POUR UNE AUTRE PHILOSOPHIE envoyé le 21/02/24 - Analyses
A propos de l’idéologie anti-industrielle envoyé le 24/01/24 - Analyses
Qui a peur de la critique anti-industrielle ? envoyé le 21/01/24 - Analyses
Réponse "Naufrage réactionnaire du mouvement anti indus" envoyé le 08/01/24 - Analyses - 1 complément

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 20

Fedayins, vous nous faites chier  ! envoyé le 08/02/24 - Articles d’ailleurs
Dissolution de l’association d’extrême droite La Citadelle envoyé le 07/02/24 - Articles d’ailleurs
Victoire Tuaillon : du ‘féminisme radical’ aux pub pour Airbnb envoyé le 26/12/23 - Articles d’ailleurs  - 3 compléments
Matinee de soutien aux inculpe.e.s du 8/12 envoyé le 11/12/23 - Articles d’ailleurs
Palestine : Génocide en cours et complicité envoyé le 08/12/23 - Articles d’ailleurs  - 2 compléments
Iran : les exécutions capitales s’intensifient envoyé le 08/12/23 - Articles d’ailleurs
La question de la Palestine est la question de la faillite de l’étatisme ! envoyé le 03/11/23 - Articles d’ailleurs  - 11 compléments

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 33

5 communiqués d’organisations israéliennes et israélo-palestiniennes (du 10 au 12 octobre 2023)
envoyé le 14/10/23 Mots-clés  antifascisme   racisme   proche et moyen orient  

5 communiqués d’organisations israéliennes et israélo-palestiniennes (du 10 au 12 octobre 2023)

Article mis en ligne le 13 octobre 2023

B’Tselem : La politique de vengeance en marche ; Israël commet des crimes de guerre à Gaza
10 octobre 2023

Samedi, des centaines de militants palestiniens sont entrés en Israël depuis la bande de Gaza, tuant des centaines de civils, de soldats et de policiers, incendiant des maisons et enlevant plus de 100 personnes. L’ampleur de ces crimes horribles n’apparaît que lentement.
Le même soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël était en guerre contre Gaza et qu’il « se vengerait avec force ». Il a promis de réduire les sites du Hamas en ruines et a dit aux habitants de Gaza : « Sortez maintenant. Nous agirons partout et avec toute la force nécessaire ». Le ministre de la défense, Yoav Gallant, a ordonné la fermeture de tous les points de passage entre Israël et Gaza et a annoncé qu’il n’y aurait « pas d’électricité, pas de nourriture, pas de carburant – tout est fermé. Nous nous battons contre des animaux humains et nous agissons en conséquence ». Ce matin, le porte-parole des FDI a déclaré que « l’accent est mis sur les dégâts plutôt que sur la précision ».
Une politique criminelle de vengeance est en cours. Depuis samedi, Israël a largué des centaines de tonnes de bombes sur Gaza. L’appel de Netanyahou à quitter la bande de Gaza est une farce qui n’a rien à voir avec la réalité. La bande de Gaza est fermée de tous les côtés et les habitants n’ont aucun moyen de sortir. Il n’y a pas d’abris et aucun moyen de se mettre à l’abri des frappes aériennes. Parmi les personnes tuées, dont certaines sont encore coincées sous des débris, on compte des familles entières anéanties par un seul bombardement, dont au moins 140 mineurs et 105 femmes. Le bilan s’alourdit de minute en minute.
L’ordre de préférer les dégâts à la précision a également été exécuté. Des centaines de maisons sont déjà en ruine, y compris des tours résidentielles réduites à l’état de décombres et des maisons qui se sont effondrées sur leurs habitants. Plus de 180 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays. Les routes et les bâtiments publics, y compris les écoles et les cliniques médicales, ont été endommagés par les frappes aériennes. Les hôpitaux ne fonctionnent que partiellement – certains ont été endommagés par les bombardements et tous manquent cruellement d’équipements médicaux et de carburant pour les générateurs électriques.
La décision d’emprisonner Gaza encore plus étroitement que d’habitude a également été mise en œuvre. Les points de passage sont fermés et les marchandises ne peuvent être acheminées. Israël a déconnecté Gaza du réseau électrique et la population dépend désormais de la petite centrale électrique locale, qui ne tiendra que quelques jours, jusqu’à ce que le diesel vienne à manquer. L’eau manque également : la quasi-totalité de l’eau extraite à Gaza doit être dessalée ou purifiée pour être consommée, ce qui nécessite de l’électricité. Israël a également réduit la quantité d’eau qu’il vend à Gaza, et une partie du réseau d’adduction d’eau a été endommagée par les bombardements.
Rien ne justifie ces actions, qui constituent des crimes de guerre ouvertement ordonnés par de hauts responsables israéliens. Même face à l’horreur et à la terreur, il est toujours interdit de porter intentionnellement atteinte aux civils, à leurs biens et aux infrastructures civiles. Un crime n’en justifie pas un autre, pas plus qu’une forme d’injustice n’en justifie une autre. Les actes de vengeance sont interdits par les principes moraux fondamentaux et par les dispositions du droit international qu’Israël est tenu de respecter.
Contrairement à ce que laissent entendre les ministres israéliens, cette politique n’est pas nouvelle, mais a été mise en œuvre à l’égard de Gaza depuis de nombreuses années. La mort, la destruction, la douleur et l’horreur qu’elle a engendrées n’ont conduit qu’à davantage d’horreur. Il est temps d’exiger une autre réalité, un nouvel avenir pour tous ceux qui vivent ici.

