Avis de tempêtes #26 envoyé le 16/02/20 - Analyses
Avis de tempêtes #25 envoyé le 19/01/20 - Analyses
Avis de tempêtes #24 envoyé le 17/12/19 - Analyses
Ils ne nous feront pas taire ! envoyé le 08/12/19 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Expulsion en cours de la Zad de la dune (Vendée) envoyé le 22/01/20 - Articles d’ailleurs
Et de dix … les malfaiteurs-ses se bousculent à Bure ! envoyé le 02/01/20 - Articles d’ailleurs
[GISTI] La maire de Calais jugée incompétente… envoyé le 28/12/19 - Articles d’ailleurs
Appel à occuper Tweebosbuurt ! envoyé le 22/12/19 - Articles d’ailleurs
Agenda de lutte envoyé le 21/12/19 - Articles d’ailleurs
[Gisti] La radicalisation… de l’ordre public envoyé le 06/12/19 - Articles d’ailleurs
[Vidéo] Qu’est-ce que la propriété ? envoyé le 21/11/19 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 14

QUE FAIRE DU CORTEGE DE TETE LILLOIS ?

Pour un cortège de tête anti-oppressif, attentif et créatif : Organisons-nous contre les oppressions !


Depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites, les appels à manifester hors des cortèges syndicaux se succèdent.

Lors de chaque manifestation lilloise ou presque, un important cortège de tête déterminé se forme. Ce cortège est composé d’un très grand nombre de personnes venant de différentes horizons. Force est de constater que le cortège de tête lillois fait face à un certain nombre de problèmes divers auquel ce texte qui nous a été envoyé par des millitant.e.s lillois.e.s tentent d’y répondre.

Au vu de sa pertinence, à l’approche de la nouvelle date de mobilisation du 6 février (rdv 14h, porte de Paris), nous avons décidé d’en faire notre "appel à manifester" habituel.


LE CORTEGE DE TETE C’EST QUOI EN FAIT ?

Avant de tenter un appel à un cortège de tête, il serait important de réaffirmer que le cortège de tête, au même titre que le « bloc » n’est pas une entité en soi mais plutôt une force de plusieurs identités qui, rassemblées, convergent vers un ennemi commun, des pratiques collectives, avec sans oublier, bienveillance et solidarité. En première ligne, il se compose de gilets jaunes, syndicalistes, étudiant.es, black block, militant.es écologistes, féministes, antiracistes, queer… Et la liste est encore longue. On comprend donc qu’en son sein, on y trouve des activistes mais pas que : c’est avant tout un espace où il se passe des actions et où chacun.e est actif.ve de par sa présence et son rôle d’observation (du parcours, de la présence des forces de l’ordre et de RG ou autres complices qui filment la scène), de protection des copaines, ​et non pas qu’un espace pour celleux qui souhaitent casser ou marcher droit vers les flics, en première ligne et sans peur.

Car faire partie du cortège de tête implique de faire attention à soi mais aussi aux autres. En faire partie c’est savoir prendre position contre toutes les oppressions, qu’elles soient exercées par nos ennemis, mais également par des camarades en tout genre présent.es dans nos manifs. Par conséquent, le cortège de tête (et les gentes qui le composent) ne devrait pas se replier sur lui-même mais plutôt savoir se remettre en question, individuellement puis collectivement, afin d’être le plus inclusif, le plus attentif pour enfin devenir le plus créatif possible.

UN CORTEGE DE TÊTE CONTRE LA DIRECTION ET LE SO DE LA CGT

Le cortège de tête et les manifestant.e.s dans leur ensemble doivent se positionner contre le discours de la direction de la CGT ainsi que les pratiques de son service d’ordre.

Pour rappel, ce mercredi 29 janvier les organisations syndicales départementales CGT, FSU, UNEF et FO ont publié "une lettre ouverte à Christophe Castaner" concernant les violences lors des manifestations lilloises. Un papier à vomir qui divisent au sein même des syndicats. En parlant de casseurs.euses, du/de la « bon.ne » et du/de la « mauvais.e » manifestant.e, ils font le jeu de la préfecture mais surtout celui de Macron.

Dans leur communiqué, la direction de l’Union Départementale du Nord dépolitise le cortège de tête, elle aimerait qu’il soit réduit à néant. Elle n’y voit que des casseur.euses qui perturbent le bon déroulement de la manifestation. Cette direction n’a donc rien compris. Ce n’est pas en défilant en obéissant aux ordres de la préfecture que nous pourrons arriver collectivement à faire reculer Macron.

Ce n’est pas en collaborant avec la police pour nous envoyer au cachot que la population peut espérer gagner. Cette division entre les « bon.nes » et les « mauvais.es » manifestant.e.s est la division du pouvoir. Si la direction de la CGT 59 applique cette division et qu’elle veut diviser les manifestant.e.s tout en leur imposant des cadres non-violents qui arrangent le pouvoir, alors nous nous y opposerons, et cela jusqu’au bout.

