RSS articles
All Colors Are Beautiful posté le 13/06/18 - Locales
Nous voulons tout posté le 24/05/18 - Locales
Concert de soutien à la ZAD sur Dunkerque posté le 20/05/18 - Locales
Courage et force aux cheminot.es en lutte ! posté le 17/05/18 - Locales - 1 commentaire
Tapage injurieux : la répression innove... posté le 09/05/18 - Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13

Perquisitions en cours à Bure posté le 20/06/18 - Non Locales
Agressions physiques dans la commune de Roybon posté le 13/06/18 - Non Locales
Comité de lutte des handicapés posté le 01/06/18 - Non Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Trump-Nétanyahou : Fauteurs de guerre et apprentis sorciers
posté le 07/12/17 Mots-clés  antifascisme   crimes de guerre  

Ils disposent de la force, ils croient être les maîtres du monde.

Ils procèdent par la violence, par le fait accompli permanent, par le franchissement des lignes.

Ils disent haut et fort : « le droit international, on s’en fout ».

Pour bien marquer le nouvel ordre mondial qu’ils veulent imposer, ils ont déjà quitté l’UNESCO.

En affirmant que Jérusalem, dont l’occupation depuis 1967 a été déclarée illégale par tous les textes internationaux, est la capitale d’Israël, Trump relance la guerre et flatte sa base électorale chrétienne sioniste à laquelle il doit beaucoup. Son message aux peuples de la région est clair : « vous n’avez pas le choix, il y aura le « grand Israël » et quelques territoires disparates enfermés et non-viables qu’on appellera « État palestinien ». Trump donne l’ordre aux dirigeants pro-occidentaux du monde arabe de le suivre.

Nétanyahou l’a largement précédé. Il généralise la détention administrative comme actuellement contre Salah Hamouri, Khalida Jarrar et bien d’autres. Il légalise 55 colonies dites « sauvages ». Il prévoit d’étendre les limites de Jérusalem pour y inclure les principales colonies. Il démolit consciencieusement les infrastructures palestiniennes, y compris celles financées par l’Union Européenne. Il prépare une loi fondamentale faisant d’Israël l’État-Nation du peuple juif, faisant des 6 millions de Palestiniens qui vivent entre mer et Jourdain des parias étrangers et mettant en danger les Juifs du monde entier qui refuse ce délire tribal.

Nétanyahou vient à Paris et à Bruxelles les 10 et 11 décembre.

En 1948, quand Begin était venu aux États-Unis, Hannah Arendt, Albert Einstein et de nombreuses personnalités juives américaines avaient écrit au président Truman : « Begin arrive, c’est un terroriste, arrêtez-le ou expulsez-le ».

Nous disons la même chose au président Macron et à la ministre européenne Federica Mogherini : « Nétanyahou viole en permanence le droit international. Refusez de le recevoir. Cessez d’être complice. Pour arrêter ce rouleau compresseur qui mène à la guerre, il faut sanctionner l’État d’Israël au lieu de lui dérouler le tapis rouge ».

Plus que jamais le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) est la réponse indispensable aux délires des politiques.

Nous appelons à manifester contre la décision de Trump et contre la venue de Nétanyahou.

A Paris, rassemblement place de la République à 14 h, le samedi 9 décembre.

Le Bureau national de l’UJFP, le 7 décembre 2017

https://lille.indymedia.org/spip.php?article31200


posté le 7 décembre 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
700955ccc736e871(...).jpg

Commentaires
  • 10 décembre 2017 06:13, par VSGCI

    Que peut-on avoir à faire de cette histoire de déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem ? Il suffit d’examiner les propos de ceux qui s’en offusquent pour voir leurs arguments.

    « Le droit international, on s’en fout » ? Mais nous aussi, on s’en fout, nous les exploités et opprimés de la planète entière ! Le droit international, ce n’est que les règles - informelles ! - de la diplomatie, autrement dit les règles que sont censés respecter tous les tyrans, dictateurs, requins et crocodiles du marigot capitaliste mondial ! Ça at toujours été le droit du plus fort, et rien d’autre !

