Pfizer te rend ta douleur envoyé le 24/06/22 - Articles d’ailleurs
Il faut brûler l’institution psychiatrique. envoyé le 08/06/22 - Articles d’ailleurs
Pas de miracles, qui que soit le premier ministre envoyé le 02/06/22 - Articles d’ailleurs
Palestine : la violence coloniale en une image envoyé le 31/05/22 - Articles d’ailleurs  - 1 complément
Women only : men not allowed beyond this point envoyé le 31/05/22 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 27

GUERRE DE L’INFORMATION ET MINISTÈRE DE LA VÉRITÉ

➡️ Facebook et Instagram l’annoncent officiellement ce 11 mars : il est autorisé d’appeler au meurtre de soldats russes sur leurs réseaux. « À la suite de l’invasion russe de l’Ukraine, nous avons temporairement autorisé des formes d’expression politique qui violeraient normalement nos règles » a déclaré tranquillement un porte-parole de Meta, le nouveau nom du groupe Facebook. Pourtant, la plateforme censure régulièrement des images « violentes », des vidéos de répression, ou encore des poitrines dénudées. Facebook autorise aussi la glorification, sous condition, d’un groupe nazi. Les « éloges » du « régiment Azov », un groupe paramilitaire ukrainien ouvertement néonazi, seront autorisés. Une « petite exception » selon le porte-parole de Meta qui sera permise si ces « éloges » sont « strictement dans le contexte de la défense de l’Ukraine, ou dans son rôle au sein de la Garde nationale ukrainienne ». Il y a donc les mauvais et les bons nazis.

➡️ Le 2 mars dernier, la chaîne RT, financée par des fonds russes, était interdite dans toute l’Europe, sur décision de la Commission Européenne. Sans vote, sans débat, sans possibilité de contestation, et en un temps record. C’est la guerre, tout est permis. Pour les syndicats de journalistes, cette mesure n’était pas fondée juridiquement et constituait un précédent « inquiétant ». La Commission Européenne, évoque une mesure d’exception car la chaîne RT menacerait « directement et gravement l’ordre et la sécurité publics de l’Union ». Inquiétant. Demain, beaucoup de médias pourraient être accusés de « menacer l’ordre public ». Du reste, RT était dans le collimateur des autorités française car la chaîne a couvert les mobilisations sociales, notamment les Gilets Jaunes, avec un angle moins pro-policier et pro-gouvernemental que les médias classiques.

➡️ En mai 2019, alors que le mouvement des Gilets Jaunes crépitait encore, Mark Zuckerberg était invité par Macron afin « d’élaborer avec le géant américain une stratégie de régulation d’Internet ». Il était notamment question de lutter contre « les contenus haineux ». Dans la foulée, la députée LREM Laetitia Avia annonçait une loi pour supprimer sous 24 heures les « contenus haineux » et punir les « acteurs numériques qui refusent de collaborer avec la justice française ». Ces dernières années, de très nombreux articles contestant la police, dénonçant le gouvernement ou appelant à des actions politiques ont été censurés par Facebook. Des contributeurs ont même été poursuivis. Facebook a également restreint l’audience de nombreuses pages engagées, comme Cerveaux Non Disponibles, Nantes Révoltée, Lille Insurgée…

Derrière le conflit ukrainien ou la gestion du COVID, une guerre de l’information. Les plate-formes capitalistes et les pouvoir en place veulent imposer une seule « vérité » : la leur. Les médias classiques sont déjà inféodés au puissants. À présent, les médias sociaux sont aussi davantage sous contrôle. Leurs propriétaires peuvent autoriser des appels aux meurtre tout en interdisant de simples publications contestataires, selon leur volonté, selon les circonstances sociales ou géopolitiques.


envoyé le 14 mars 2022  par Nantes Révoltée  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
275549330_496166(...).jpg

Compléments
  • GUERRE EN UKRAINE : DES PRODUITS NÉONAZIS DU RÉGIMENT AZOV VENDUS SUR AMAZON

    Il fut un temps où les adolescents du monde entier portaient des portraits du Che Guevara sur leurs T-Shirts. En 2022, le nazisme revient à la mode sur fond de guerre en Ukraine. Des mugs et des vêtements aux couleurs du régiment néonazi Azov : ce sont les produits dérivés qu’on peut se procurer tranquillement, en quelques clics, sur le site du géant américain de la vente en ligne Amazon.

    Azov est une milice paramilitaire composée de plusieurs milliers d’hommes, qui combat dans l’Est de l’Ukraine mais pas seulement. Azov organise des défilés fascistes à Kiev, possède des camps d’entraînement où des enfants soldats sont préparés idéologiquement et militairement, sur le modèle Hitlérien. Azov est responsable de crimes de guerre depuis des années dans la fameuse zone russophone du Donbass.

