RSS articles
Signe ton formulaire et ferme ta gueule posté le 23/04/18 - Non Locales
[zad nddl] Appel Intergalactique posté le 20/04/18 - Non Locales
L’anti-impérialisme des imbéciles posté le 18/04/18 - Non Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Le cauchemar continue posté le 23/04/18 - Analyses
Avis de tempêtes #4 posté le 17/04/18 - Analyses
Avis de tempêtes #3 posté le 15/03/18 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

La Brique : N°52 L’ombre des statues - Le Lille City tour !
posté le 28/12/17 par La Brique / radio Campus Lille Mots-clés  grèves   luttes sociales   LGBTQI-phobie   squatts   urbanisme   violence policière   critiques des médias   médias libres  

La Brique, le journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession, le collectif sur Radio Campus Lille.

Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Cette émission a été enregistrée juste avant les événements de la cité Saint-Maurice à Fives.

Pour écouter et/ou télécharger l’émission en MP3,, le lien vers le MP3 :
http://www-radio-campus.univ-lille1.fr/ArchivesN/LibrePensee/BRIQ171225.mp3

L’ombre des statues pourquoi ?

Le City tour de Lille.

L’Agence du médicament, le projet est quand même retenu.

Lille Capitale du Design, à 500 000 euros.
The World Design Organization (WDO) Le lien.

Friches artistiques - Lieux sans nom.

Pas d’outrage, pas de paye.

La pirogue.
Annonce du numéro 53 de La Brique, entre Noel et Nouvel an.

N°52 - Automne 2017 - L’ombre des statues

P.2 Edito

P.3 Olieux - Gare sans sauveur

P.4-5 Pas d’outrage, pas de paye

P.6 Brèves

P.7 City-Tour...ne pas rond

P.8-9 L’Union fait la force

P.10-11 Squats : Partout chez nous

P.12-13 CCL : l’oppidum du peuple

P.14-15 Friche artistique - Lieux sans nom

P.16-17 LGBT : quand Lille sort du placard

P.18 Brèves

P.19 Bar "La pirogue"

P.20-21 BCE : quels intérêts

P.22-23 Un samedi à Bazancourt

P.24 Procès Hermant...à suivre.

Visite guidée signée Aubry dans un Lille qui bouge
, l’article de la voix du Nord

Martine Aubry transformée en guide de tour-opérateur, micro en main, à l’avant d’un bus de journalistes. C’était ce vendredi matin, un préambule très concret au lancement de sa communication à mi-mandat.
L’occasion de réviser ses basiques. Ici à Lille, on ne néglige pas les quartiers populaires, bien au contraire. La ville y facilite d’abord la circulation des voitures, des vélos, des piétons, sans oublier de meilleures connections au centre-ville. Elle donne envie d’y vivre en construisant (ou réhabilitant) des logements, des parcs, des écoles... ; puis donne l’envie d’y venir, via quelques équipements.

Illustration à Moulins, avec la porte de Valenciennes, qui a notamment vu pousser la maison Stéphane-Hessel, inaugurée en février 2016. Elle abrite la Maison de l’économie sociale et solidaire, une auberge de jeunesse et une crèche de 70 places. Le secteur est encore en chantier, avec la livraison de 600 logements à venir à l’horizon 2019.
De Fives au projet Swam

Illustration à Fives, où l’on refait des morceaux entiers de ville, rue de l’Espérance, rue de Lannoy... mais aussi et surtout sur la friche FCB. En pleine reconquête, elle a déjà beaucoup changé. En septembre 2016, le lycée hôtelier y vivait sa première rentrée. Et bien plus encore est prévu.

Illustration encore à Lille-Sud, totalement transformé, du côté de la rue de Cannes et d’une piscine flambant neuve qui tourne à 100 000 nageurs par an ; autour du Grand Sud aussi où l’on ne cesse de construire tout type d’habitats (individuels, collectifs, mixtes). 3 500 nouveaux logements depuis 2014, dont 2 200 déjà livrés et habités. « Loin de moi l’idée de dire qu’il n’y a plus de problèmes, mais on en a fini avec les tours posées sur des terrains vagues... »

Hors des quartiers populaires, le Centre et le Vieux-Lille bougent aussi. Le projet Swam (logements, bureaux, hôtel Mama Shelter...) en cours sera livré fin 2018. Dans la foulée, Euraflandres verra les places de la Gare et des Buisses totalement repensées. Dans le Vieux-Lille, la place de Bettignies aussi va subir un lifting...

Ce « catalogue on tour » est forcément très riche, puisque finalement, il a donné à voir les réalisations du mandat 2008-2014 aussi. Et a donné un aperçu de ce qui sera lancé mais pas achevé en 2020. Un projet urbain, c’est bien plus grand qu’un mandat... Illustration encore à Condorde (Faubourg-de-Béthune) où l’ANRU 2 devrait contribuer à transformer (enfin) ces immeubles d’un autre âge, où la mixité n’existe pas : les relogements et premières démolitions arriveront en 2020 ou 2021.

« Sur votre gauche... », « Sur votre droite... », « Ici, on va s’arrêter un instant pour bien regarder... ». Martine Aubry transformée en guide de tour-opérateur, micro en main, à l’avant d’un bus de journalistes. Rendez-vous était pris, ce vendredi matin, pour un préambule très concret au lancement de sa communication à mi-mandat : il était question de sillonner les quartiers de Lille à la (re)découverte des grandes réalisations urbaines depuis 2014.

Edito N°52 - Histoires à lutter debout.
On vous a laissé.es cet été avec un bon gros numéro sur le travail qui écrase et qui tue. Il n’a pas pris une ride.

