudraient nous démontrer, c’est que le moindre changement en Israël (de la suppression de l’apartheid, de l’occupation, du nettoyage ethnique à simplement un Etat pour tous avec les mêmes droits) serait PIRE que le fascisme et le racisme actuels ! On ne s’étonnera pas que parmi les anarchistes (qu’ils exècrent par ailleurs) ils n’aient trouvé que la CNT-AIT pour défendre de telles énormités. Voir :

    Le cci, feuille de vigne de l’impérialisme occidental
    https://lille.indymedia.org/spip.php?article25257

    On comprend mieux ce qu’ils pensent des anarchistes en général et des anarchistes israéliens en particulier.

    « Quant aux anarchistes israéliens, qu’ils en viennent à dire qu’ils défendront un État palestinien si on le leur demande est suffisamment significatif de leur déréliction politique et du fait qu’eux aussi, entre un camp impérialiste et un autre, ils ont choisi ! Ce qui est certain, c’est que les exploités n’ont rien à attendre d’eux !
 »
    La réponse des anarchistes israéliens, chacun pourra comparer avec les thèses du CCI :

    http://1libertaire.free.fr/AnarIsrael02.html

    Aujourd’hui, les anarchistes doivent lutter sur un nouveau front, celui de l’islamophobie :

    - L’islamophobie est un racisme, au même titre que l’antisémitisme ou le sionisme, et nous savons très bien faire la différence entre blasphème et racisme, on ne nous aura pas avec ce genre d’hypocrisie.

    - Nous ne sommes ni islamistes, ni musulmans, ni même croyants, mais nous n’imposons pas nos idées libertaires par la force, à la manière des colons imbus de leur supériorité occidentale. Nous lutterons toujours contre l’obscurantisme, religieux ou laïque, mais nous ne méprisons pas ceux qui n’ont pas eu la chance comme nous d’avoir accès à un milieu permissif.

    - Nous sommes partie prenante de tous les combats contre la discrimination et l’asservissement des femmes, musulmanes et non musulmanes, mais nous ne prendrons pas prétexte de leur situation pour leur imposer notre mode de vie et nos coutumes, vestimentaires et autres, pour nous croire supérieurs et nous autoriser des attitudes sexistes et paternalistes ; et dans tous les cas nous refuserons toutes les lois discriminatoires. Ces bonnes âmes qui rêvent de déshabiller les femmes musulmanes nous rappellent trop les résistants de la dernière heure qui tondaient par patriotisme les femmes coupables de « collaboration horizontale » avec l’ennemi.

    - Nous dénoncerons tous les crimes, et pas seulement ceux qui nous arrangent. Nous refuserons toute hiérarchisation des victimes, la mort atroce d’enfants dans des attentats terroristes n’est pas pire que la mort de milliers d’enfants sous les balles ou les bombes des Etats.

    - Nous continuerons notre lutte contre le racisme, le fascisme, l’impérialisme, le colonialisme, le sionisme, sans attendre que les populations qui demandent notre aide aient adhéré à nos convictions politiques ; notre solidarité contre les nettoyages ethniques et les crimes contre l’humanité ne sera pas conditionnée à une caution idéologique des victimes. Il est aussi indécent de demander aux Palestiniens de se justifier par rapport à la religion et au nationalisme avant de leur apporter notre aide qui si on avait demandé la même chose aux juifs pendant la période nazie.

    - Nous refusons la liberté d’expression à deux vitesses, les tabous, le droit au blasphème pour certains et pas pour les autres. Nous ne nous laisserons pas insulter ni accuser de faire le jeu des antisémites et des terroristes parce que nous ne rentrons pas dans l’union nationale.

    - Nous ne laisserons pas des gens qui ne viennent jamais manifester avec nous nous dire comment nous devons le faire et relayer les mensonges des médias du pouvoir qui nous accusent d’antisémitisme, comme cela s’est vu pour les manifs de solidarité avec Gaza.