******

B’Tselem : Le Hamas doit libérer immédiatement tous les prisonniers ; le gouvernement israélien doit proposer un accord pour leur libération

11 octobre 2023
Lors de l’attaque de samedi, les militants du Hamas ont enlevé plus de 150 personnes sur le territoire israélien, dont des bébés, des enfants, des femmes et des personnes âgées. Depuis lors, le Hamas les détient en violation des règles morales et humaines fondamentales et en violation flagrante du droit international, sans manifester la moindre intention de les relâcher.
Le Hamas doit immédiatement libérer tous les captifs et leur permettre de rentrer chez eux et de retrouver leur famille. Les civils ne doivent en aucun cas être utilisés comme monnaie d’échange. D’ici là, le Hamas doit indiquer qui a été kidnappé et s’assurer qu’il est détenu dans un endroit sûr, dans des conditions adéquates, qu’il reçoit suffisamment de nourriture et d’eau, et qu’il bénéficie des traitements médicaux nécessaires.
Bien qu’Israël soit capable de faire avancer leur libération, il échoue également dans ce domaine. L’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Gilad Erdan, a déclaré sur CNN : « Bien sûr, nous voulons que tous nos garçons, nos filles, nos grands-mères, tous ceux qui ont été enlevés, rentrent chez eux. Mais pour l’instant, notre objectif, dans le cadre de notre stratégie nationale, est d’anéantir les capacités terroristes du Hamas ». Ces propos font craindre qu’Israël n’ait pas l’intention de travailler à un accord et qu’il soit prêt à abandonner les captifs à leur sort.
B’Tselem appelle la communauté internationale à utiliser tous les moyens à sa disposition pour inciter le gouvernement israélien et le Hamas à conclure un accord pour la libération des captifs.

*

GISHA – Centre juridique pour la liberté de circulation : Panne totale d’électricité à Gaza : Israël impose une catastrophe humanitaire aux Palestiniens de la bande de Gaza

