RSS articles
Olieux communiqué 46 posté le 02/11/17 - Locales
Collectif des Olieux n°45 posté le 25/10/17 - Locales
Collectif des Olieux n°44 posté le 05/10/17 - Locales
Communiqué 43 posté le 02/10/17 - Locales
Soutien à Bure posté le 27/09/17 - Locales
Ouverture de l’Espace Autonome des 18 ponts posté le 25/09/17 - Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13

Quelques considérations sur la situation actuelle en Catalogne et l’action des anarchistes (16 octobre 2017)
posté le 19/10/17 par N/A Mots-clés  antinationalisme   autonomisme / régionalisme   anti-électoralisme  

Une fois encore, beaucoup d’anarchistes – beaucoup trop – se sont laissés entraîner, déborder par des événements auxquels ils ne s’attendaient pas et où ils n’ont pas su (ou voulu) porter leurs propres paroles, leurs propres actions. Beaucoup d’anarchistes se laissent trop facilement séduire par tout ce qui présente un caractère « de masse », sans prendre le temps de se demander à quoi ils apportent leur soutien en réalité, et sans savoir, pouvoir ni vouloir participer avec un discours propre – il s’agit seulement d’aller là où sont « les gens » et voir ce qui se passe ensuite.

— Sur la « volonté populaire » et la « légitimité des masses » :
Beaucoup d’anarchistes se sont retrouvés dans la rue ces derniers jours, participant aux manifestations aux côtés de nombreux autres. Mais que demande-t-on réellement dans ces manifestations ? Qui sont ces « autres » qui participaient à ces mobilisations ? Il ne fait pas de doute qu’une partie des manifestants provenaient de la gauche indépendantiste, ou d’autres formations de gauche non nécessairement nationalistes mais qui appuient ou se solidarisent avec la cause de l’indépendance de la Catalogne, certains anarchistes pouvant se trouver quelques affinités avec ce genre de manifestants. Toutefois, l’immense majorité de ceux qui sont descendus dans la rue sont de bons citoyens, qui aiment l’ordre, le civisme et les bonnes manières, dont beaucoup d’électeurs de la droite conservatrice catalane représentée par CiU, ANC, etc.

Chacun peut juger des demandes des manifestants, ainsi que de leurs actes. Les mêmes qui marquent leur refus et leur hostilité à l’encontre de la Guardia Civil ou de la police nationale vont offrir des fleurs aux Mossos et les applaudissent comme des héros. Ils semblerait que ces anarchistes se sentent tenus d’appuyer sans discussion tout ce qui aura été catalogué comme « volonté populaire », quand bien même cette volonté populaire serait celle de créer un État avec une politique nettement conservatrice et droitiste, avec ses propres frontières, avec sa propre police, avec ses institutions, ses prisons, ses lois, avec le capitalisme et la misère, mais sous un nouveau drapeau et une image neuve de libération.

Il semblerait que, pour certains, le patriotisme catalan soit plus acceptable que le patriotisme espagnol, s’il on en croit les mille et une justifications entendues ; mais à la fin des fins le nationalisme, c’est le nationalisme, toutes les patries oppriment les peuples qui habitent leur domaine, hormis celles qui n’en n’ont pas encore eu l’occasion. Pour ceux qui ne le sauraient pas, le facho catalan est aussi conservateur, aussi répugnant et aussi rance que le facho espagnol ou autre. Et pourtant, les anarchistes sont descendus dans la rue aux côtés de tous ces gens, ont adopté le discours de ces gens, ont répondu aux appels de ces gens... se laissant emporter par cette apparence de « rébellion ». Mais si, imaginons, la volonté de la majorité du peuple était de créer un État catalan de type nazi ou fasciste, les anarchistes devraient-ils également appuyer le peuple ? Pour nous, l’une des caractéristiques essentielles de l’anarchie, quels que soient les courants et les positionnements, c’est de remettre en question, de regarder les choses avec esprit critique – surtout avant de plonger tête la première dans une piscine qui se trouvait être un marécage.

