Un appel commun à la reprise du travail du MEDEF, de la CFDT et la CFTC : L’injonction du maître à l’esclave moderne
envoyé le 07/05/20 Mots-clés  contre le travail  

Dans une déclaration commune rédigée le 30 Avril « pour le maintien ou la reprise des activités économiques dans des conditions sanitaires optimales », le MEDEF, la CFDT, et la CFTC s’agitent et appellent à la reprise de l’activité économique qu’ils jugent indispensable
« pour sortir durablement de cette crise ». C’est une injonction du maître à l’esclave moderne, du col-blanc au prolétaire, du télé-travailleu.se.r à l’ouvrier.e.

Alors que nous continuons, encore tremblant.e.s, de compter nos mort.e.s chaque jour, d’autres n’ont qu’une seule préoccupation : la reprise de l’activité, la préservation de notre économie libérale, la santé de nos multinationales. Le drame sanitaire dont ont été victimes les 24895 personnes décédées du virus depuis Mars ne semble pas pouvoir rivaliser avec la fureur capitaliste qui attaque déjà de plein fouet les travailleur.se.s précaires, avant même la mise en place du déconfinement.
Cet appel aimerait laisser croire à une alliance unitaire entre organisations syndicales patronales et salariales et à un dialogue social serein. Il rassemble en réalité les responsables de la mort du syndicat comme contre-pouvoir. Ceux-là même qui depuis des années ont réussi
à transformer la lutte des travailleur.se.s en collaboration affectueuse avec le pouvoir
bourgeois pour le maintien du rapport d’exploitation en vigueur.
La CFDT rejoint donc le MEDEF, dont le président Geoffroy Roux de Bézieux proposait il y a encore quelques jours dans une tribune du Figaro de « se poser la question tôt ou tard du
temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire ».
Cela ne laisse plus aucun de doute sur les intentions de ces deux syndicats, prêts à mettre en danger de mort la population sur les lieux de travail, dans les transports en communs, pour
rassurer les actionnaires. La France enregistrait encore 135 mort.e.s du covid19 en 24h ce Lundi 1er mai. Aucun matériel de protection n’est encore disponible. Après avoir culpabiliser
les français.e.s pendant deux longs mois sur leur manque de discipline face au confinement ;
après avoir entendu Édouard Philippe prolonger la fermeture des lieux culturels ; le travail lui
n’attend pas.

Le 4 Mai sur France inter, Laurent Berger, secrétaire générale de la CFDT répondait aux questions d’Ali Badou au sujet de cette appel. Il félicitait alors chaleureusement le gouvernement quant aux mesures prises pour les salarié.e.s et particulièrement, pour les aides financières exceptionnelles délivrées aux grandes entreprises (7 milliards d’euros à Air France). « La SNCF doit être aidée et aussi développée car elle est un vrai outil du modèle de développement économique de demain, et c’est normal d’avoir ses aides ». Ils ne s’offusqueront ni des petits 150 euros distribués aux familles précaires, ni de la ridicule prime donnée aux professionnel.le.s soignant.e.s.
Poursuivant l’exalte des mesures gouvernementales, il affirme son soutien à Muriel Pénicaud, ministre du travail, dans son engagement dans la reprise de l’activité des travailleur.se.s. « Je
ne cherche pas à être avec Mme Pénicaud en différent sur tout… ».
Il ajoutait même, comme touché par la grâce néo-libérale, accepter l’idée de licenciements massifs dans les grandes entreprises françaises, « tout syndicaliste qui se respecte souhaite
que non, mais si la logique c’est je vous aide et vous pouvez me jurez que dans les trois ansqui viennent il n’y aura aucun licenciement, alors la… ».
Laurent Berger, loin de représenter les travailleur.se.s, se place dans une parfaite symphonie entre le pouvoir politique et le pouvoir économique, garant d’un équilibre indétrônable du
système capitaliste en place, sans contradiction ni tumultes de la classe ouvrière.

Cette déchéance ne date pas de la réforme de la loi travail en 2016, à laquelle la CFDT s’était alignée au gouvernement. Elle est bien plus ancienne et a eu le temps de se développer. Selon
Lovovsky, dans son « Programme d’Action de l’Internationale Syndicale Rouge », c’est dès 1920 que l’on a vu apparaître une compromission entre les organisations syndicales et l’État capitaliste. Il écrivait alors « Les activités dirigeantes des syndicats qui entrèrent en contact intime avec l’État bourgeois, abordèrent toutes les questions du point de vue des intérêts nationaux, si bien que les organisations ouvrières qui avaient pour but la lutte contre l’État
bourgeois, devinrent la base principale de tout le système capitaliste. »

La reprise du travail ne peut être ordonnée par un syndicat, et encore moins en temps d’épidémie mondiale. Elle doit être un choix éclairé, individuel et conditionné par le travailleur.se. Le rôle d’un syndicat est de veiller à ce qu’aucune forme de contrainte à l’activité soit formulée, par le patronat ou par le pouvoir. Lutter contre le travail comme outil de domination, comme support à l’exploitation.

Ce syndicalisme-là doit disparaître. Il fait taire la colère des éxploité.e.s, joue avec la peur de la misère. Il fustige les défenseur.se.s d’un autre monde sans opression, s’armant d’une
idéologie de compromission sociale, de théorie « du moins pire » et petite victoire. Il casse la révolte et s’inscrit jusque dans ses services d’ordres au service de la bourgeoisie qu’il combattait autrefois.
En Janvier dernier, une lettre inter-syndicale signée par la FSU, Force Ouvrière (FO), CGT et UNEF a été adressé au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner pointant du doigt la
violence du cortège tête. Les syndicats estimaient que « les casseur.euse.s continuent à casser sans être inquiétés ». Jouant le jeu du pouvoir, du bon et du mauvais.e manifestant.e, les
syndicats abandonnent violemment les révolté.e.s. Ils crachent sur l’idée même de révolte et légitimisent ainsi la violence d’État. L’idée même de détruire le pouvoir oppresseur n’est plus
qu’un vieux songe rendu illusoire par de nouveaux bureaucrates, pleinement implantés dans un système destructeur rongée par l’autoritarisme.

« Un syndicalisme n’est pas anti-économie ! » proclamait Laurent Bergersur France inter, face aux insinuations (trop discrètes) d’Ali Badou de connivence avec le pouvoir. Non, le syndicalisme n’est pas économie, il est encore moins capitaliste. Le syndicalisme est
révolutionnaire. « Et donc le syndicalisme ne peut qu’être soit libertaire, soit autoritaire : s’il
est libertaire c’est de l’anarchisme, s’il est autoritaire c’est du socialisme. » (Vanzetti, 1923)


envoyé le 7 mai 2020 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
texte_syndicat_.(...).pdf

Compléments
  • Aucun compléments d

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top