Le fait de prendre délibérément pour cible des civils est un crime de guerre

11 octobre 2023

C’est le cinquième jour de l’offensive israélienne à Gaza, qui fait suite à d’horribles massacres commis par des militants palestiniens dans le sud d’Israël et au lancement aveugle de milliers de roquettes sur des centres de population civile dans l’ensemble du pays, des actes qui constituent des crimes de guerre. Le nombre de morts, de disparus et de blessés ainsi que l’ampleur des destructions ne cessent de croître. À l’heure actuelle, Israël mène des attaques d’une ampleur apparemment sans précédent à Gaza, déversant sur la bande de Gaza une pluie de destructions dont il est difficile de savoir comment la population pourra se remettre. L’usage indiscriminé et disproportionné de la force contre les civils et les attaques contre les maisons d’habitation et les infrastructures civiles sont interdits et constituent de graves violations du droit international humanitaire.
À partir d’aujourd’hui, la centrale électrique de Gaza a cessé de fonctionner faute de combustible, ce qui signifie que le réseau électrique de Gaza n’est plus alimenté en énergie et que la bande de Gaza est plongée dans un black-out total. Il s’agit d’une catastrophe humanitaire sans précédent.
Selon le ministère palestinien de la santé, à 14h30 (heure de Jérusalem), le nombre de morts à Gaza s’élevait à 1 055 et plus de 5 000 personnes ont été blessées. Environ 60 % des blessés sont des femmes et des enfants. Selon les Nations unies, les bombardements ont causé des dommages considérables aux habitations et aux infrastructures civiles essentielles à Gaza, y compris les hôpitaux et autres installations médicales. Le nombre de morts et de blessés, ainsi que l’étendue des destructions, ne cessent d’augmenter. Les stocks de médicaments, d’équipements médicaux et d’autres produits vitaux s’épuisent rapidement.
Le 9 octobre, le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant a annoncé : « J’ai ordonné un siège complet de la bande de Gaza. Il n’y aura pas d’électricité, pas de nourriture, pas de carburant, tout est fermé. Nous combattons des animaux humains et nous agirons en conséquence. » Dans la soirée du 7 octobre, le ministre israélien de l’énergie et des infrastructures, Israël Katz, a annoncé la décision d’arrêter l’approvisionnement en électricité de la bande de Gaza, qui passait par dix lignes d’alimentation endommagées tout au long de la journée de samedi, apparemment par des tirs de roquettes. Le lundi 9 octobre, il a annoncé que la fourniture d’eau achetée à Israël par l’Autorité palestinienne pour Gaza serait également interrompue immédiatement.
Hier, l’Égypte a fermé la porte de Salah a-Din, entre Gaza et l’Égypte, à la circulation des marchandises en raison des bombardements israéliens. Même si elle était ouverte et que l’entrée de carburant reprenait, l’approvisionnement ne serait probablement pas suffisant pour faire fonctionner la centrale ainsi que les ambulances et les générateurs, qui sont utilisés dans toute la bande pour faire face à la pénurie chronique d’électricité, notamment dans les hôpitaux, les infrastructures d’approvisionnement en eau et d’assainissement et les habitations.
La Coastal Municipalities Water Utility (CMWU) a prévenu que les coupures de l’approvisionnement direct en eau par Israël, qui représente normalement environ 30 % de l’approvisionnement total en eau de Gaza, aggravent gravement les pénuries d’eau existantes pour la population civile, et affectent également la qualité de l’eau dans le réseau de distribution. Le manque d’électricité et de carburant avait déjà entraîné l’arrêt des opérations dans de nombreuses installations de dessalement et de traitement des eaux usées, avant cette panne. Les conséquences sont le manque d’eau potable pour la population, l’impossibilité de pomper l’eau dans les maisons et de pomper les eaux usées loin des maisons et en vue de leur traitement. Les eaux usées non traitées sont déversées en gros dans la mer, faute de pouvoir faire fonctionner les installations de traitement des eaux usées, ce qui constitue une menace supplémentaire pour la santé et l’environnement.
La décision d’Israël de couper complètement l’approvisionnement en eau, en nourriture, en carburant, en électricité, en médicaments et autres produits à Gaza intervient dans le contexte d’une crise humanitaire permanente dans la bande de Gaza, elle-même causée en grande partie par le bouclage de Gaza par Israël pendant 16 ans et par les décennies de restrictions de circulation qui l’ont précédé, ainsi que par ses attaques répétées contre la bande de Gaza.
Pourtant, les actions de ces derniers jours représentent un degré d’immoralité jamais atteint, un mépris total pour la population civile et des actes de représailles cruels et illégaux.
Nous appelons les personnes raisonnables et la communauté internationale dans son ensemble à intervenir immédiatement et à exiger d’Israël qu’il respecte le droit international, qu’il s’abstienne de cibler les civils et qu’il rétablisse l’approvisionnement en eau et en électricité. L’accès humanitaire doit être facilité sans délai. Les acteurs palestiniens doivent également respecter le droit international, y compris dans le traitement des otages.