    L’UJFP, bien dans sa ligne de défense de la démocratie, regrette visiblement que Etats-Unis et Israël aient quitté l’UNESCO. Mais l’ONU et ses dépendances n’ont jamais été là encore que le champ clos et « diplomatique » des règlements de compte impérialistes entre nations. Qu’est-ce que les exploités ont à défendre là-dedans ? J’aimerais qu’on me le dise…

    En fait, ce que l’UJFP reproche à Trump, c’est d’avoir cédé à sa base électorale de petits-bourgeois réacs et bigots contre les intérêts du Hamas dont la base électorale est composée de petits-bourgeois réacs et bigots. Au moins, les choses sont claires et on arrête l’hypocrisie diplomatique : les Etats-Unis annoncent au monde qu’ils - enfin, Trump surtout - n’ont plus l’intention de participer à la mascarade diplomatique, mais que les piliers du populisme - utilisation de la violence presque systématique, règlement des affaires à court terme, réponse toujours simple à des problèmes compliqués - seront maintenants ouvertement utilisés dans les rapports internationaux !

    Pourquoi se mobiliser contre ce déplacement de l’ambassade américaine ? Parce que la « nation arabe » est contre ? Cette « nation » a toujours été un mensonge, elle revient à mettre les prolétaires des pays dits « arabes » sous la botte de leurs dirigeants ! Parce que la Palestine n’a plus de capitale et que c’est le signe d’une annexion pure et simple ? Les prolétaires n’ont pas de patrie, on ne peut pas leur enlever ce qu’ils n’ont pas ! Parce que Jerusalem est la ville « trois fois sainte » et que ce sont les Juifs qui se l’alpaguent ? Les arguments des curés, rabbins et imams sont de toute façon un tissu de mensonges, et en tant qu’exploités et opprimés ces personnages ainsi que le mensonge religieux n’ont d’autre but que de nous faire avaler la pilule de l’exploitation et de l’oppression ! Aucun intérêt non plus.

    Donc, qu’avons-nous à perdre, nous, exploités et opprimés, dans cette histoire ? Tout, notre indépendance politique, nos intérêts propres, le terrain sur lequel nous devons nous défendre, si nous nous en préoccupons…

  • Peut-être faudrait-il demander aux intéressé-e-s, c’est à dire aux Palestinien-ne-s, s’ils/elles considèrent qu’une politique raciste pour les expulser de Jérusalem est « une péripétie sans intérêt ». Massacres, démolitions, expulsions, humiliations de toutes sortes, enfermements, vont pouvoir se poursuivre légalement, puisque Jérusalem est maintenant la capitale des seuls Israéliens, grâce aux efforts de Trump et Netanyahou et l’indignation du vieux « sympathisant » du CCI pour qui toute critique des deux apprentis sorciers est insupportable.

    Le nettoyage ethnique de la ville avait commencé dès son occupation en 1967, mais était jusque-là condamnée par les antiracistes du monde entier. C’est la loi du plus fort qu’ont toujours combattu les révolutionnaires et même les simples antifascistes. Il est stupéfiant de constater que sa légalisation par les grands de ce monde, qui provoque l’indignation générale, soit défendue par de prétendus « internationalistes » qui jusque-là n’avaient pas eu un mot pour dénoncer l’apartheid et l’occupation. Ce qui les dérange, c’est qu’on remette en cause l’officialisation d’un statu quo qui ne profitait qu’à l’occupant !

    L’usage de la langue de bois n’est pas anodine : il est bien évident que le problème n’est pas le déplacement géographique d’une ambassade, comme veut le faire croire le CCI, mais le blanc-seing délivré à un Etat raciste et colonisateur de parfaire son entreprise de NÉGATION du peuple palestinien pour le chasser de chez lui, et plus spécialement de sa capitale.

    Dans ces conditions, on comprend la haine que peuvent inspirer les antifascistes, qui disent exactement le contraire des colons, notamment l’UJFP :

    Jérusalem, capitale exclusive d’Israël : à chacun son « évidence »

    Plus c’est gros, plus ça passe… La reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale exclusive d’Israël par l’administration Trump relèverait du bon sens. Il s’agirait de « reconnaître l’évidence », comme l’a tranquillement affirmé le président étasunien. N’est-ce pas à Jérusalem que se concentrent les lieux du pouvoir israélien, de la Knesset à la résidence du Premier ministre ? Allons, officialisons les choses ! Ni plus ni moins ! Et qui sait, peut-être que tout cela produira un électrochoc positif et ressuscitera le processus de paix devenu moribond !

    Les autorités israéliennes doivent boire du petit lait. Leur rhétorique du fait accompli visant à diluer leur violente politique de colonisation et de dépossession des Palestinien-ne-s vient de trouver l’écho politique le plus favorable. La loi du plus fort a fini par porter ses fruits. Les éléments de langage utilisés par D. Trump, sa narration visant à limiter les effets désastreux de cette reconnaissance en en faisant même une chance pour la paix, son silence assourdissant quant aux revendications politiques des Palestinien-ne-s sur Al Qods – Jérusalem… Tout cela est repris par des officines sionistes un peu partout dans le monde pour que d’autres gouvernements emboîtent le pas de celui des États-Unis.