    - Nous ne sommes pas Charlie, nous sommes nous-mêmes. Nous avons été aux côtés de Charlie Hebdo dans les années 70, quand nous avions les mêmes ennemis et que nous partagions les mêmes valeurs, mais ça s’est arrêté quand ils sont passés dans l’autre camp. Ça fait plus de quinze ans que nous dénonçons la dérive de Charlie, son racisme, son sionisme, son ralliement aux valeurs de la République et à l’économie de marché, son atlantisme et son anticommunisme primaire, son soutien des guerres impérialistes, son sexisme et sa fausse impertinence, ses provocations islamophobes pour faire augmenter les ventes. Que des libertaires en aient fait le symbole de la « liberté d’expression » tout comme le pouvoir démontre l’abîme qui nous sépare… Nous ne sommes pas des girouettes, et aucun attentat ne peut nous faire changer de camp, surtout pour accéder à une respectabilité et une reconnaissance dont nous ne voulons pas…

    https://lille.indymedia.org/spip.php?article29108

  • Remarquons quand même que le commentaire précédent peut bien nous asséner que « le racisme, le fascisme, le colonialisme, l’apartheid et le sionisme ne peuvent pas se laisser réduire à l’affrontement de bourgeoisies ou d’impérialismes rivaux », il n’a pas l’once d’un début d’argument pour le démontrer ! Le Hamas, l’OLP et le gouvernement israélien, c’est la bourgeoisie, ou il va falloir nous démontrer que tous ces gangsters ne vivent pas de l’exploitation du prolétariat - c’est juste la définition de ce qu’est la bourgeoisie. Derrière l’affirmation de ce personnage, il n’y a que l’Union sacrée derrière les bourgeois bellicistes des deux camps, rien d’autre ! Belle « résistance à l’ordre dominant » que le soutien aux exploiteurs et à leur guerre de rapines, effectivement !…

    Quant à nous raconter qu’il n’y aurait pas d’impérialisme palestinien, encore une fois vu que l’impérialisme DÉCOULE de la nature capitaliste de chaque bourgeoisie nationale, qui doit défendre ses intérêts à l’intérieur de ses frontières contre le prolétariat et à l’extérieur contre les autres capitalistes, c’est évidemment un MENSONGE PATENT, répété à satiété par tous les gauchistes staliniens, à l’origine pour soutenir que l’URSS ne pouvait pas être aussi capitaliste et impérialiste que les autres États. On voit ce qu’est devenue cette idée : ça permet de soutenir certains impérialismes contre d’autres ! Ah ! Mais c’est vrai : certains impérialismes ne sont pas « l’ordre dominant » ! L’« ordre dominant », ce n’est pas le capitalisme, c’est certains États « méchants » contre d’autres « gentils »…

    Donc, le faussaire politique qui ne signe pas le commentaire précédent vient nous expliquer, comme toute la Gauche et l’extrême-Gauche de la bourgeoisie d’ailleurs - on voit là de quelle « résistance à l’ordre existant » nous parle ce personnage ! - , qu’il serait possible que puisse exister un État capitaliste bardé de toutes les qualités démocratiques, un État qui supprimerait « l’apartheid, l’occupation, le nettoyage ethnique, simplement un Etat pour tous avec les mêmes droits » qui supprimerait armée, police, juges, prisons, exploitation, inégalités économiques, et même le racisme ! Un vrai discours de campagne électorale, répugnant tant il dégouline de mensonges, un mensonge par mot pour être exact ! AUCUN ÉTAT à la surface de la Terre a jamais supprimé tout ça autre part que dans l’imagination des escrocs petits-bourgeois, toujours aussi prompts à trouver des qualités au capitalisme du moment qu’il leur garantit une place ! Et nulle part les exploités n’ont et n’auront les mêmes droits que les exploiteurs !

