TREMPLIN #1 [Podcast Antipsy/Antipsychiatrie] envoyé le 24/01/22 - Analyses
COMMUNISME OU ANARCHISME-INDIVIDUALISTE ? envoyé le 20/01/22 - Analyses
S’occuper de son sperme et être contracepté.e envoyé le 19/01/22 - Analyses
Avis de tempêtes #49 envoyé le 17/01/22 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Darmanin engage la dissolution de Nantes Révoltée envoyé le 25/01/22 - Articles d’ailleurs
Des traductions sur infokiosques.net envoyé le 17/01/22 - Articles d’ailleurs
Ce que veut dire Apartheid dans le cas d’Israël envoyé le 21/11/21 - Articles d’ailleurs  - 3 compléments
Du trou noir de la postmodernité envoyé le 13/11/21 - Articles d’ailleurs  - 1 complément
Lire et soutenir : Travail salarié et capital. K. Marx envoyé le 11/11/21 - Articles d’ailleurs
« Police partout, médias nulle part » envoyé le 01/11/21 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 22

Naufrage dans la Manche : 27 exilé.e.s noyé.e.s
envoyé le 29/11/21 par Lille Insurgée Mots-clés  luttes des sans-papier-e-s   sans frontières   lois sécuritaires  

Depuis 1999, les associations qui travaillent à la solidarité sur le littoral du Nord comptent plus de 309 mort.e.s dans la Manche pendant des traversées précaires. Ce mercredi 24 novembre 2021, un naufrage important a été signalé par un pêcheur : 27 personnes sont décédées (dont 7 femmes et deux enfants). Les personnes en vie ont été apportées à l’hôpital de Calais, très mobilisé pour faire face au drame. L’embarcation a percuté un grand porte-conteneurs ou s’est simplement dégonflée comme ça arrive parfois. Une « tragédie » pour la classe politique méprisante qui ne fait que cibler les « passeurs ».

♦ POURQUOI LA MANCHE EST-ELLE SI MEUTRIÈRE ?

Si le drame concerne un bateau de plus de 30 personnes parti de Loon-Plage entre Calais et Dunkerque, les cas de tentative de traversée sont très nombreux. 31.500 exilé.e.s ont tenté le passage depuis le début de l’année 2021 (+22.000 depuis 2020). 7.800 d’entre eux ont été secourus. Pendant la seule journée du 11 novembre 2021, plus de 1.000 personnes ont traversé la Manche. On note que l’arrivée des températures hivernales n’a pas fait diminuer le nombre de départs comme ça a pu être le cas les années précédentes.

Aussi, une partie non-négligeable des « mort.e.s à la frontière » perd la vie sur terre plutôt qu’en mer. Chute de camions, accidents de voiture, asphyxie : ce sont les risques pris au quotidien par les exilé.e.s qui essayent d’atteindre le Royaume-Uni. Plusieurs mort.e.s terrestres sont à déplorer depuis début 2021.

La militarisation du contrôle des frontières n’a pas amélioré la situation comme elle le prétend. Si elle rend plus difficile le passage vers l’Angleterre, la détermination des exilé.e.s ne faiblit pas : adapté.e.s aux barbelés, aux murs et à la répression, ils et elles n’hésitent pas à encourir des risques toujours plus grands (passer de nuit, emprunter des passages dangereux, traversé sous-équipé.e). La réalité est criante : malgré les contrôles, les passages sont toujours nombreux.

Parmi ces risques, le sur-chargement des bateaux. Il n’est pas rare de voir plusieurs dizaines de personnes sur un bateau qui ne fait que quelques mètres de long. Ce sur-chargement dissuade aussi les patrouilles militaires d’intervenir car ils disent ne pas pouvoir prendre en charge tout le monde dans ces conditions.

