Des nouvelles de Boris envoyé le 23/11/21 - Non Locales
Attaque d’éoliennes envoyé le 23/11/21 - Non Locales

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

COVID-19 : La grande réinitialisation envoyé le 23/11/21 - Analyses
Butch envoyé le 20/11/21 - Analyses
Femmes en prison : Qu’advient-il de nous ? envoyé le 20/11/21 - Analyses
Avis de tempêtes #47 envoyé le 18/11/21 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Ce que veut dire Apartheid dans le cas d’Israël envoyé le 21/11/21 - Articles d’ailleurs
Du trou noir de la postmodernité envoyé le 13/11/21 - Articles d’ailleurs
Lire et soutenir : Travail salarié et capital. K. Marx envoyé le 11/11/21 - Articles d’ailleurs
« Police partout, médias nulle part » envoyé le 01/11/21 - Articles d’ailleurs
TPMP au service d’Éric Zemmour ? envoyé le 30/10/21 - Articles d’ailleurs
Amira Hass : je subventionne des groupes terroristes envoyé le 28/10/21 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 22

Equans, une tragédie sociale et industrielle en marche
envoyé le 21/10/21 Mots-clés  licenciements  

Mobilisation pour Equans et ses salariés ! Equans est un nom peu connu des Français, mais il pourrait devenir un douloureux refrain de campagne. Nouvellement créée par Engie, Equans rassemble toutes les sociétés et secteurs dont le géant de l’énergie souhaite se débarrasser. Avec 80 000 salariés sur la table et un chiffre d’affaires de plus de 12 milliards d’euros (pour un confortable bénéfice de 400 millions d’euros), l’opération est des plus stratégiques. L’État suit donc le dossier de près, d’un peu trop près peut-être à l’Elysée d’ailleurs… Avec surtout à la clé des choix au goût amer pour les salariés.

Nous, syndicalistes, cadres et salariés, nous battons depuis des années pour que les décisions prises au sommet ne soient pas synonymes de nouveaux plans sociaux, de chômage et de précarité. Or, nos alertes maintes et maintes fois répétées semblent ne pas vouloir être entendues du côté du pouvoir. Pourquoi Equans, numéro 2 mondial dans son secteur et présentée comme une « pépite » par Engie, devrait-elle être vendue au plus offrant ? Quand des services aussi complexes, reconnus et profitables fonctionnent aussi bien, il est plutôt curieux de vouloir s’en débarrasser… Cette interrogation n’a jamais obtenu de véritable réponse et les salariés sont désormais face à l’abîme.

L’heure est au choix. Trois entités sont encore en lice. Deux industriels français avec Bouygues et Eiffage et un fonds d’investissement américain (Bain Capital). Présenté ainsi, le choix est simple. L’un des deux industriels français fera l’affaire. Il suffit de regarder lequel est le plus complémentaire et la casse sociale sera, espérons-le, limitée. Ce raisonnement simpliste risque pourtant de tourner à la catastrophe avec Equans, car la reprise par un concurrent signifierait à terme à la suppression de plusieurs dizaines de milliers d’emplois. Pourquoi préserver l’outil de travail, laborieusement bâti dans la sueur pendant des années, quand les sacro-saintes synergies permettent, en toute impunité de se débarrasser des « doublons, des redondants et des superflus » ? Il faut « optimiser », soit faire faire toujours plus à ceux qui sont de moins en moins, pousser vers la sortie des dizaines de milliers de salariés ainsi précarisés et pressurer toujours plus ceux qui peuvent rester et qui craignent pour leur avenir.

Un repreneur industriel s’apprête à racheter un concurrent, et un gros. Quand bien même les salariés de ce dernier serait protégé un temps, c’est en interne qu’auront lieu les premières purges. La casse sociale est une certitude et l’ampleur sera sans aucun doute dramatique dans le cas d’Equans. Ceux qui mettront des milliards dans le rachat d’une entreprise concurrente de la leur devront voir un retour sur investissement rapide, avec l’emploi comme éternelle variable d’ajustement.

L’heure est-elle en plus à la constitution de quasi-monopoles dans les services à l’énergie ? Comment imaginer un rachat de cette importance par des concurrents ? L’autorité de la concurrence n’a-t-elle pas son mot à dire ? Une telle concentration de services dans de mêmes mains sera préjudiciable au pouvoir d’achat et à la liberté de choix des citoyens. La hausse délirante des prix de l’énergie et les difficultés matérielles de dizaines de millions de Français doivent être pris en compte à leur juste mesure, et non être esquivés dans le silence et le mépris.

L’heure est aujourd’hui à la prise de conscience par le plus grand nombre possible et en premier lieu par l’exécutif. Il est répété dans les ministères et sur les plateaux de télévision qu’il faut protéger l’emploi et le pouvoir d’achat. Passons aux actes ! L’heure serait aussi à la réindustrialisation si l’on en croit les récentes déclarations de Jean Castex et d’Emmanuel Macron. Mais qui peut croire à une réindustrialisation lorsque des dizaines de milliers d’emplois industriels sont menacés par la stratégie erratique d’Engie ? Comment croire à la réindustrialisation quand toutes les dernières fusions se sont soldées par des plans sociaux sans véritables perspectives de sortie du chômage ?

L’heure n’est plus aux promesses creuses et sans engagement. Des garanties chiffrées, solides et publiques doivent être données. Or, rien de tout cela n’a été apporté par les deux repreneurs industriels potentiels. Le match est-il joué d’avance pour ne pas même se soucier de questions aussi légitimes que la pérennisation des emplois et des savoir-faire ? La décision a-t-elle déjà été prise par le président Macron ? Ne soyons pas dupes ! Un rachat de cette envergure et aussi stratégique ne se fait pas sans l’aval du « château », comme on l’appelle. Les accointances, soutiens et amitiés pèsent de tout leur poids et nul ne peut ignorer les liens qui unissent un certain Martin Bouygues et Emmanuel Macron. Parce que la fusion TF1-M6 n’est pas suffisante, on donnerait Equans en cadeau à M. Bouygues ? Malheureusement tout est possible. L’heure n’est pourtant plus aux petits arrangements qui visent à ménager les susceptibilités des puissants. Les salariés d’Equans n’ont pas à devenir la variable d’ajustement de jeux politiques obscurs.

L’heure est à la sauvegarde et restauration de l’emploi et du pouvoir d’achat. Les prochaines échéances électorales seront peut-être de bon conseil pour ceux qui nous dirigent. Equans, ses salariés et ses représentants syndicaux ne sont pas des chiffres à additionner, soustraire ou diviser. Ce sont des femmes et des hommes qui participent au génie industriel de notre pays et à la création de valeur. Ne laissons pas détruire ce que des années de labeur, de lutte et de mobilisation ont rendu possible. Nous valons plus que leurs profits !


envoyé le 21 octobre 2021 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • Aucun compléments d

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top