    Tant que l’on soutient une quelconque « cause palestinienne » ou un « droit d’Israël à exister », on soutient la bourgeoisie et son ordre capitaliste contre le prolétariat, c’est-à-dire la guerre, la répression, la corruption et l’exploitation ! C’est de la fraternisation des prolétaires par-dessus les divisions nationalistes que naîtra la fin de la guerre en Palestine et ailleurs.

    Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! L’ennemi est dans votre propre pays !

  • Les anarchistes étant par définition et par vocation antiracistes, antifascistes et anticolonialistes, il devrait être évident pour tout le monde qu’ils ne peuvent être qu’antisionistes. Et pourtant, contre toute attente et contre toute logique, il se trouve encore des individus se réclamant de l’anarchisme qui expliquent insolemment qu’il faudrait faire une exception pour le sionisme même dans les cas les plus flagrants de crimes contre l’humanité !

    Il est amusant de constater que les CCI, dont la haine envers les anarchistes est réputée, sont les seuls à réagir à un article qui a priori ne les concerne pas. En donneurs de leçons patentés, il n’ont pas peur de répondre À LA PLACE des anarchistes pour s’attirer les grâces de la CNT-AIT et sortir de leur isolement idéologique.

    https://lille.indymedia.org/spip.php?article23226

    Mais c’est peine perdue… Rien ne saurait justifier le sionisme, et les pseudo-libertaires passés de l’autre côté ne nous impressionnent pas :

    ⚠️ <html>http://lille.indymedia.org/spip.php?page=article&id_article=13685</html>

    ⚠️ <html>http://lille.indymedia.org/spip.php?page=article&id_article=13711</html>

    http://www.non-fides.fr/?Antifascisme-et-antisionisme

    Les libertaires ont répondu à ces anarcho-sionistes depuis longtemps :

    Motion sur la Palestine, par Alternative libertaire

    Le conflit israélo-palestinien est une guerre coloniale, opposant un État impérialiste à un peuple spolié. Croire que, d’un côté comme de l’autre, les motivations religieuses ou les intérêts économiques y sont essentiels serait se leurrer.

    […] La classe dirigeante israélienne, qu’elle appartienne au Likoud ou au Parti travailliste, est profondément imprégnée d’une idéologie nationaliste, le sionisme. Son objectif est de maintenir un « État juif », Israël, « démographiquement homogène », c’est-à-dire visant une forme de pureté ethnique, et dont les frontières devront correspondre, un jour, à celles de la Palestine historique, de la Méditerranée au Jourdain.

    […] L’expansionnisme sioniste ne répond pas seulement aux caractéristiques d’une guerre de conquête. Il s’est constamment doublé d’une politique d’épuration ethnique. Pendant la guerre de 1948, en poussant des centaines de milliers de civils palestiniens à l’exode sans retour. À l’issue de la guerre de 1967, en évitant d’annexer la Cisjordanie et Gaza - ce qui aurait obligé Israël à conférer la citoyenneté à ses habitants - mais en se contentant d’occuper militairement ces régions, privant ses habitants de tout droit. Depuis 1967 toujours, la politique de judaïsation forcée de Jérusalem, exemple flagrant de la discrimination dont souffrent les Arabes israéliens, est la démonstration qu’une politique d’épuration ethnique peut également se mener en temps de « paix ».

    […] Un pays unique, laïque et démocratique, qui ne pourrait avoir pour nom « Israël » (terme emblématique du sionisme et consacré en 1947) reste la seule solution politique à même d’assurer la paix et l’égalité entre tous les citoyens, quelle que soit leur appartenance culturelle.

    […] Alternative libertaire […] Appelle à exercer des sanctions économiques sur l’État israélien colonial, d’une part par l’abrogation de l’“accord d’association” économique, militaire et scientifique entre l’Union européenne et Israël ; d’autre part, sans attendre, par le boycott des produits importés d’Israël. Appelle à l’arrêt de toute coopération militaire avec l’État d’Israël. […]

    ⚠️ <html>http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=376</html>

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top