RSS articles
Agenda décembre 2019 posté le 07/12/19 - Locales
[2019-12-06] Rendez-vous du mouvement posté le 06/12/19 - Locales
Préparons la grève du 5 décembre posté le 24/11/19 - Locales
[La récré.e ] Ce n’est qu’un au-revoir posté le 15/11/19 - Locales
Saisir la situation de Hong-Kong posté le 15/11/19 - Locales
Manifestation pour Georges Abdallah posté le 28/10/19 - Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13

Ils ne nous feront pas taire ! posté le 08/12/19 - Analyses
Refusons le SNU ! posté le 05/12/19 - Analyses
Avis de tempêtes #23 posté le 18/11/19 - Analyses
Aux voiles et à vas peur ! posté le 08/11/19 - Analyses
Il y a 40 ans posté le 03/11/19 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

[Vidéo] Qu’est-ce que la propriété ? posté le 21/11/19 - Articles d’ailleurs
Du Yémen à Gaza, la France complice des criminels posté le 18/11/19 - Articles d’ailleurs
[Bolivie] INVISIBILISER C’EST AUSSI DE LA VIOLENCE posté le 16/11/19 - Articles d’ailleurs
De Moix à Trump : ces amis qui ne nous veulent pas du bien posté le 14/09/19 - Articles d’ailleurs
Quand le Peuple est V@chement Populaire posté le 04/09/19 - Articles d’ailleurs
A propos de la flic infiltrée débusquée au contre-sommet du G7 posté le 02/09/19 - Articles d’ailleurs
Marx/Bakounine de Maurício Tragtenberg posté le 20/08/19 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13

Trans-mettez

Si je vous partage ce témoignage c’est parce que cette année, pour la première fois, je suis allé.e à la marche des fiertés de Lille et celle de Paris alors que j’ai de gros soucis de santé. J’ai marché pour dire merci aux femmes noires transgenres travailleureuses du sexe qui, il y a 50 ans, sans elles rien n’aurait été possible. J’ai marché pour soutenir nos allié.e.s ; pour militer pour nous toustes. Ma présence était politique. Et recevoir un, je cite, "votre demande de changement de prénom est susceptible de ne pas revêtir un intérêt légitime" dans le cadre d’une demande de changement de prénom auprès de ma mairie de naissance est juste inadmissible après tout cet investissement et tout le temps qu’ils m’ont fait perdre.
Beaucoup sont celleux qui sont concerné.e.s par ce même problème, cela ne peut plus continuer.
Si personne ne fait rien, rien ne changera. On a besoin d’être ensemble et que l’on respecte qui l’on est.

Je suis donc allé.e chercher les documents nécessaires à remplir à ma mairie de naissance concernant une demande de changement de prénom dans le cadre de ma transidentité.
Une fois le dossier complet, je l’ai apporté à la mairie et on m’a dit qu’il fallait prendre un rendez-vous car j’allais être reçu.e par quelqu’un qui s’occupe spécialement de ça (on ne m’avait pas prévenu.e).
On m’a dit qu’on allait me contacter avant une certaine date ; ça n’a jamais été fait. Lors de mon premier appel, on m’a dit que la personne ne travaillait pas. Le deuxième, qu’elle était déjà partie. Le troisième, qu’elle était en rendez-vous. Le quatrième, qu’elle était en réunion. On me disait toujours que cette personne me rappellerai, on prenait mes coordonnées et jamais je n’ai été recontacté.e. Lors du dernier appel, en prenant mes coordonnées, la personne au téléphone m’a demandé mon nom de famille et s’est ouvertement moqué de ce dernier. On m’a dit que cette fois la personne chargée du changement de prénom me rappellerai sans faute. C’est moi qui ai dû la rappeler. J’ai finalement réussir à l’avoir au téléphone pour avoir un rendez-vous plus tard.
Entre tout cela, environ un mois s’était écoulé.

Puis le 05 Juin, j’avais enfin mon rendez-vous. J’ai été reçu.e comme lors d’un entretien d’embauche. Cela a duré quarante-cinq minutes environ. La personne qui m’a reçu.e m’a demandée d’expliquer la situation, où j’en étais dans ma transition et « combien de temps cela faisait ».

Elle tenait une feuille où elle notait ce que je lui disais pour « défendre » mon dossier. Désespéré.e par la situation et ne sachant quoi lui dire, je me suis senti.e obligé.e de me justifier : que je portais des binders, que je m’habillais au rayon homme, que j’avais prévu de faire une mammectomie, que je réfléchissais encore quant à la prise d’hormones ayant connaissance des effets irréversibles, etc.

Je me sentais obligé.e d’argumenter au maximum pour que mon dossier soit suffisamment légitime pour obtenir une réponse favorable alors que je savais pertinemment que cela était le moyen le plus sûr pour me stigmatiser et que c’était même contre-productif.

Elle m’a stipulé qu’il fallait des justificatifs médicaux et a répété plusieurs fois « c’est dommage quand même que vous n’ayez pas de justificatifs médicaux ». Je lui ai dit qu’être transgenre représentait un intérêt légitime et que je n’avais pas besoin de certificats médicaux, en lui rappelant la circulaire du 17 Février 2017 numéro : CIV/01/17 qui indique clairement page 20 que « la transidentité (transsexualité) du demandeur caractérise un intérêt légitime au changement de prénom, la volonté de mettre en adéquation son apparence physique avec son état civil en adoptant un nouveau prénom conforme à son apparence, et ce, indépendamment de l’introduction d’une procédure de changement de sexe ». Puis elle m’a montré dans la circulaire cette phrase : « certificats émanant de professionnels de santé, faisant notamment état des difficultés par l’intéressé porteur d’un prénom déterminé ». Je n’ai su lui répondre ; la procédure ayant été démédicalisée et que les documents figurant sur la circulaire comme elle me l’a montré, sont à titre indicatif. En effet, des attestations de proches et/ou d’associations suffisent pour apporter la preuve de la légitimité de la demande.

Elle m’a posé deux questions intrusives : « Pourquoi avez-vous choisi ce prénom ? » et « Par quels surnoms vous appellent vos parents ? » ; question posée au préalable car elle m’avait demandé comment ça se passait dans ma famille et si mes parents m’appelaient par mon deadname ou par mon prénom. Je lui ai dit qu’ils m’appelaient par mes surnoms en attendant de s’adapter au changement.

Elle m’a aussi fait remarquer que dans le Nord, avec le patois, l’association de mon prénom et de mon nom de famille pourrait être ridicule. Je lui ai demandé ce qu’elle sous entendait par-là. Elle avait l’air gênée mais ne m’a jamais répondu.

Elle m’a informé qu’il fallait au minimum trois semaines pour recevoir une réponse ; que mon dossier allait être vu par des autres membres de l’équipe y compris un médecin, ce qui m’a choqué.

Pendant l’entretien elle a utilisé deux fois le terme de « transsexualisme ». Je n’ai rien dit mais je me suis sentie déshumanisé.e.


posté le 7 juillet 2019 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les commentaires de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.4 [23444]
Top