— La répression de la police nationale et de la Guardia Civil a suscité la colère de beaucoup de gens, ce qui a pu donner l’impression qu’on avait vraiment affaire à une espèce de révolte, à une situation de rébellion. Rien n’est pourtant plus éloigné de la réalité : car tout cela était un stratagème soigneusement prévu depuis le début par le Govern. Dès le départ, c’est exactement cela qui devait se passer : il fallait cette photo de la police (espagnole) cognant sans discriminer sur les pacifiques citoyens catalans ; consigne avait été expressément donnée que personne ne tente de résister activement, et l’on a étouffé les rares actes de résistance active et de lutte contre la police, tandis que les images de la brutalité policière étaient largement diffusées partout dans le monde. Ici les anarchistes (et tout le reste de ceux qui ont participé à cette farce) n’ont été guère plus que des idiots utiles, servant d’appâts destinés à prendre des coups pour la photo. Comme on l’a vu depuis, tout cela n’était qu’une manœuvre politique du Govern pour tenter de se légitimiser et attirer l’attention du monde. Finalement, il n’y eut même pas de déclaration d’indépendance ni la moindre rupture réelle avec l’État espagnol ; seulement des propositions de dialogue et de négociation. On a ainsi pu voir des anarchistes voter, ou faire campagne pour inciter à aller voter, comme s’il y avait quoi que ce soit de « rebelle » à participer à un événement organisé d’en haut, avec pour seule utilité de légitimer les institutions existantes et futures.

— Et que dire de la « grève générale » convenue, contrôlée et orchestrée par les institutions et les organisations patronales ? Une grève qui fut un défilé patriotique de serpillières, pacifiée à force d’insinuation, de rumeurs et de menaces, y compris de la part des anarchistes et de la gauche « radicale », appelant à la vigilance face aux « infiltrés et aux provocateurs » et à l’expulsion de tout ce qui porterait capuche ou n’aurait pas une attitude « appropriée ». On a donc vu les bons citoyens brailler « som gent de pau » [nous sommes des gens de paix] et acclamer la police catalane, comme de gentils moutons, tout en insultant, expulsant voire agressant ceux qui n’appliquaient pas le dogme du bon manifestant.

La consigne était claire : surtout pas de violence, pas de capuches ni de black blocks, pas de provocations ni de répliques à la police et aux bandes de fachos espagnolistes qui cognaient dans tout Barcelone. Rien d’autre que le défilé au son de l’hymne patriotique et sous les drapeaux esteladas, symbole de la « libération » d’un peuple sans peur. Rien qui s’éloigne du plan tracé. Et en cas de violence, il faut se laisser frapper pour que le monde entier puisse voir le lendemain, en unes des journaux et aux JT du midi, qui sont les bons démocrates pacifiques et qui sont les méchants oppresseurs fascistes. Quoi qu’il arrive, continuer de suivre la partition du Govern.

— Conclusions :
D’aucuns en sont venus à cataloguer tout cela comme une révolution ; mais s’il s’agit bien d’une révolution, c’est assurément une révolution citoyenniste libérale-démocrate. Bien que certains se fassent des illusions ou tentent de nous faire avaler que l’indépendance est la seule solution ou le remède définitif à tous les maux, personne ne doit s’attendre à quelque émancipation réelle, ni à aucune libération, ni à aucun autre changement que la couleur du drapeau qui flotte. De toute façon, pour nous, ces mobilisations ont une date de péremption. Après le « zénith » des premiers jours d’octobre vient maintenant la dégringolade, à mesure que le Govern baisse son pantalon. Nous ne dirons pas que la normalité reprend le dessus car la normalité n’a jamais cessé. L’ordre en vigueur n’a pas été brisé ; il en sort même renforcé. Voilà les véritables gagnants de tout ce show : l’État et les institutions. Peut-être que nous nous trompons, et qu’il y aura vraiment une escalade que nous ne pouvons prévoir. Mais si cela se produit, les anarchistes doivent descendre dans la rue avec un discours propre, en force, et sans crainte d’attaquer et de montrer les dents face à quiconque se met en travers, en évitant de tomber dans le piège et d’être des marionnettes aux mains d’intérêts étatistes ou nationalistes, en évitant de faire le jeu d’un patriotisme répugnant, quand bien même il se prétendrait « rebelle » ou « anticapitaliste ». Tâchons d’apprendre de nos erreurs et des leçons que l’histoire lointaine et proche nous ont laissées, et soyons prudents quant aux amis que nous choisissons. L’issue la plus favorable de toute cette affaire serait que nous puissions faire déborder la situation et créer les tensions nécessaires pour faire passer le conflit à un autre niveau, non seulement contre l’État espagnol ou le gouvernement catalan, mais contre le monde qui crée et nécessite les États et les nations.

À bas tous les États, toutes les patries, toutes les nations !
Brisons la paix sociale !

Des anarchistes de Barcelone


posté le 19 octobre 2017  par N/A  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
dsc_4590_large_.(...).jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les commentaires de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.4 [23444]
Top