    La réaction dithyrambique du CRIF à l’annonce de la reconnaissance de Jérusalem ne s’est pas faite attendre. Se sentant pousser des ailes, sa direction a lourdement insisté auprès d’E. Macron pour que lui aussi « reconnaisse l’évidence ». A cette fin, elle mobilise l’histoire biblique à plein régime. Les liens religieux millénaires des Juifs avec la ville sont utilisés pour justifier l’invisibilisation et la négation des droits des Palestinien-ne-s. Même son de cloche du côté du Consistoire qui a salué la « reconnaissance d’une vérité historique et du lien plurimillénaire du peuple juif avec la ville sainte. [1] » Les offensives diplomatiques palestiniennes visant à faire valoir leurs droits politiques sur la ville sont autant de menaces qu’il convient de neutraliser pour F. Kalifat, l’inénarrable président du CRIF : « (la reconnaissance de D. Trump) est la meilleure des réponses aux tentatives de falsification historique menée inlassablement par les pays arabes et les palestiniens à l’Unesco et à l’ONU sur le statut de Jérusalem [2] ». On croit rêver…

    Les habitant-e-s palestinien-ne-s de Jérusalem – ceux qui ont pu rester après les vagues d’expulsion de 1948 et de 1967 et qui sont la cible depuis des années de politiques et réglementations discriminatoires – sont les grands absents de la nouvelle séquence politique amorcée par la reconnaisse étasunienne. Que va-t-il advenir de ces « résident-e-s palestinien-ne-s » sans aucun droit politique dans la ville annexée, et dont l’annexion vient de regagner en légitimité ? Sous l’ivresse de l’impunité qu’elles ne manqueront pas de ressentir, les autorités israéliennes vont-elles accélérer les démolitions des quartiers arabes et l’épuration ethnique déjà à l’œuvre ? Ce n’est pas un hasard si ses partisans essaient de toutes leurs forces de détourner l’attention de cette situation en brandissant l’argument d’un nouveau départ des négociations de paix. L’argument est périlleux, tant il dégouline de mauvaise foi : le statu quo sur Jérusalem n’a pas permis d’obtenir la paix ; peut-être que la reconnaissance de la réalité sur le terrain le permettra. Comme si c’était le manque de légitimité de l’emprise totale des Israéliens sur Jérusalem qui empêchait tout progrès en la matière !

    Pourtant, pendant que se donnent à voir ces obscènes manœuvres d’équilibristes, qui plus est au nom de la paix, des Palestinien-ne-s meurent et les blessé-e-s se comptent par milliers [3]. A Jérusalem et en Cisjordanie, en conséquence de la répression violente des protestions et du renforcement du contrôle militaire. A Gaza, bombardée, encore et encore. La colère gronde et grandit dans les pays musulmans à mesure que le contrôle israélien se resserre autour d’Al-Aqsa, renforçant toujours un peu plus le risque de transformer une situation coloniale en un conflit religieux opposant Juifs et Musulmans. Tout cela était prévisible, il ne pouvait en être autrement. D. Trump, B. Netanyahu, leurs alliés du CRIF, tous le savent pertinemment. Et s’en moquent éperdument. Derrière ces éléments de langage pernicieux et narrations mensongères se cachent toujours plus de vies perdues palestiniennes. Et que font les dirigeants européens, à part rappeler solennellement leur attachement à une solution négociée et appeler B. Netanyahu à la retenue, à faire un « geste pour la paix » en gelant la colonisation ? Rien. Ou plutôt si, ils cautionnent : une fois encore, aucune sanction n’est à l’ordre du jour.

    Une paix juste ne sera jamais atteinte par le maintien du régime d’apartheid, ni par l’écrasement mémoriel des Palestinien-ne-s.

    L’UJFP condamne les falsificateurs d’histoire et les pompiers pyromanes. Il est temps de leur rappeler qu’ils ont du sang sur les mains, eux et ceux qui ne font que regretter.

    Le Bureau national de l’UJFP, le 15 décembre 2017

    http://www.ujfp.org/spip.php?article6063

    Aux antifascistes de dire s’ils sont plus convaincus par le CCI ou par l’UJFP.

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les commentaires de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.4 [23444]
Top