L’islamophobie affichée de lutte ouvrière

De tous les trucs islamophobes, puants, en plus d’être stupides, que j’ai déjà lus de la part de l’extrême gauche, je crois que le texte de Lutte Ouvrière (LO) intitulé « le piège de la lutte contre l’islamophobie » se place très largement dans le cortège de tête (et pourtant il y a du niveau à l’extrême gauche). Ce n’est pas une surprise, surtout avec LO, et ça montre bien que ça ne s’arrange pas : http://donotlinkfb.com/78o6

En plus des raccourcis, des mensonges, des raisonnements bidons, ainsi que les sempiternelles polémiques sur l’usage du mot « race » (syndrome gauchiste du disque rayé), voici les deux passages qui selon moi valent de l’or :

« Mais nous estimons que c’est notre rôle, en tant que communistes, de dénoncer l’emprise de la religion musulmane sur la jeunesse d’origine immigrée ; de nous battre, de militer pour essayer d’arracher celle-ci au « brouillard de la religion », comme écrivait Marx, pour lui ouvrir les yeux, lui faire comprendre que son émancipation ne se fera pas par la soumission à des principes religieux d’un autre âge, mais dans l’union de classe avec le reste du prolétariat. »

« Dans ce combat, il est indispensable de gagner au communisme des jeunes travailleurs issus de l’immigration, non pas en encourageant leurs préjugés religieux mais en en faisant des révolutionnaires, c’est-à-dire des athées, capables de contrebalancer dans leur propre milieu les idées propagées par les ennemis du mouvement ouvrier. »

Merci, Lutte Ouvrière, d’assumer ce que vous êtes avec ce passage que je viens de citer : des assimilationnistes (de gauche), des civilisateurs (de gauche) sûrs d’avoir pour mission de « transformer » les travailleurs issus de l’immigration en « révolutionnaires », c’est-à-dire en « athées ». Les uns veulent christianiser (droite), les autres, ici communistes, veulent séculariser et rendre athées. Je suis presque heureux que cette version assimilationniste et colonialiste de gauche soit poussée à s’assumer avec une telle décomplexion face à la structuration toujours plus grande du mouvement antiraciste autonome. Et sur ce point, ça ne se limite pas à LO, et c’est justement ça le problème. Car LO, encore, on pourrait ignorer... Mais c’est toute une extrême gauche aux abois qui est forcée de prendre position et de publier (de la merde, certes) sur un sujet dont elle voudrait pourtant qu’on reconnaisse le caractère secondaire. Et rien que pour ça on a gagné : le sujet devient incontournable, tout le monde doit se positionner, plus souvent, ou de façon plus affirmée (et donc plus raciste).

Ici, dans cet exemple, ils écrivent sans aucune honte qu’ils doivent transformer et rendre athées des populations. Le « nous » ici est évidemment implicitement communiste, blanc, européen. C’est ce « nous » blanc qui a la mission de « transformer » ces « eux » trop réactionnaires, remplis de préjugés religieux, incapables de révolution et qu’il faut « arracher » à sa barbarie culturelle et religieuse « d’un autre âge ». (Comment pensent-ils pouvoir recruter politiquement des gens en balançant ça, au fait ?!) Prenons la mesure de la violence symbolique du propos. Il symbolise le rapport de pouvoir entre gauches et immigration, à l’avantage des premiers. Mais bon, ça prouve à quel point ils sont aux abois, incapables qu’ils sont de mobiliser le prolétariat post-colonial, c’est-à-dire le plus fragilisé, le plus vulnérable. Et, plutôt que d’être poussés à l’introspection face à cet échec, ils préfèrent enrager et se trouver des excuses (racistes) que l’on peut résumer comme suit : les racisés sont réactionnaires, parce que particulièrement religieux, raison pour laquelle ils ne nous rejoignent pas (alors qu’on possède la Vérité, et les seules voies possibles d’émancipation, of course). Il faut donc s’atteler à les libérer de ces religion et culture qui entravent leur marche vers le progrès.

LOL

https://www.facebook.com/blogjoaogabriell/posts/874222919347820


publié le 25 janvier 2017

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.
Top