*****

Centre pour la démocratie et les droits des travailleurs en Palestine
12 octobre, 2023

[Le Democracy and Workers’ Rights Centre est une organisation syndicale active en Cisjordanie et à Gaza. Cette déclaration est republiée à partir de leur site web.]

Le Centre pour la démocratie et les droits des travailleurs en Palestine dénonce les coups et les traitements humiliants infligés par la police israélienne, les gardes-frontières et les civils aux travailleurs gazaouis employés en Israël et appelle à une solidarité urgente du mouvement ouvrier.
Le Centre pour la démocratie et les droits des travailleurs en Palestine dénonce une recrudescence des actes de violence verbale, physique et économique à l’encontre des travailleurs de Gaza employés en Israël, notamment des arrestations arbitraires, des passages à tabac et des traitements humiliants par la police, les gardes-frontières et les civils israéliens, ainsi que le refus de payer les salaires. La violence infligée aux travailleurs palestiniens de Gaza semble faire partie des représailles et de la vengeance de l’État israélien contre les civils palestiniens à la suite de l’opération Déluge d’Al-Aqsa menée par les militants du Hamas.
Si les mauvais traitements infligés aux travailleurs de Gaza sont sans commune mesure avec les épreuves subies par leurs familles dans la bande de Gaza, soumise depuis samedi dernier à des bombardements et à des tirs d’artillerie israéliens ininterrompus qui ont déjà fait des milliers de victimes civiles (les dernières mises à jour du ministère de la santé indiquent que plus de 1 055 personnes ont été tuées et 5 184 blessées, dont plus de 490 femmes et enfants), ils constituent également une violation du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme.
Salim, un travailleur de 35 ans du quartier d’Al-Shuja’ia, a déclaré que la police israélienne et les gardes-frontières avaient pris d’assaut la maison que lui et d’autres travailleurs louaient depuis de nombreux mois à Safad, détruit leurs biens, les avaient battus, menottés et leur avaient bandé les yeux. Salim a eu la main cassée et des contusions sur tout le corps. Ils ont ensuite été transportés en véhicule vers un lieu inconnu, tandis que les soldats continuaient à les insulter et à utiliser un langage humiliant en hébreu, menaçant d’effacer Gaza de la surface de la terre. Salim a déclaré : « Ils nous ont mis dans de petites pièces et cellules dans un poste de police, l’endroit dégageait une odeur nauséabonde. Dix travailleurs ont été forcés d’entrer dans des cellules conçues pour accueillir trois personnes. Pendant des heures, alors que nous étions détenus, ils n’ont cessé de nous interroger et de nous priver de nourriture, d’eau et d’accès aux toilettes »[1].
Plusieurs incidents similaires ont été signalés au cours des deux derniers jours. Un autre travailleur a déclaré au Centre pour la démocratie et les droits des travailleurs en Palestine que lui et d’autres avaient été battus à l’intérieur d’un poste de police israélien, avant d’être emmenés au poste de contrôle de Beit Sira, dans les gouvernorats de Ramallah et d’Al-Bireh. Après avoir rassemblé et agressé les travailleurs, les avoir interrogés et détenus pendant des heures dans des conditions épouvantables, la police israélienne ou les gardes-frontières les ont abandonnés aux postes de contrôle près des localités palestiniennes