RSS articles
Henri abattu par un gendarme du GIGN ! posté le 29/11/18 - Locales - 1 commentaire
Un sculpteur hitlérien débarque à Roubaix posté le 17/10/18 - Locales - 1 commentaire
Saint Sauveur : et tout redevient possible ! posté le 14/10/18 - Locales
Une page se tourne … posté le 09/10/18 - Locales
La Grande Guif’ #8 posté le 05/10/18 - Locales
Olieux - communiqué 55 posté le 30/09/18 - Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13

Local Avis de tempêtes #11 posté le 17/11/18 - Analyses
Mexique : c’est toujours la bourgeoisie qui gagne les élections ! posté le 09/10/18 - Analyses - 3 commentaires
CONDITIONNEMENT TOXIQUE posté le 19/09/18 - Analyses
Avis de tempêtes #9 posté le 17/09/18 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Manif de masse(s). Bal masqué contre le Mur de la Plaine.
posté le 20/11/18 Mots-clés  urbanisme  

Organisons des covoiturages pour rejoindre la manif de Marseille.
Nous pouvons nous retrouver à la Rumeur jeudi 22 à 18h.
Chaque personnes intéressé-e peut déjà se signaler dans les commentaires.


>

Manif de masse(s).
Bal masqué contre le Mur de la Plaine.

Appel aux masses contre le Mur de la Honte et le chantier de la Plaine.
Déambulation festive offensive et masquée au départ de la sinistre Mairie de Marseille, Vieux Port, samedi 24 novembre, 16h.
On en rêvait, le quartier l’a fait, la Soleam l’a tué

Déjà plus d’un mois. Plus d’un mois que les camions de la Soleam, protégés par des lignes de CRS, ont débarqué sur la plus grande place de Marseille, la Plaine. Plus d’un mois, le 11 octobre dernier, que Gérard Chenoz (adjoint au maire et président de la Soleam) et ses amis bétonneurs tentent d’en finir avec la contestation d’un quartier, opposé à leur projet dit « de requalification ». Sans concertation, ce projet indigne, démesuré et ne répondant en rien aux priorités des habitant-e-s maintes fois exprimées, n’a jamais eu d’autre objectif que d’accélérer la gentrification du quartier... C’est-à-dire effacer les plus pauvres et laisser place aux populations aisées en faisant exploser le prix du mètre carré, remplacer ses commerces à bas prix par de grandes enseignes, et son marché populaire par des étals à touristes. Une véritable « montée en gamme » pour anéantir le « vivant ».
Gentrification partout ! Soleam Dégage !

La mairie a tablé sur la lassitude des uns et la résignation des autres... une stratégie d’abandon de la place et de l’usure des habitants. Elle a tant vanté les charmes du quartier exotique auprès des investisseurs et des touristes friqués, que dans les maquettes des promoteurs, les quadras branchés du Marseille connecté et apaisé annonçaient déjà le monde radieux. Et puis, plus rien. La contestation a révélé dans toute son horreur le visage municipal : brutal, violent, autoritaire et méprisant.

Plus d’un mois donc. De matraquages, d’arrestations, de procès, d’intimidations, et une volonté unique : faire table rase. Créer la sidération par la violence, avec ses rangées de CRS mobilisés à chaque journée d’opération. Empêcher tout retour en arrière par la coupe mortifère de 40 des 115 arbres de la place, la destruction des grilles et des espaces de vie, les blocs de béton et la fermeture complète des accès à la place. Sans aucune information pour les des habitant-e-s et commerçant-e-s.

Depuis un mois, pourtant, l’arrogance de l’élite politique marseillaise bute sur le quartier, son inventivité. La colère s’est ancrée : les palissades ont volé, d’autres ont brûlé, le mistral s’est mis à déplacé les blocs de béton, entre-temps recouverts de messages et de peintures aux couleurs du quartier. La créativité a repris ses droits : libéré de ses grillages, le cœur de la place s’est converti en espace de discussion et d’assemblée permanente, avec toujours plus de nouveaux venus, comme lors de la grande manifestation populaire du samedi 20 octobre. Réunissant plusieurs milliers de personnes, elle s’est conclue par la construction du Gourbi n°8, structure offerte par la Zad de Notre Dame des Landes, et détruite sous haute protection policière quelques jours plus tard.

D’anciens kiosques à sandwiches ont été réouverts, un terrain de foot aménagé, des jardinières construites. Des équipes de ménage auto-organisées, elles, sillonnaient la place, redonnant à la place son atmosphère populaire, vivante, festive, entremêlée. Là où ils ont détruit, le quartier a reconstruit. Ne sachant plus que faire, les camions et outils de chantier ont même plié bagage un temps.
Le Mur de la Honte

C’en était trop pour les bétonneurs et leurs élus : lors d’une conférence de presse où le mensonge concurrençait le mépris, réduisant les opposants à des ados en mal d’aventure amoureuse, l’infâme Gérard Chenoz annonçait l’édification d’un gigantesque mur pour « sécuriser » le chantier.

Son chantier. Un demi-million d’euros ou presque, 2,50 mètres de haut et mille tonnes de béton. Un vrai mur de Berlin et presque un aveu de défaite devant l’impossibilité à poursuivre les travaux sans ce mur de la honte.

Le mistral a bien continué de souffler depuis. Des pans entiers du mur sont tombés et les actions continuent de ralentir un chantier, de plus en plus inutile et coûteux.

Mais la vie, les allées et venues, les discussions sont désormais impossibles autour du Mur. Et le quartier va mourir à petit feu. Les arbres sont à nouveau arrachés mais ils ne produisent plus qu’un bruit de massacre à la tronçonneuse. Invisible.
Des Millions pour une place et un Mur. Pas une thune pour les habitants de Noailles

La honte résonne d’autant plus amèrement devant la colère provoquée par l’effondrement des immeubles de Noailles, les morts, les bâtiments détruits, les centaines d’évacué.e.s, de déplacé.e.s, et le mépris de la mairie comme les jeux qui s’accélèrent en haut-lieu pour en finir avec cet autre quartier historique de Marseille.

Le mur de la Plaine et les morts de Noailles, si différents, forment les deux facettes d’une même logique vorace et mortifère, menées par les mêmes rapaces.

Façonner un centre-ville aseptisé, franchisé et nettoyé de ses pauvres, de ses immigrés, en édifiant des murs et en laissant les autres s’effrondrer. Et tuer. L’effondrement n’a rien d’une négligence : résultats d’une stratégie de pourrissement cynique et mûrement réfléchie, les morts de Noailles sont déjà ouvertement utilisés, au pied des décombres, pour "dégager tout le secteur" comme l’a dit lui-même le maire Jean-Claude Gaudin. Vouées à leur seul profit, à leurs villes contre nos vies, et à leurs murs contre nos quartiers, ces logiques ont assez duré. Plus que jamais, à la plaine, ce chantier, c’est non.
Le mur de la Plaine doit tomber.
Le mur de la Plaine tombera.

https://mars-infos.org/manif-de-masse-s-bal-masque-contre-3527

et voir les video de primitivi sur le sujet :
https://vimeo.com/primitivi


posté le 20 novembre 2018 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
affichema.jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les commentaires de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.4 [23444]
Top