Aussi, on parle souvent des « passeurs » (et de « réseaux de trafic d’être humains ») : les associations présentes sur place affirment que la militarisation des frontières renforce le pouvoir des passeurs organisés. C’est vrai qu’en contraignant les petites débrouilles, l’État incite indirectement à se rapprocher des « agences » de passage, qui peuvent donner des conseils ou des « services » adaptés à la situation répressive (ils font payer 2.000 euros le passage).

♦ QUI SONT LES CRIMINELS ?

La figure du « passeur » est une création médiatique biaisée. S’il existe des individus malintentionnés et organisés qui tirent leur profit sur la misère, les « réseaux » sont moins importants qu’on ne peut le croire. Celui qu’on qualifie de « passeur » est avant tout un travailleur (corrompu) ou une personne qui cherche à s’organiser pour elle-même traverser la mer. Souvent : des personnes étrangères qui connaissent la misère. Des galérien.ne.s qui tentent d’acheter leur passage en participant à l’organisation sont mis dans le même panier que les têtes, souvent absentes dans les tribunaux.

Mais le 24 novembre, jour du naufrage, le Président Macron dit vouloir trouver « les responsables ». Une manière de porter la responsabilité sur les individus qui traversent (passeurs ou non), sans assumer l’implication du gouvernement dans les naufrages. En focalisant l’attention du public sur un « autre » insaisissable, il nous détourne de sa propre responsabilité dans la misère latente. Dans un tweet d’aujourd’hui aussi, le Ministre de l’Intérieur Darmanin cible « le caractère criminel des passeurs », comme si sa politique de non-accueil et du tout-répressif n’était pas la première meurtrière. Coups de schlass dans les tentes, expulsions massives des campements de fortune, tirs de flashball ou coups de gazeuse dans la gueule, c’est tout ce dont ont droit les exilé.e.s à la frontière.

Depuis 2 semaines, d’immenses opérations d’expulsion ont lieu, notamment à Grande-Synthe (près de Dunkerque) où un important camp abritant principalement des Kurdes a été démantelé avec une répression de toute tentative de réinstallation. Ils creusent même des douves autour des terrains pour que la vie de celles et ceux qui s’y installent soit rendue plus compliquée. Si les gens ne sont pas arrêtés, les assos sur place disent que les flics empêchent leur accès à des bus qui les relaient vers des centre d’hébergement. Pas étonnant de voir plus de monde tenter de prendre la mer dans ces conditions, malgré le froid et un sous-équipement. Nous rions jaune de voir aujourd’hui le pouvoir s’émouvoir d’une catastrophe dans laquelle il a le premier rôle.

De l’autre côté de la Manche, le Premier Ministre Boris Johnson essaye de nous faire pleurer autant que la classe politique française. Le gouvernement britannique a récemment diminué les moyens mis sur cette frontière (en n’honorant pas un engagement de plus de 60 millions d’euros), alors que les têtes des pires « réseaux » semblent être en Angleterre. Si le plus gros des moyens demandés est la répression, c’est aussi des moyens d’« accueil » des exilé.e.s arrivé.e.s sur terre ou dans les eaux britanniques qui ne sont pas déployés par nos voisin.e.s. Bref, si criminel il y a, les premiers passeurs sont aux gouvernements des deux pays.

♦ QUE FAIRE, DEPUIS LÀ OÙ NOUS SOMMES ?

En un jour, en un naufrage, le nombre de mort.e.s dans la Manche augmente de 9%, soit plus du double de la triste moyenne annuelle depuis 1999 (14 décès/an). Qu’est-ce qu’on attend pour se mobiliser contre cet état, de fait ?
Plusieurs rendez-vous spontanés ont eu lieu dans plusieurs villes le lendemain (Calais, Dunkerque, Lille, Paris).
Dans la nuit de ce mercredi à jeudi, le Comité des Sans Papiers 59 (CSP59) organisait une veillée et un jeûne en solidarité avec les exilé.es de Calais et leurs soutiens (une grève de la faim de militant.e.s a duré 38 jours jusqu’au 17 novembre). L’objet de cette veillée s’est évidemment étendu, en hommage aux 27 mort.e.s en mer de ce mercredi.

