Corse : Où va le nationalisme de la jeunesse ? envoyé le 14/05/22 - Articles d’ailleurs
Crime colonial, une journaliste abattue par l’armée israélienne envoyé le 14/05/22 - Articles d’ailleurs
Et c’est reparti pour un tour… envoyé le 01/05/22 - Articles d’ailleurs
★ PAR-DELÀ LE BIEN ET LE MAL envoyé le 28/04/22 - Articles d’ailleurs
Médias et Ukraine : la guerre en continu envoyé le 16/04/22 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 25

En tant que soignant·e·s, comment mieux soigner les personnes grosses ?
envoyé le 20/09/21 Mots-clés  santé  

Le 9 septembre 2021, Charlotte Zoller, journaliste pour Teen Vogue et travaillant dans la stratégie numérique et sociale, a publié sur son compte Instagram un post en anglais qui aborde la question de comment les soignant·e·s peuvent-iels mieux traiter les personnes grosses. Il s’agit également d’un article Teen Vogue que vous pouvez retrouver encliquant ici.

Gras Politique a lu cet article et l’a trouvé très pertinent, et dans une volonté de rendre accessible ce discours à plus de monde nous l’avons traduit et l’avons adapté pour la France.
Pour commencer

Aller chez le médecin peut être une étape éprouvante pour les personnes grosses, qui ont souvent vécu des discriminations liées à leur poids, ou des violences médicales. Que ce soit des reproches sur leur poids pour des problèmes de santé qui n’ont rien à voir, ou des symptômes tout simplement ignorés. C’est pourquoi des soignant·e·s tel·le·s que vous sont essentiel·le·s ! L’intérêt que vous portez à cette réflexion, sur comment améliorer votre prise en charge des personnes grosses, est importante et est la première étape pour instaurer une relation de confiance.
La première prise de contact

L’environnement de sécurité et de respect s’instaure dès la première prise de contact, que ce soit via votre site internet, ou via votre secrétariat. Déclarer clairement que vous avez une pratique inclusive et respectueuse de tou·te·s signale à vos patient·e·s que votre cabinet est une zone de non jugement. La façon de faire ici est plutôt flexible, certain·e·s préfèreront utiliser les mentions “soins inclusifs” ou “santé pour tou·te·s”, il s’agit là de votre première vitrine et indiquera à vos patient·e·s qu’iels pourront être à l’aise avant même de passer la porte de votre cabinet.
Le cadre de soin

Une fois que les patient·e·s sont dans votre cabinet, ce qu’iels voient est également important. Il est crucial que le cadre où ont lieu vos échanges soit hospitalier et accueillant pour tout le monde. Cela passe par des questions telles que :

Quelles sont les limites de poids et de largeur de votre table d’examen ?
Est-ce que les chaises de votre salle d’attente ont des accoudoirs qui pourraient blesser vos patient·e·s ou les empêcher de s’asseoir ?
Est-ce que votre civière permet de transporter n’importe quel·le patient·e de n’importe quel poids ?
Est-ce que les portes de votre cabinet sont suffisamment larges ?
Est-ce que vos toilettes sont praticables par des personnes grosses ou à mobilités différentes ?
Est-ce que vous possédez un brassard plus large facilement accessible ?
Si votre patient·e souhaite être pesé·e, quelle est la limite de poids sur votre balance ?

Nous sommes conscient·e·s qu’un équipement adapté à tou·te·s peut représenter un certain budget qui n’est pas forcément accessible pour vos moyens, mais même des petits changements peuvent faire la différence et signalent aux patient·e·s qu’iels sont les bienvenu·e·s à votre cabinet. Considérer le confort physique est un signe de respect. Il est plus facile d’être à l’aise mentalement et émotionnellement, si on est déjà à l’aise physiquement.
Le cadre d’échanges

Une conversation claire et cohérente permet, dès le début, d’instaurer un climat de confiance avec vos patient·e·s et d’établir une relation conduite par le respect mutuel. Concrètement, comment faire ? Un simple avertissement au début de la consultation peut faire la différence : “Je veux être sûr·e que vous soyez à l’aise aujourd’hui, afin que je puisse vous prodiguer les meilleurs soins possibles. Est-ce que vous souhaitez discuter de quelque chose en particulier ? Est-ce qu’il y a des sujets que vous ne souhaitez pas aborder ?”. Cela permet aux patient·e·s d’indiquer s’iels ont des sujets de sensibilité.

Bien sûr, les discussions sur le poids ne peuvent pas être complètement abolies des traitements médicaux, mais elles peuvent devenir plus réfléchies, plus respectueuses et cela passe notamment par le choix du vocabulaire. Quand les conversations commencent à devenir des reproches, la relation commence à déraper. Les personnes grosses comprennent tout à fait que certains états de santé peuvent être exacerbés par le poids, et la majeure partie de ces personnes ont déjà essayé de perdre du poids à un moment donné de leur vie. Leur parler comme s’iels étaient ignorant·e·s ou comme s’iels manquaient de volonté et de maîtrise de soi, ou encore prétendre que tous leurs problèmes de santé seraient dûs à leurs poids, revient à mettre vos patient·e·s gros·ses dans une situation de mal-être. Et ce n’est pas le résultat escompté si vous lisez ceci. Si le·a soignant·e a réussi à instaurer une atmosphère de confiance, ses patient·e·s gros·ses seront plus à même d’engager des conversations profondes dans l’objectif de se soigner totalement.
Prendre conscience des inégalités face à l’accès aux soins

Tout le monde n’a pas pléthore de choix lorsqu’il s’agit de l’accès aux soins médicaux. Ce choix dépend de facteurs tels que : les cabinets ouverts et présents, le niveau de soins, la localisation géographique, le tarif des soins, la prise en charge, mais aussi l’origine ethnique, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, le poids, le handicap, l’âge, la classe sociale, etc. Ces facteurs rendent la recherche d’un·e soignant·e encore plus complexe qu’elle ne l’est. C’est pour ça qu’il est important pour les soignant·e·s d’être curieux·ses, prudent·e·s, et conscient·e·s de l’identité et des antécédents sociaux et médicaux de leurs patient·e·s.
En conclusion

Il ne devrait pas incomber à vos patient·e·s de décréter leur droit au respect. Il devrait incomber à vous, soignant·e·s, de créer un environnement hospitalier pour que vos patient·e·s puissent exprimer leurs opinions et recevoir des soins dans un cadre sans jugement. Il est important de toujours rechercher de nouvelles informations, de repousser les limites de vos connaissances et de prendre l’initiative de s’éduquer concernant les soins inclusifs.

Si vous souhaitez imprimer ou diffuser ce billet de blog, nous l’avons également transposé au format brochure, pour que vous puissiez le faire passer à vos soignant·e·s, à vos collègues, à vos proches, ou à toute autre personne.
brochure-bien-traiter-ses-patientc2b7ec2b7s-grosc2b7ses-2r


envoyé le 20 septembre 2021 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
brochure-bien-tr(...).pdf

Compléments
  • Aucun compléments d

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top