en Cisjordanie. De nombreux travailleurs ont également déclaré avoir été remis à la police israélienne par leurs employeurs ou leurs intermédiaires, en particulier dans les régions du sud d’Israël. Tous les travailleurs avec lesquels le Centre pour la démocratie et les droits des travailleurs en Palestine s’est entretenu à Ramallah ont déclaré que leurs salaires n’avaient pas été versés. Certains ont indiqué qu’on leur devait des milliers de shekels pour leur travail. Ils ont également déclaré que les téléphones des travailleurs arrêtés par la police israélienne, ou remis à la police par leur employeur, ont été confisqués. Les travailleurs « chanceux » ont été transportés par leur employeur ou par des collègues jusqu’aux postes de contrôle menant en Cisjordanie, ou ont pu les atteindre à pied.
Le Centre pour la démocratie et les droits des travailleurs en Palestine condamne tous les actes de représailles et de vengeance à l’encontre des civils palestiniens et est très inquiet pour la sécurité et le bien-être des travailleurs gazaouis qui se trouvent encore en Israël, en particulier ceux avec lesquels leurs camarades ont déclaré avoir perdu tout contact. Nous sommes également extrêmement préoccupés par les conséquences immédiates et à long terme de la montée en flèche des discours de haine et de déshumanisation à l’encontre des Palestiniens de la part des politiciens, des responsables de l’armée, des soldats et des civils israéliens. Les travailleurs palestiniens sont déjà régulièrement victimes de traitements dégradants et humiliants de la part de l’armée israélienne, des gardes-frontières, de la police et des agents de sécurité aux points de contrôle, ils ont régulièrement fait l’objet de campagnes d’arrestation, ont été abattus et tués pour avoir tenté d’entrer en Israël sans permis, et ont subi des agressions sporadiques de la part de civils, de sorte que la violence contre les travailleurs palestiniens qui tentent de gagner leur vie n’est pas nouvelle et est bien documentée. Nous craignons que cette violence n’augmente de façon exponentielle et que les travailleurs ne soient massivement licenciés sans compensation à la suite des événements actuels.
Nous appelons le mouvement syndical international à se mobiliser pour assurer une protection internationale aux civils palestiniens, à défendre les droits de l’homme des Palestiniens et à veiller à ce que les travailleurs gazaouis en Israël soient protégés contre tous les actes de violence et soient réunis avec leurs familles dès que la situation le permettra.
Nous serions également reconnaissants de toute aide permettant de répondre aux besoins urgents des travailleurs de Gaza bloqués en Cisjordanie. Bien que des abris d’urgence leur aient été fournis dans des centres communautaires et quelques maisons, les conditions sont déjà très denses à Ramallah et les travailleurs arrivent de plus en plus nombreux d’heure en heure. Il faudra trouver d’autres solutions d’hébergement et fournir de nombreux produits de première nécessité, car les travailleurs n’ont rien pu emporter avec eux. Les travailleurs que nous avons rencontrés ont exprimé un besoin urgent de vêtements (en particulier de sous-vêtements et de vêtements de nuit) et de chaussures, ainsi que de cordons électriques et de prises, afin qu’ils puissent recharger leurs téléphones et rester en contact avec leurs familles.