On dénombre le seizième suicide d’un ancien de Goodyear tandis que les victimes de l’amiante ont été une fois de plus déboutées de leur procès. Cette rentrée ne nous prépare rien de mieux au vu du dézingage du droit du travail désormais tout à fait sur les rails, version XXL de la loi El Khomri. Même si on ne comptait pas sur les contrats précaires pour sauver les droits sociaux, on est tout de même abasourdi.es de voir que la majorité des assos’ locales et pas mal de structures d’aide sociale crèvent de ne plus avoir les contrats aidés pour survivre. Les coupes réglées dans les conquis sociaux s’incarnent très concrètement dans nos quotidiens déjà fragiles.

Alors quoi faire ? Bien sûr, on se joint dès qu’on peut aux centaines de milliers de personnes qui battent le pavé pour contester Macron et sa coupe réglée du droit du travail. L’ampleur réjouissante des mobilisations révèle en creux l’ampleur de la merde dans laquelle on est. Des manifs où beaucoup d’entre nous s’amènent avec la boule au ventre. Avec l’entrée de l’état d’urgence dans le droit commun, la répression des militant.es a de beaux jours devant elle. Des camarades prennent du ferme pour avoir osé militer. La rue ne peut plus ces temps-ci, sous les drapeaux colorés des syndicalismes divers, faire croire qu’elle est le terrain de jeux pacifié du « dialogue social ».

Or, les combats actuels ont une continuité directe avec l’histoire des luttes passées. Depuis près de deux siècles, l’essor de l’industrie textile et la formation d’une classe ouvrière se sont faites au profit de quelques bourgeois. L’histoire et la mémoire légitimes ont toujours été façonnées au profit des possédant.es, au détriment de celle.ux qui l’ont faite et subie. Dans le folklore officiel et municipal lillois, les traces de cette mémoire sont bien souvent enfouies sous les paillettes de grands raouts censément fédérateurs à la Lille 3000. Les Euralille 1, 2 et 3, les musées, maisons folies et autres capitales européennes revisitent une mémoire exaltant l’attractivité économique du territoire, au service des politiques de gentrification municipales. . . . . . .
La suite : http://labrique.net/index.php/thematiques/editos/930-edito-n-52-histoires-a-lutter-debout

Pas d’outrage pas d’paye !

« All cops are bastards », « mort aux vaches », « un flic, une balle », « fumier » . Scandés en manifs ou tagués sur les murs de nos villes, ces (é)cri(t)s de rage contre la police fleurissent avec la rentrée sociale. Mais ils apportent un tas d’emmerdes à qui se risque à les exprimer, quand les flics en font leur treizième mois.

Alors que les manifs s’accentuent à mesure que la casse du code du travail s’intensifie et que la répression l’accompagne, les flics s’enrichissent. Ils tirent profit des réactions épineuses qu’ils suscitent en faisant passer toute tentative de résistance pour de l’« outrage », technique dont ils usent et abusent. Les outrages sont assimilés à des « paroles, gestes ou menaces, des écrits ou images de toute nature non rendus publics ou l’envoi d’objets quelconques » (1). La Protection Fonctionnelle (PF), un bidule mis en place par la loi du 11 juillet 1983, assure aux dépositaires de l’autorité publique une réparation en cas de préjudice ressenti pour ce qu’ils considèrent eux-mêmes relever de l’outrage ou de la rébellion. Si le recours à l’outrage est autorisé pour toutes les catégories de la fonction publique, la police nationale est de loin la plus gourmande en la matière.
Noms d’oiseaux et poulets aux œufs d’or . . . . . . .
La suite cliquez ici


Bar La Pirogue : « Dégage sale pédé ! »

Dans le Vieux Lille, La Pirogue est un bar traversant entre la rue de Weppes et la rue Jean Jacques Rousseau. Dans cet établissement ouvert depuis une vingtaine d’années, tous les ingrédients seraient réunis pour passer un bon moment si le personnel n’avait pas la cogne un peu facile, transformant le moment festif en cocktail explosif.

Alertée par un lecteur, La Brique s’est penchée sur les drôles d’habitudes de la Pirogue. Le 16 août 2017 vers 23h, sortant du bar gay le Privilège, Emmanuel et son frère François de passage à Lille, vont terminer leur soirée à La Pirogue. Emmanuel connaît le bar depuis dix ans. Les deux frangins ne sont ni violents, ni ivres : Emmanuel concède « avoir bu seulement trois pils ». Rien d’extraordinaire dans un quartier où il n’est pas rare de croiser une faune largement plus éméchée.
« Après notre entrée, l’un des barmen me donne la carte et sans raison apparente la refuse à mon frère en lui disant qu’il ne le servirait pas. » Drôle de situation et esprit peu commerçant. Les frères demandent la raison du refus et François récolte un... « Dégage sale pédé ! ». Emmanuel est abasourdi et fait entendre que « ces manières sont totalement inacceptables ». Ni une ni deux, le barman « saute par-dessus le bar » en furie. « Il nous a violemment mis à la porte avant de nous frapper tous les deux avec l’aide de l’autre barman, sous les yeux incrédules du videur présent pendant la scène. Mon frère a pris un coup de poing. Moi deux, avant que l’un d’entre eux me gaze avec une bombe lacrymogène ! » Que le barman vide à moins d’un mètre du visage d’Emmanuel.
Les passant.es, les client.es et même le videur interviennent en donnant de l’eau et en appelant les pompiers. . . . . .
La suite cliquez ici

La suite, accompagnement musical le Lien


posté le 28 décembre 2017  par La Brique / radio Campus Lille  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
numero52.jpg
martine_aubry_ci(...).jpg
brique_histoire.(...).jpg
outrages.jpg
lapirogue.jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les commentaires de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.4 [23444]
Top