Aussi​, comment ne pas parler du paternalisme et sexisme ambiant de la part de celle-ci et de son Service d’Ordre. Nous ne venons pas en manifestation pour nous faire cracher dessus par des personnes supposées être nos « camarades ». Nous n’avons pas besoin de plus de flics que ceux déjà présents aux abords des dites manifestations comme nous n’avons pas non plus besoin de leçons de morale, de leçons sur le militantisme et de parents de substitution. Nous ne sommes pas étonné.e.s.

Lors de la loi Travail en 2016, la direction et son service d’ordre avaient déjà opéré de la même manière en condamnant les violences faites aux policiers.

Où étaient t’ils lors du mouvement des gilets jaunes ?

C’est donc contre la direction de la CGT 59 et son service d’ordre que nous nous positionnons. Contre leur communiqué déplorable et infecte. Mais jamais contre sa base syndicale, celle qui est au-delà des intérêts de pouvoir et avec qui nous luttons depuis le début. Nous condamnerons et lutterons sans cesse leurs pratiques dominantes.

UN CORTEGE DE TÊTE ANTI-OPPRESSIF

Depuis le début du mouvement contre les retraites, on constate un nombre important et inquiétant de pratiques oppressives. Des slogans sexistes à répétition du type « les putes à Macron » pour se moquer des keufs, des propos racistes, des intimidations faites au sein du cortège de tête qui nous empêchent de nous organiser face au pouvoir macroniste… Nous devons nous positionner clairement contre la reproduction de ces violences, dominations et oppressions que le pouvoir souhaite faire perdurer.

Alors non, nous ne sommes pas là pour donner des cours de langage ni de dialectique. Mais entendre des slogans qui peuvent nous blesser les un.es les autres, ça ne crée pas de la solidarité. Oui, les putes aussi emmerdent Macron, oui, les personnes queer aussi emmerdent Macron, oui, les meufs, personnes trans, personnes non-binaires, aussi emmerdent Macron. Et toutes ces personnes font aussi partie du cortège de tête, ce sont des copaines au même titre que les autres et elles ne doivent donc pas être prises pour cible, insultées ou utilisées pour insulter nos ennemis. La répression policière, les oppressions et autres dominations, elles en subissent déjà suffisamment au sein de notre société actuelle.

Bref, être ensemble dans un cortège de tête c’est aussi faire attention les un.es aux autres, y compris dans le langage et les actes, c’est accepter de changer de slogan et d’entendre pourquoi cela peut blesser telle ou telle personne. Nous ne sommes pas là pour dire comment chacun.e doit s’exprimer mais bien pour faire converger notre rage, dans l’ambiance la plus copaine qui soit.

UN CORTEGE DE TÊTE ATTENTIF

Le cortège de tête se doit d’être inclusif, il se doit également de prendre soin de lui. Prendre soin des unes et des autres, c’est ce qu’on nous a toujours appris, plutôt que de tomber dans un sombre individualisme.

L’individualisme quand c’est penser à soi, oui, et c’est obligatoire de ne pas s’oublier dans la lutte et dans ce genre de moments tendus et propices aux remises en question, aux doutes, et autres frustrations et solitude. Mais ne penser qu’à soi devient dangereux, surtout lorsque l’on commence à courir, à perdre haleine en laissant d’autres copaines en proie aux interpellations, aux gaz, aux matraquages, en bref aux méchants en bleu. Nous n’avons peut-être pas les mêmes envies, mais nous n’avons surtout pas les mêmes limites – âge, condition physique, expérience, peur, etc. - : prendre soin les un.es des autres devrait être notre priorité plutôt que de checker entre nous nos CV militants pour voir qui sera le.a plus combattif.ve du lot. Lutter n’est pas une compétition. ​Alors faisons corps, tenons-nous.

Reculons, avançons, tombons, relevons-nous, soignons-nous, cassons, affrontons-les, peu importe. Mais faisons ensemble.

UN CORTEGE DE TÊTE CREATIF

La préfecture et ses sbires ne veulent plus des révolté.e.s dans le centre-ville, ils déploient tous les moyens possibles en banalisant d’autres parcours et veulent effrayer toute personne qui se lève. Gazages gratuits et abusifs, dispositif policier surréaliste, tout est fait pour décourager. Le centre-ville représente leur monde, celui qui nous exploite, nous vole, nous pille et nous domine. Nous ne devons pas en rester là ! La ville nous appartient, alors à nous de la récupérer en nous la réappropriant.

Sortons nos plus belles couleurs, nos banderoles les plus solides, nos gilets les plus étincelants, venons avec de la joie, nos plus belles idées et nos plus beaux jouets car peu importe le parcours qui nous sera imposé, nous saboterons tout, absolument tout. Ils pourront continuer à nous interdire le centre-ville mais ils ne pourront pas nous détruire ni éteindre nos flammes.

Alors soyons ingouvernables, créatif.ves, inarrêtables mais surtout beaucoup plus malin.es qu’eux, parce que nous avons la rage de vaincre. Adaptons-nous, sortons des cadres qui nous sont imposés et nous enferment.


envoyé le 4 février 2020  par Lille Insurgee  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
img_20200203_222(...).jpg

Compléments
  • Aucun compléments d

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top