[1] Interview publiée dans le journal Al-Quds, page 4, 11/10/2023, dans un article intitulé « Al-Quds documente les témoignages des travailleurs après qu’ils ont été arrêtés, maltraités et déportés à Jénine »

*******

Déclaration de l’Association des travailleurs de Ma’an sur la guerre en Israël/Palestine

12 octobre 2023

[Déclaration de la Ma’an Workers Association (anciennement Workers’ Advice Centre, WAC-Ma’an) une organisation des travailleurs israéliens et palestiniens.]

Le samedi 7 octobre, un crime contre l’humanité a été commis dans le sud d’Israël. Des membres armés du Hamas ont envahi des maisons et massacré des familles. Lors du festival international de la nature et de la paix dans la forêt de Re’im, ils ont tué des centaines de personnes. Au total, plus d’un millier de civils ont été assassinés de sang-froid. Des milliers d’autres ont été blessés. Plus d’une centaine de personnes, dont des nourrissons, des enfants, des femmes, des handicapés et des personnes âgées, ont été emmenées à Gaza en tant qu’otages. Des femmes ont été violées. Des femmes ont également été exhibées dans les rues de Gaza et sur les plateformes médiatiques.
Ces actes horribles n’ont pas été commis par des personnes dont la rationalité a été altérée par le siège israélien prolongé de Gaza. Il s’agit d’un acte bien planifié et bien organisé, perpétré par plus d’un millier d’hommes armés, fidèles à une organisation terroriste financée par le Qatar et le régime des ayatollahs iraniens.
Le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007 lors d’un coup d’État violent contre l’Autorité palestinienne (AP). Depuis lors, il a établi son autorité sur cette bande de terre dévastée, tenant les Gazaouis en otage de ses ambitions fondamentalistes. Ironiquement, Israël, sous la direction de Netanyahou, a cherché à renforcer le Hamas, estimant que cela affaiblirait l’Autorité palestinienne et réduirait la pression exercée sur Israël pour qu’il négocie la paix.
En janvier 2023, le sixième gouvernement de Netanyahou a été formé, avec des postes clés accordés à des éléments extrémistes et fascistes. Depuis sa mise en place, il n’a eu qu’un seul objectif : éliminer l’indépendance du système judiciaire, levant ainsi l’obstacle à l’annexion de la Cisjordanie. Parallèlement, le gouvernement a négocié des mesures économiques avec le Hamas, le reconnaissant ainsi comme le dirigeant légitime de Gaza.
Contre la tentative de Netanyahou de transformer Israël en un État dictatorial et halakhique [théocratique], un mouvement de protestation sans précédent a vu le jour, rassemblant des centaines de milliers de personnes. Ce mouvement, qui a brandi la bannière de la démocratie pour tous, s’oppose au régime d’apartheid contrôlé par les colons en Cisjordanie. Le conflit entre le mouvement de protestation et le gouvernement Netanyahou a atteint son apogée lorsque des milliers de réservistes, de pilotes et d’officiers supérieurs ont déclaré qu’ils refuseraient de servir dans l’armée si Israël devenait une dictature.
Le massacre perpétré le 7 octobre dans les communautés du sud d’Israël a révélé le Hamas pour ce qu’il est : non pas un mouvement de libération, non pas des combattants de la liberté, mais une organisation de fanatiques, jumelle d’ISIS, qui sème la mort et le chaos. Simultanément, les échecs du gouvernement Netanyahou ont été exposés dans toute leur ampleur. Sa coalition de droite a parlé de sécurité, mais a abandonné ses citoyens au moment où ils en avaient besoin, en déplaçant la majeure partie de l’armée en Cisjordanie pour protéger les colons.
Ma’an se joint au président américain Joe Biden et au camp démocratique du monde entier pour appeler à l’élimination du régime du Hamas à Gaza et de la menace qu’il représente pour les Israéliens et les Palestiniens. Une fois cette tâche accomplie, nous continuerons à travailler avec les centaines de milliers d’Israéliens qui ont juré d’éliminer Netanyahou et ses partenaires extrémistes de la scène politique israélienne. Avec le reste du mouvement de protestation, nous nous efforcerons de construire une nouvelle alternative démocratique en Israël, une alternative qui donnera de l’espoir aux Israéliens et aux Palestiniens, en promouvant la santé et la paix.
En tant qu’organisation qui compte dans ses rangs des Israéliens et des Palestiniens, Ma’an s’oppose aux voix qui mettent tous les Palestiniens dans le même sac que le Hamas et appellent à la destruction de Gaza. Il est essentiel de faire la distinction entre le Hamas et le peuple palestinien qui étouffe sous l’occupation israélienne. La guerre juste contre le Hamas doit être menée dans le respect du droit international, qui interdit de porter atteinte aux civils.
L’ordre du jour est de lutter simultanément contre le Hamas et l’alliance Netanyahou-Smotrich-Ben Gvir. Il s’agit d’une bataille contre l’extrémisme religieux des deux camps, dans laquelle le fanatisme de l’un alimente celui de l’autre. Ni l’un ni l’autre ne représente son peuple, qui, dans les deux cas, aspire à la paix et à la sécurité.

https://npnf.eu/spip.php?article1075


envoyé le 14 octobre 2023 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Compléments
  • Aucun compléments d

Avertissement

Les commentaires sont modérés avant d’être visibles et n’apparaissent pas directement après les avoir proposés.

Les objectifs de commentaires sont :
- compléter l’information donnée dans la contribution
- apporter un argument ou contre-argument à la contribution
- apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution.

Tout commentaire ne répondant pas à un de ces trois objectifs, ou étant contraire aux précédents points de la charte sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Commentaires modérés à priori

Les compléments de cet article sont modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'aprè;s avoir été validée par un membre du collectif.

Saisissez votre compléments

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Ãle-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymedia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.19 [24473]
Top