Avis de tempêtes #53 envoyé le 21/05/22 - Analyses
L’Ukraine, les communistes et la guerre envoyé le 30/04/22 - Analyses
Avis de tempêtes #52 envoyé le 25/04/22 - Analyses

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Corse : Où va le nationalisme de la jeunesse ? envoyé le 14/05/22 - Articles d’ailleurs
Crime colonial, une journaliste abattue par l’armée israélienne envoyé le 14/05/22 - Articles d’ailleurs
Et c’est reparti pour un tour… envoyé le 01/05/22 - Articles d’ailleurs
★ PAR-DELÀ LE BIEN ET LE MAL envoyé le 28/04/22 - Articles d’ailleurs
Médias et Ukraine : la guerre en continu envoyé le 16/04/22 - Articles d’ailleurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 25

Lille : Macron à peine réélu, les indigné.e.s sont dans la rue
envoyé le 25/04/22 par Lille Insurgée Mots-clés  anti-électoralisme  

24 avril 2022, 15 minutes après les résultats, première manifestation contre Emmanuel Macron II et le système électoral vérolé : 200 personnes se rassemblement, déambulation dans Wazemmes, BAC ultra-violente. Pas de sommations, pas d’interpellations, juste la répression sanguinaire. Récit de manif.

Wazemmes, 20h. C’est l’heure des premiers résultats de l’élection pestilentielle 2022. 58-42%, le doute est absent : le monarque est réélu au second tour. L’héritière raciste est écartée. Deux cent personnes se retrouvent sur la place. Un agent des renseignements territoriaux, Yohan Tourbier observe la scène depuis sa moto. 20h10, 3 camionnettes de police débarquent sur la rue Gambetta. 20h15, un cortège s’élance sous le slogan « Tout le monde déteste les résultats ».

D’un pas déterminé, la foule se dirige vers la rue Jules Guesde en passant devant quelques bars. L’accueil est chaleureux alors que la tête lance « À bas l’État, les flics et les fachos ». Au métro Wazemmes, les passant.e.s crient aussi « Ni Le Pen, ni Macron ». Jusque là, tout va bien.

◾ « 1er tour, 2eme tour... mais quel manège de merde ! »

Le rythme s’accélère sur la rue de Wazemmes alors que 2 camions de police suivent désormais la queue du cortège. « Macron démission », déjà. Série de virages dans les petites rues, jusqu’à la rue de Fleurus. Au loin, on voit trois nouvelles camionnettes faire le tour de la place Philippe Le Bon, vers laquelle se dirige le cortège qui semble hésiter sur son parcours. Alors qu’il se décide, quelques agents de la BAC se mettent à pieds derrière la foule, matraque à la main. L’un d’eux, tapant son jouet sanguinaire sur sa paume, dit « On va se faire du black bloc ». Le rythme accélère encore et des flics sortent de leurs véhicules sur la place Philippe Le Bon, alors investie par la foule. Quelques canettes sont jetées dans leurs directions, sans les atteindre. Ils choisissent de répondre par une charge sans sommation. Une dizaine d’agents de la BAC semble déterminée à en découdre : la manif se sépare en deux.

Le plus gros du cortège s’extrait autour de l’Église St-Michel, vers la rue d’Artois suivis plutôt lentement mais fermement par un mélange de 3 baqueux et de CRS. Une personne se foule la cheville dans la précipitation. Les flics mettent la pression en tapant des sprints soudainement et fréquemment, pour inciter à une dispertion rapide. Toujours sans sommation.

L’autre partie du cortège initial emprunte la rue Solférino. Le reste des baqueux, qui les suit très rapidement se montre particulièrement violent : des balayettes mettent quelques personnes au sol, qui sont roués de coups pendant et après leur chute, par les poings ou la matraque. Une grenade lacrymogène est lancée devant l’école Pasteur (rue Solférino). Une personne se fait casser plusieurs dents par les shtars et subit une pression sur la cage thoracique. Une autre a le crâne ouvert par un coup de matraque sur la tête. Les deux ont été pris en charge par des pompiers, venus quelques minutes après.

D’autres personnes témoignent avoir pris des coups, avoir été plaqués contre les murs. Et, dans les rues voisines, des groupes de 4 à 10 personnes sont contrôlés avec des processus de contrôle douteux : photographie de la CNI avec un téléphone personnel de l’agent, photographie sauvage des personnes contrôlées, fouilles intrusives... Une véritable chasse à l’homme a ensuite lieu entre Moulins et Wazemmes dans les minutes qui suivent. Les véhicules de police déambulent en ratissant chaque rue, à la recherche d’une reformation de cortège.

◾ La police mutile, la police assassine

Qu’est-ce qui justifie un tel recours à la violence d’État ? 200 personnes qui marchent dans la rue pour dire qu’elles ne sont pas satisfaites de cette énième mascarade électorale. On aurait aimé vous dire que ces gens ont retourné les rues, et que les flics aient été dépassés, qu’on était à ça de l’autogestion de la Préfecture, mais il n’en est rien. Un cas typique d’illégitime défonce. Étouffer toute forme de contestation, dès qu’elle bourgeonne.
Deux choses expliquent – théoriquement – les méfaits policiers : les flics sont un peu vénères d’avoir manqué de faire passer la candidate pour laquelle leur profession vote massivement, ils se vengent sur les premier.e.s venu.e.s. Ou, les flics sont un peu contents de voir le banquier réélu, celui qui augmente le budget annuel de leur ministère d’un à 2 millions par an depuis 5 ans, tout en faisant pleins de cadeaux. Dans tous les cas, ils expérimentent déjà la « présomption de légitime défense » proposée pourtant par la candidate qui a « échoué » à ce deuxième tour. Un avant-goût de ce qu’il se poursuivra dans les prochaines années : l’installation de l’État policier. Que ça soit Le Pen ou Macron, c’est le même fascisme qui monte.

Des manifestations ont eu lieu dans de nombreuses villes en France à Marseille, Nantes, Caen, Strasbourg, Toulouse, Lyon, Rennes, Paris... La police a souvent fait usage de gaz lacrymogènes et quelques interpellations. Une chose est sûre, plus personne n’est dupe. 18,8 millions de personnes (38,5 % des votant.es) ont élu Macron, dont plusieurs millions en « barrage », 13,7 millions (27,3 %) ont voté pour Le Pen, dont plusieurs millions en « barrage », 16,7 millions (34,2 %) se sont abstenus ou ont voté blanc ou nul, dont plusieurs millions en « barrage ». Du barrage à la barricade, il n’y a qu’un pas : pendant 5 ans, prenons la rue. Contre l’État, contre son monde de flics et de fachos.

Note : On apprend en même temps qu’un policier de 24 ans a tiré au fusil d’assaut sur un véhicule qui se substituait à un contrôle de police sur le Pont Neuf à Paris, faisant 2 morts et un blessé (passager). Deuxième quinquennat Macron, J-0, bilan : deux morts par la police.


envoyé le 25 avril 2022  par Lille Insurgée  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
24-04-22a.jpg
24-04-22b.jpg
24-04-22c.jpg

Compléments
  • Aucun compléments d

Avertissement

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.7 [24473]
Top