    Le logo de cette milice d’État armée ukrainienne est inspiré de celui de la 2ème division SS Das Reich, la division exterminatrice qui a notamment rasé le village français d’Oradour-sur-Glane durant la seconde guerre mondiale. Une symbolique sans ambiguïté, puisant sa source dans le mysticisme nazi. Alors que les géants du net censurent les publications « non conformes », les protestations politiques, corps dénudés, satires, la vente et la promotion du nazisme armé ne pose pas de problème.

    Plus inquiétant encore, on apprenait ce 15 mars que les t-shirts aux couleurs des ces combattants fanatiques du 3ème Reich occupent la première place des ventes sur Amazon France, dans la catégorie “Sweatshirt fantaisie†. Il faudra que l’entreprise explique ce qu’il y a de fantasque dans le fait de vendre et d’arborer des produits à la gloire d’un régiment nostalgique d’Hitler et coupable de crimes de guerre. Il y a quelques jours, Facebook et Instagram ont justement explicitement autorisé leurs utilisateurs à faire l’apologie de ce mouvement néonazi dans le cadre de la guerre en Ukraine. La multinationale du multi-millardaire Jeff Bezos rentre à son tour dans cette danse macabre. Une propagande de guerre au relent nazi de plus en plus assumé par les compagnies capitalistes.

    Durant la guerre froide, le camp de l’Ouest s’était déjà largement appuyé sur des forces d’extrême droite : réseaux fascistes terroristes en Italie, anciens nazis aux USA et en Amérique Latine, cellules « stay behind » de l’OTAN, prêtes à la contre-révolution. Les nostalgiques de régimes totalitaires et génocidaires, ça va, tant qu’ils sont dans le camp des gentils.

    Une source : https://www.bfmtv.com/tech/guerre-en-ukraine-amazon-propose-des-produits-aux-couleurs-de-combattants-neonazis_AN-202203140236.html

  • " beaucoup de médias pourraient être accusés de « menacer l’ordre public ». Du reste, RT était dans le collimateur des autorités française car la chaîne a couvert les mobilisations sociales, notamment les Gilets Jaunes, avec un angle moins pro-policier et pro-gouvernemental que les médias classiques"

    BIENVENUE CHEZ LES ROUGES BRUNS

    Nantes Révoltée qui couine et qui geint à la "censure" de RT une putain de chaine de propagande de M.... qui donnait réguliérement la parole à des Zides, des fafs, des négationnistes, des Soraliens et roulait ouvertement pour Le Pen et Zemmour, vous en avec d’autres du même genre les petits françawis bien engoncés dans vos conforts , la boucle du vomi est définitivement bouclée.

    Rencardez vous sur qui était derrière RT et Sputnik les balnaves de "Nantes Révoltée" parce qu’il y a du Douguine, du PNB, du NSBM, du Pamiat a fond dedans

  • BIENVENUE CHEZ LES NÉO-ATLANTISTES

    On ne peut certainement pas reprocher à Nantes révoltée d’être poutiniste, il suffit de lire leurs articles pour s’en convaincre, mais pour ça il faudrait un minimum d’honnêteté intellectuelle et abandonner la langue de bois. Il ne s’agit pas de choisir un média contre un autre, mais de dénoncer le deux poids deux mesures. Les hypocrites qui subissent BFM TV, LCI ou CNews sans réagir s’aperçoivent d’un seul coup que les médias sont orientés politiquement, quelle lucidité ! Ces hypocrites ne se sont pas aperçus que Zemmour et Le Pen faisaient librement leur propagande dans leurs propres médias, pas besoin d’aller chercher Sputnik ou RT.

    A plus forte raison en temps de guerre ou de conflits, où seule la parole officielle peut être tolérée. C’est sûr que pendant les gilets jaunes, on avait plus de chances d’avoir des informations par RT que par les médias dominants macronistes, ce qui ne veut pas dire qu’on se range dans un camp : ni poutinisme ni marcronisme ! Et pour la guerre en Ukraine, qui sérieusement pourrait croire à la propagande de guerre qu’on voit dans tous les médias ? Faut-il se ranger derrière Biden, Macron et tous les atlantistes ?

    L’union sacrée en temps de guerre nous a toujours fait gerber. Ce n’est pas un hasard si la censure d’Etat ne concerne pas seulement les médias poutinistes, mais aussi Nantes révoltée et les organisations antifascistes à Bordeaux, Lyon, Toulouse... Ça serait bien que certains mettent un peu plus d’ardeur à dénoncer ça.

Avertissement

Les commentaires sont modérés avant d’être visibles et n’apparaissent pas directement après les avoir proposés.

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.15 [24473]
Top