  • À Lille, rejoignez l’assemblée du CSP59 au 42 rue Bernos (Fives), tous les lundis à 18h30. Ou leur manifestation à République, tous les mercredis à 18h30.
  • Participez aux permanences d’aide aux exilé.e.s au 32 rue d’Arras (local syndical CNT), tous les lundis après-midi.
  • Rejoignez les associations d’aide aux exilé.e.s : EXOD, La Cimade, Utopia 56, La Ligue des Droits de l’Homme ou Amnesty International.
  • Hébergez des exilé.e.s via le Réseau d’Accueil d’Immigrés à Lille (RAIL).

Plus jamais ça ! Ouvrez les frontières !

Notes à J+5 :
• Le gouvernement et les médias continue sa focalisation sur les « passeurs ». 5 d’entre eux ont déjà été arrêtés.
• Les associations mettent en cause la responsabilité de l’État dans le drame, elles trouvent parfois une voix dans les médias dominants, sans que ça ne fasse les gros titres.
• Info importante : mardi 16 novembre, le plus gros camp de Grande-Synthe (près de Dunkerque) a été démantelé. Plus de 1000 personnes y vivaient, principalement des kurdes. Avec les entraves à la réinstallation par les forces de l’ordre, beaucoup de gens se sont retranchés plus loin, notamment près de Loon-Plage (entre Gravelines et Grande-Synthe) où les associations commençaient à intervenir. C’est de Loon-Plage qu’est partie l’embarcation naufragée.
• Une réunion inter-ministérielle a eu lieu dès jeudi pour parler spécifiquement de la Manche et du naufrage de la veille. Quelques jours après, une seconde réunion a eu lieu à Calais réunissant les ministres européen.ne.s de l’Intérieur. L’invitation de la ministre britannique a été retirée par G. Darmanin suite à une annonce du gouvernement anglais disant vouloir renvoyer vers la France les exilé.e.s qui arrivent sur leurs côtes. Pendant que des personnes précaires galèrent et prennent des risques, les États européens jouent une gué-guerre de bas étage à coups de tweets interposés. Qu’ils crèvent bien et emportent leur monde mortifère avec eux.
• La réunion internationale des "Intérieurs" a finalement réuni la France, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. Bilan : plus de coopération policière pour lutter contre les passeurs et réaffirmation des arsenals juridiques nationaux et européens pour contrôler l’immigration. Mais ils témoignent de leur « émotion » quant au naufrage, donc l’honneur est sauf.
• Le 27 novembre, le ministre de la Justice E. Dupont-Moretti a menti sans broncher dans l’émission "C l’hebdo" sur France 5 : « Je ne pense pas qu’il y ait un ordre gouvernemental pour lacérer des tentes et interdire que l’on distribue le strict minimum. (...) Je veux vous dire que le gouvernement n’a aucune posture hostile en ce sens que l’on permettrait impunément de lacérer des tentes, et même qu’on l’encouragerait et qu’on ne distribuerait pas de vivres à ces migrants... (...) Je le dis avec véhémence parce que je ne veux pas qu’il y ait un seul téléspectateur qui ce soir puisse penser une chose pareille. ». Si c’est pas le gouvernement qui donne les ordres de lacérer les tentes, alors quels sont les terroristes assermentés qui le font ? Si le gouvernement ne sait pas que ça a encore lieu, alors quels sont les bâtards en uniforme qui leur cache ?

○ Informations :
https://infomigrants.net (infos générales)
https://abaslescra.noblogs.org/ (infos sur les Centres de rétention administrative)
⚠️ <html>https://passamontagna.info/?lang=fr</html> (infos sur les passages de frontières entre l’Italie et la France)


envoyé le 29 novembre 2021  par Lille Insurgée  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
naufrage.jpg

Compléments
  • Aucun compléments d

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top